Présidence du FCE : le candidat Agli plaide pour une «organisation apolitique»

FCE Agli
Mohamed Sami Agli, candidat à la présidence du FCE. D. R.

Mohamed Sami Agli, candidat unique à la présidence du Forum des chefs d’entreprises (FCE), promet de s’engager à rendre l’organisation apolitique dans le cas où il serait élu, rapporte l’APS.

Il a indiqué que «l’exercice de la politique devrait se faire en dehors de l’organisation et sans l’utilisation des moyens de cette dernière». Selon lui, le FCE a commis des «erreurs de fond» en affichant des positions politiques, ce qui a «nui à l’image» de cette organisation patronale qui regroupe près de 4 000 chefs d’entreprises.

Dans son programme de campagne, M. Agli s’engage aussi à lancer une profonde réflexion, en concertation avec l’ensemble des membres du FCE, dans une quête de transformation durable. Il prévoit, à ce titre, de créer un comité pour mener des consultations inclusives sur les moyens permettant de développer l’organisation. Le comité se chargera aussi d’étudier la question de la transformation du FCE en syndicat.

Le programme de M. Agli comporte également plusieurs engagements visant «la valorisation des grandes entreprises», «la décentralisation et l’amélioration de la collaboration avec les délégations locaux du Forum», ainsi que «l’accompagnement des PME/TPE et la redynamisation de Jil FCE, considéré comme l’un des «plus important acquis de l’organisation».

Le FCE compte organiser son assemblée générale ordinaire élective le 24 juin prochain à Alger. M. Agli est devenu le candidat unique à la présidence du Forum, suite au retrait de l’autre candidat, Hassen Khelifati, le 21 mai courant.

Agé, de 38 ans, Mohamed Sami Agli est le PDG du groupe familial éponyme qui active principalement dans l’industrie agroalimentaire, mais aussi dans la promotion immobilière, la construction, la distribution automobile, la logistique et le tourisme.

R. E.

Comment (6)

    bozscags
    29 mai 2019 - 17 h 08 min

    il faut arrêter avec ce fce c’est une grosse mascarade alors nationaliser tout et puis c’est bon.

    Gatt M'digouti
    29 mai 2019 - 3 h 04 min

    Nationalisez tout ! et rendez au peuple le fleuron de notre industrie, à savoir les anciennes et solides sociétés nationales : Sonipec, Sonitex, Onaco, Onapo, Sonacome, Sonarem, etcccc !
    Chadli, Brahimi la science et Ouyahia les ont cassé pour pouvoir se les racheter au dinar symbolique

    4
    1
    Mme CH
    29 mai 2019 - 1 h 13 min

    On a demandé la dissolution de ce club Med, rempart des requins-tigres et de léopards….!!!! Sinon, tous les chefs d’entreprises doivent d’abord répondre à la question: « Min Ayna Laka Hada »….ceux qui sont clean ou presque peuvent rester les autres doivent rendre l’argent à la banque et aller passer du bon temps avec la bande des Dalton….! Haddad, Kouninef, Rebrab….ne sont pas les seuls corrompus/corrupteurs…!!!

    5
    1
    El pueblo
    28 mai 2019 - 18 h 24 min

    et moi qui pensais qu’ils aillaient dissoudre ce nid d’opportunistes de voleurs et corrompus
    Ils ont encore de belles années de pillage devant eux

    Anonyme
    28 mai 2019 - 16 h 57 min

    A mon avis il faudrait mieux dissoudre ce FCE au lieu de le mettre entre les mains d’opportunistes.

      صالح/ الجزائر
      28 mai 2019 - 18 h 59 min

      A mon avis il faudrait simplement changer les billets de banque de la monnaie nationale , au moins les billets de 2000 et 1000 DA , pour récupérer l’argent entassé dans les caves et mesurer , en même temps , l’utilité de ce FCE à l’Algérie .

      11

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.