Paris suspects sur le championnat algérien : la FAF «collabore pleinement» avec la FIFA

FAF match truqués
Les matchs truqués de plus en plus courants. D. R.

La Fédération algérienne de football (FAF) a indiqué avoir collaboré «pleinement» avec le Département Intégrité (Integrity) de la FIFA dans le dossier des paris suspects sur le championnat d’Algérie de Ligue 1, révélé mardi soir par des médias.

«Suite aux révélations sur les médias de l’affaire des sept personnes de nationalité française arrêtées sur des paris suspects sur le match de championnat de Ligue 1 Mobilis de la saison 2017-2018 opposant le DRB Tadjenanent à l’Entente de Sétif, la FAF informe l’opinion sportive nationale qu’elle a collaboré pleinement dans ce dossier avec le Département Intégrité (Integrity) de la FIFA en fournissant toutes les informations et données nécessaires y afférentes», a détaillé l’instance fédérale sur son site officiel.

Selon le quotidien L’Equipe, les enquêteurs français ont regretté le fait de ne pas avoir pu bénéficier de l’entraide des autorités sportives algériennes dans le cadre de leurs investigations.

Mercredi, deux personnes ont été mises en examen et placées sous contrôle judiciaire à Nancy, dans le cadre de l’enquête sur des paris suspects en France liés au match DRBT-ESS. Le match en question remonte au 12 mai 2018. A l’époque, l’équipe du DRBT, menacée de relégation, recevait l’ESS, champion d’Algérie sortant mais classé en milieu de tableau, pour le compte de la 29e et avant-dernière journée de championnat.

La rencontre s’est soldée sur le score de 3 à 2 en faveur du Difaâ et au cours de laquelle l’arbitre a sifflé trois pénalties, un pour Tadjenanet et deux pour Sétif.

Des parieurs, domiciliés dans l’est de la France, ont placé des sommes anormalement élevées sur une victoire de Tadjenanet sur le score exact de 3-2, une issue pourtant «hautement improbable», selon L’Equipe, soulignant que cette nuit-là près de 5000 euros sont misés en France, notamment depuis la région de Metz, sur des sites de paris en ligne, dont Winamax, PokerStars, Betclic et PMU, entraînant des pertes de plus de 100 000 euros pour ces derniers.

Contacté par l’APS, le président du Difaâ, Tahar Gueraïche, a indiqué mercredi qu’il n’avait «aucune information» concernant cette affaire et, de ce fait, qu’il ne pouvait répondre aux questions.

D’autre part, la FAF, et suite au dernier séminaire de la FIFA qui s’est déroulé à Lisbonne (Portugal) auquel a pris part le président Kheïreddine Zetchi, a adhéré au projet de création d’un département Intégrité (FAF Integrity) «pour protéger l’intégrité du football et lutter contre la manipulation de matchs et les paris dans ce sport», a souligné la FAF.

Les démarches ont été déjà entamées avec la FIFA pour la création de cette structure qui sera dotée des instruments mis en place par l’instance internationale (plate-forme) pour détecter et signaler la manipulation de rencontres, conclut la même source.

R. S.

Commentaires

    Bof
    16 mai 2019 - 14 h 29 min

    Tabbal Tabbal ! la corruption se passe en Algérie, dans ses stades, lors de ses matchs, et il faut l’intervention de la police française pour révéler l’affaire !
    Au lieu de « collaborer », vous devriez être les 1er à découvrir l’affaire ! Mais la corruption est normale pour vous, tant que ça reste entre nous.

    15
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.