FFS : «Le chemin est encore long pour parachever la révolution»

FFS
Les Algériens sont déterminés à continuer à manifester jusqu'au changement vers une véritable démocratie. PPAgency

Par Mounir Serraï – Le Front des forces socialistes (FFS) applaudit l’annulation de l’élection du 4 juillet, qui est une suite logique de la forte mobilisation populaire.

Le plus vieux parti de l’opposition affirme que «le pouvoir réel algérien a été contraint d’annuler le simulacre électoral qui était initialement prévu pour le 4 juillet». Le FFS souligne avoir alerté à temps «sur le danger et l’impossibilité d’imposer un autre coup de force électoral à un peuple résolu à parachever sa révolution et la faire aboutir à une transition démocratique, prélude de l’avènement de la deuxième République».

Pour ce parti, « ce recul significatif  des décideurs est la consécration de plusieurs semaines de mobilisation et de détermination populaires». «C’est un autre acquis à mettre en valeur et à consolider», insiste ce parti, qui «dénonce la tentation du pouvoir à gagner plus de temps en projetant de prolonger l’exercice d’un chef d’Etat illégitime et impopulaire».

«Cette énième parade désespérée ne fera que renforcer notre engagement  et celui du peuple algérien à entretenir cette formidable révolution afin d’imposer la véritable issue à ce marasme politique qui passera inévitablement par  l’amorce d’une transition démocratique», soutient ce parti, qui estime que «le chemin reste encore long pour concrétiser toutes les revendications légitimes du peuple algérien».

M. S.

Comment (11)

    Vroum Vroum 😤..
    3 juin 2019 - 0 h 15 min

    La Révolution oui..mais et après..l’économie …produire.travailler ..manger…faire tourner l’économie qui est le nerf du Pays …qui y pense ?..Ça me rappelle la Cigale et la Fourmi..La Révolution ayant chanté tout l’été , et quand l’hiver fut venu…!!?..C’est ce qui me tracasse .

    11
    4
      Zaatar
      3 juin 2019 - 3 h 24 min

      Ça me fait rappeler Bernard Lavilliers  » Travailler encore, Travailler encore, Acier rouge et mains d’or… »

      3
      2
        Vroum Vroum 🙂..
        3 juin 2019 - 9 h 07 min

        Oui Ami Zaatar…le temps de la Révolution et le Temps du Travail qui reprend ces droits..
        la vie appartient à ceux qui se lèvent tôt..

        3
        2
    Essaid
    2 juin 2019 - 23 h 56 min

    C’est tout de même bizarre que cet article qui ,quoique fasse l’apologie et soutient le hirak estudiantin, mais reprenant la pusillanimité des partis soulève le rejet des commentateurs? Ceux qui sont contre les commentaires devraient s’expliquer .Le propos est clair : c’est la protesta populaire et la protesta estudiantine qui ont eu raison du 5 eme mandat et du 4 juillet et non pas l’opposition (tous paris réunis ).
    Vive le Hirak et vive le mouvement estudiantin .A d’autres victoires ,même symbolique, enchallah.
    Pour ces jeunes ,pour notre Chère Patrie.

    Anonyme
    2 juin 2019 - 22 h 41 min

    il n’a plus rien à dire ce parti comme un serpent à plusieurs têtes c’est malheureux pour le travail de D’Al Ho

    5
    5
    Droits Humains
    2 juin 2019 - 22 h 20 min

    Et le gars sur la photo brandit, et je suis sur qu’il ne le sait même pas, le symbole d’OTPOR.
    Non, non, il n y a pas de complot contre l’Algérie.

    6
    4
    Observateur
    2 juin 2019 - 19 h 18 min

    C’est vrai les agissements du pouvoir de fait depuis 1962 ont faussé le paysage politique algérien. Seul des élections transparentes, nous montrent d’une façon indiscutable le poids populaire réel de chaque partis politique. Il y a eu l’élections législative transparente de 1991 mais avortée. Toutes les élections ont été contesté d’une façon au d’une autre. Pour finir une fois pour toute avec le problème de la légitimité et pour des raisons de sécurité nationale et de stabilité, il faut organiser des élections présidentielles transparentes et ouvertes aux les courants idéologiques (gauchiste, islamiste, nationaliste, droite, extrême droite, communiste, séparatiste, meme opportuniste). La seule condition: la transparence. c-a-dire, les candidates dévoilent leur vrai visage idéologique. Ils doivent ce mettre « idéologiquement à nu » et sans tabou. Chaque candidat au élection présidentielle, doit dévoiler (sans retenu) ses convictions idéologiques devant le peuple. La presse et les medias jouent un role important dans cette phase. Une liberté de presse sans limite et sans peur. L’ultime vrai juge c’est le peuple. Le jour du jugement c’est le jour des élections et le verdict du jugement c’est les résultats des élections. Les medias publiques (surtout étatiques) doivent être accessibles à tous et une compagne électorale de 6 mois (au moins) est nécessaire pour permettre au peuple de choisir librement et en connaissance de cause le futur président.

    3
    3
    Kad
    2 juin 2019 - 18 h 28 min

    Les partis politiques au diable! continuez votre douce hibernation, seul le hirak le héros. Circulez y a rien à voir.

    7
    9
    MELLO
    2 juin 2019 - 18 h 12 min

    L’abnegation , le courage et la mobilisation sont les veritables vecteurs d’une lutte pacifique de longue haleine. Le FFS en connait une grande part de ce combat pour avoir souffert depuis 1963. Feu Hocine Ait Ahmed , de son vivant , n’a cesse de transmettre ce message de luttes pacifiques qui aboutira ineluctablement vers un changement de systeme de gouvernance : une Republique Democratique et sociale dont le credo sera: le droit d’avoir des droits .

    9
    10
    Bof
    2 juin 2019 - 17 h 31 min

    Oui le chemin sera long. On ne déloge pas un pouvoir qui a pris racine si facilement.
    Ils veulent organiser les élections présidentielles pour faire gagner leur candidat.
    Ils ne lâcheront pas le koursi facilement.
    il faudra lutter et encore lutter et refuser toutes leurs combines.

    13
    10
    Essaid
    2 juin 2019 - 17 h 08 min

    Certainement que l’abnégation et le courage des « étudiants » que nous avions enterrés bien avant (en raison de leur mutisme à l’université )a eu raison du pouvoir.Même si on est loin encore ,comme vous le dites. Mais encore faut’il que les partis ,dont vous êtes le doyen marchent! Ne plus laisser les jeunes en face des forces de la répression et leur éviter la bastonnade.

    9
    8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.