BTPH : 3 200 entreprises fermées et 265 000 travailleurs au chômage

crise bâtiment
Le secteur du bâtiment en crise. New Press

Par Mounir Serraï Le secteur du bâtiment, des travaux publics et de l’hydraulique traverse une situation de crise inédite, de l’avis même de l’Association générale des entrepreneurs algériens (AGEA).

Dans un courrier daté du 10 juin, l’AGEA interpelle le Premier ministre, Noureddine Bedoui, sur cette situation qu’elle qualifie d’alarmante, chiffres à l’appui. En effet, l’AGEA fait état de la fermeture de 3 200 entreprises et d’une perte de 265 000 emplois depuis décembre 2018. Les causes directes de la fermeture de ces entreprises sont, comme l’explique cette Association dans sa lettre de doléances adressée au Premier ministre, «les énormes impayés des entreprises, l’absence de plans de charges en raison de la stagnation de la situation économique du pays, le harcèlement des entreprises par les différentes caisses malgré leurs impayés et le silence total de nos vis-à-vis publics quant à nos appels au dialogue».

Devant cet état des lieux qualifié de catastrophique, l’AGEA appelle ainsi le gouvernement à agir «en urgence» afin d’arrêter la saignée dans le secteur, caractérisée par des fermetures et des pertes importantes d’emplois.

L’AGEA demande dans ce sillage l’ouverture «urgemment» d’un dialogue avec les ministères concernés par le secteur, à savoir celui de l’Habitat, des Travaux publics, de l’Hydraulique, des Finances, du Travail et de la Sécurité sociale et de l’Intérieur. Cette Association estime ainsi que ce dialogue va se dérouler à travers des séances de travail interministérielles. En l’absence de mesures concrètes pour régler les problèmes et la crise qui frappent le secteur, l’AGEA affirme qu’elle appellera «toutes les entreprises du secteur du BTPH ainsi que les fabricants des matériaux de construction à geler leurs activités jusqu’à nouvel ordre, avec tout ce que cela induira comme conséquences sur le plan économique et social».

La lettre de l’AGEA adressée au Premier ministre renseigne ainsi sur le profond malaise économique que connaît le pays. Un malaise qui ira en s’aggravant si des mesures fortes et efficaces ne sont pas prises pour remédier à cette situation.

M. S.

Comment (28)

    Anonyme
    1 août 2019 - 17 h 14 min

    Pour la réalisation de l’intégralité des programmes du secteur de l’Habitat, on aurait dû respecter le principe de l’utilisation des moyens locaux, tant en matériaux qu’en main d’œuvre, vu la grande simplicité des conceptions architecturales. Ainsi, les budgets auraient pu s’exprimer uniquement en D.A, ce qui aurait préservé nos entreprises d’une telle situation.
    La vérité est que nos gouvernants assoiffés d’argent facile en dollars ont toujours pris soin de réserver la part du lion à certaines entreprises étrangères complices de leurs opérations de détournement des fonds publics, sans pour autant les obliger à introduire de nouvelles techniques ou de nouveaux matériaux qui puissent justifier de leur paiement en dollars.
    Cela a arrangé du même coup nos entreprises qui se sont « arrangées » avec les entreprises étrangères pour recevoir une part du gâteau en dollars……

    Mme CH
    19 juin 2019 - 1 h 09 min

    Attention, on risque d’assister à l’effondrement de la situation socio-économique de l’Algérie, et les conséquences seront très graves..! Cherche-t-on à détruire le pays et signer des accords avec le FMI…comme ça a été le cas dans les années 90…?? A qui profite cette situation….??? Il faut faire vite pour sortir de cette crise qui risque de semer le chaos si elle perdure…! Et là, la responsabilité sera partagée..!

    4
    1
    BELAID Djamel
    14 juin 2019 - 12 h 22 min

    Quelques suggestions pour créer de l’emploi et pour permettre d’amortir la crise dans les ménages à faible revenu:
    -importer massivement (ou mieux construire localement) des panneaux solaires, cela pour 1) créer des emplois d’installateurs, 2) réduire les factures d’électricité,
    -stimuler la vente de courant par les particuliers par ré-injection dans le réseau national.

    17
    6
    Anonyme
    14 juin 2019 - 5 h 33 min

    On commence à se demander si ce n’est pas la destruction de l’Algérie qui est en marche.
    Espérons que les projets ne seront pas repris par les émiratis/Qataris.
    La situation est confuse.

    11
    5
    Yes
    13 juin 2019 - 1 h 19 min

    Et ce n’est que ,e début. Avec tous c ministres,directeurs,walis,entrepreneurs mis en prison provisoire c la confiance qui fout le camp. Tout investisseur potentiel ,national ou étranger n’aura plus confiance ,et les responsables aux administrations préférer on ne rien faire et pas prendre de risque.. On ne met pas en prison provisoire des dizaines de hauts responsables et investisseurs auditionnés en quelques heures. On ne peut pas prétendre instruire des dessinés de dossiers complexes en quelques jours,c pas possible.
    L’économie deja en panne en pâtira encore pour longtemps.
    Et pendant ce temps le projet cevital de graines oléagineuses est bloqué depuis plus de 2 ans sans qu’aucun ministre ni la présidence n’en donne la raison.
    Il est plus qu’urgent de faire appel à ferhat ait Ali ,benbitour,lalmas,moussouni mesdour…pour établir un plan urgent de relance,et que le pouvoir les écoute.

    9
    5
    DYHIA-DZ
    12 juin 2019 - 18 h 13 min

    Les pauvres, ils pleurnichent. Ils ont défiguré l’âme de l’Algérie avec leurs constructions laides- affreuses.
    Ils veulent nous offrir d’autres villes débiles ??
    Un massacre écologique inégalé… DÉGAGEZ.
    Ils ont construit des monstruosités et ils osent revendiquer de l’argent.
    AHACHMOU CHWOUIA

    35
    1
      Blakel
      13 juin 2019 - 2 h 56 min

      La responsabilité est partagée avec les commis de l’Etat, car normalement le client est roi. Celui qui paie choisit ce qu’on va lui construire. Les choix ont été fait en connaissance de cause par les représentants de l’Etat. Ils voulaient probablement du rapide et pas cher. Cela se répercute au niveau des maîtres d’oeuvres, puis au niveau des sous-traitants, et comme à chaque niveau il y a de la triche pour se faire de la marge…..

      11
      1
    Tinhinane-DZ
    12 juin 2019 - 16 h 44 min

    Regardez l’image. Le désert total. Que du béton coloré à l’image de leur stérilité architecturale.
    Le pays a été massacré à tous les niveaux. ..même esthétiquement.
    Que de l’argent perdu.
    Si c’est pour construire ces mocheté, restez au chômage …c’est mieux pour l’Environnement.

    44
    2
    selecto
    12 juin 2019 - 15 h 22 min

    Le plus grave c’est l’avenir sanitaire des habitants de ces cages a poules elles ont été construites avec du fer radioactif importé par les escrocs en cols blancs protégés intouchables pour une bouchée de pains avec la complicité des exportateurs Ukrainiens interdits d’exporter leur fer a l’étranger
    Ces habitants mourront tous par des cancers dans peut d’années, heureux les nécessiteux qui ont été exclus de ces logements !

    22
    2
      Anonyme
      12 juin 2019 - 16 h 40 min

      Le fer radioactif importé est une histoire qui date depuis longtemps.
      Les importateurs de ce poison mérite un jugement sévère.

      14
      1
        Selecto
        12 juin 2019 - 17 h 40 min

        En effet les importations de ce fer ont commencées dès le début des années 2000.

        10
        Essaid
        12 juin 2019 - 18 h 28 min

        C’est le épisode des listés devant les juges. Leur tour viendra.

        7
        2
    Vroum Vroum ..
    12 juin 2019 - 14 h 48 min

    J’ai pu lire un Article sur l’entreprise de Bâtiment Ali Hadad associé a une autre Étrangère qui devaient réaliser 25 Km d’autoroute entre Tenes et Chlef, contrat prévu pour Deux ans de travaux… on en est à Quatre et elle ne serait toujours pas finies ces 25 km d’autoroute, qui ont dû engloutir le PIB de l’Algérie !!!!!! je pense que cette portion d’autoroute se fait à la main et la pioche!! dans trente ans le projet toujours pas fini et sera abandonné car la Technologie fera des voitures volantes !!… Voila la realite, l’Etat Algérien n’est plus une vache à lait .

    16
    7
    Lghoul
    12 juin 2019 - 14 h 05 min

    Tous ces ignorants et tous ces charlatans ne croient pas et ne savent pas une chose: Que des pays entiers font faillite. Pire qu’une defaite militaire. Mais que voudrait dire pour eux si l’Algérie plonge en arrière de 200 ans ? Ils seront chez eux, dans tous ces appartements qu’ils ont acheté a dubai, paris, londres, madrid, barcelone et pour les « intimes musulmans » istambul et kuala lampur etc. sur le dos du peuple; ils continueront leur vie paisible en depensant l’argent du peuple. Ou sont bouchouareb et khelil ?

    14
    4
      Selecto
      12 juin 2019 - 15 h 38 min

      Ne t’en fais pas mon frère il y a toujours une justice quelque part, voici un exemple que j’ai connu en France.

      J’ai connu un protégé qui a été détaché en France avec un salaire royale sans compter les avantages, un jour il était sur une terrasse d’une brasserie tout d’un coup un conducteur d’une voiture qui passait loin de lui mais perdait le contrôle de son véhicule pour finir sur les jambes de ce type, il vit depuis en Algérie amputé de ses deux jambes allongé sur un lit sans emploi.

      7
      7
        Selecto
        12 juin 2019 - 20 h 22 min

        Terrasse d’une brasserie du huitième arrondissement de Paris.

        5
        3
        timour
        15 juin 2019 - 9 h 25 min

        Aucun rapport avec l’article « BTPH : 3 200 entreprises fermées et 265 000 travailleurs au chômage ». J’espère toutefois que le conducteur, français je suppose, a quand même été condamné par la justice française, lui.
        Si on suit votre raisonnement il va y avoir dans notre pays des centaines de milliers de personnes avec des jambes coupées vu le nombre d’individus qui ont profité du système que ce soit du sommet de l’Etat au simple guichetier d’une banque. Cette anecdote est une façon comme une autre d’éviter de voir les problèmes en face.
        Mais quels sont donc ces fameux problèmes?
        1° Nous sommes dans une société complètement gangrenée par la corruption, l’irresponsabilité et l’incivisme : comment pouvons-nous en sortir ?
        2° Avec quels moyens les générations montantes vont elles pouvoir remédier au laisser aller, à la mauvaise gouvernance et à la gestion catastrophique de ce pays pendant ces longues années ? Comment donner aux citoyens l’envie d’entreprendre, de construire, d’éduquer, d’inventer, de s’investir…pour l’avenir de nos enfants ?
        3° Est-ce la bonne méthode d’emprisonner des individus corrompus avérés mais qui ont, de fait, le pouvoir économique au risque de désorganiser le peu d’activités économiques qui nous restent. N’aurait-il pas mieux valu les garder en place, sous tutelle de l’état, le temps d’entreprendre la transition politique. Quitte à les juger ultérieurement en tenant compte de leur degré de coopération avec le nouveau pouvoir. 265 000 personnes au chômage dans le BTP et combien d’autres non répertoriés.
        4° Il n’est pas un jour où des citoyens, des médias dénoncent les malfaçons, les constructions démentielles qui produiront (et qui produisent) à plus ou moins long terme de la délinquance, du mal vivre, trafiques en tout genre, de la violence, de l’incivisme. Surtout qu’il est avéré que les structures d’accompagnement ne sont pas souvent réalisées. Ces quartiers, ces immeubles dont la plupart ont été mal pensés et mal conçus poseront des problèmes à la fois financier pour leur rénovation mais aussi sociaux dans l’avenir qu’il faudra résoudre à défaut d’y avoir réfléchis en son temps.
        5° Le soit disant « protégé qui a été détaché en France avec un salaire royale sans compter les avantages » a été victime d’un chauffard ni plus ni moins. C’est pas de chance. La justice est un principe philosophique, juridique et moral fondamental en vertu duquel les actions humaines doivent être sanctionnées ou récompensées en fonction de leur mérite au regard du droit, de la morale, de la vertu ou autres sources normatives de comportements. Quand on aura institué ça dans notre pays nous aurons résolu pas mal de questions et on pourra avancer.

        6
        1
          Selecto
          16 juin 2019 - 17 h 02 min

          Je m’adressais a Lghoul pas a toi.

          1
          3
      Bidoune lakeb
      13 juin 2019 - 7 h 28 min

      L’A.G.E.A avec son inamovible « président » à sa tête, depuis sa création n’en rate pas une!
      Il cite des chiffres sans dire comment ils ont été obtenus. Son but: donner une image apocalyptique de la situation economique pour casser le moral des algérien-nes.
      Cette ( fausse) association devrait savoir : « Tetna7aw gaa3 ».

      3
      5
        Naturalisé
        13 juin 2019 - 15 h 43 min

        Tu es toujours là pour défendre ta bande de naturalisés et d’escrocs en cols blancs et passeports diplomatiques.

        2
        3
    Lghoul
    12 juin 2019 - 13 h 41 min

    La bombe a retardement de l’effet du cadre en bois en train de faire des ravages. Et ils veulent encore perdurer pour donner le coup de grace final. Si le résultat d’une équipe au pouvoir pour 20 ans a fini en catastrophe pour le pays, cette bande doit déguerpir sans aucune minute a perdre. Et ils font encore semblant comme si rien n’y était alors que toute l’équipe est trainée en justice pour corruption sans limite ! Et ils osent encore parler au peuple et se comporter comme si rien n’y était. Incroyable mais vrai. 80% doivent finir en taule. Ajoutez a cela une recession mondiale qui se pointe, il est temps que des gens compétents et sérieux soient aux commandes. Si le pays continue dans cette cutlure de corruption, en moins de 2 ans on fera faillite et PERSONNE ne nous fera remonter du fond du puit sauf une re-colonisation sur demande – mais avec leurs termes et conditions … !!! Qu’attendent ils pour DEGAGER ?

    9
    2
    oufff
    12 juin 2019 - 11 h 51 min

    Lugubre image du pays ! J’en ai des frissons dans le dos ! terrain favori des dealers…
    Vu la crise demographique la qualité n’est pas importante…bonjour les portes et fenêtres qui coincent, les tuyauteries qui coulent, les murs qui de fissurent, les ascensuers qui ne tiennent pas un mois sans panne, le bruit des voisins car trop d’enfants, l’exterieur moche et sâle, les parkings insuffisants…
    Comparés aux anciens bâtiments d’il y a + de 60 ans y’a pas photo.
    On ne change pas la mentalité des gens en leur donnant un appartement …on verra bientôt les décharges de detritus qui seront le terrains de jeux favoris des marmailles en culottes longues.

    26
    1
      Anonyme
      12 juin 2019 - 17 h 55 min

      Depuis l’indépendance, il y a un exode rural en Algérie alors qu’avant l’indépendance, les urbains étaient des algériens qui vivaient déjà en ville ou des colons qui étaient aussi habitués à la ville, vous ajoutez à ça la démographie galopante, il faut construire vite.

      7
      2
    Anonyme
    12 juin 2019 - 10 h 45 min

    « Rien ne sert de courir il faut partir à point » comme le dit une certaine fable…
    Ce secteur est complètement pourri, il faut assainir avant d injecter de l argent.
    Des sommes colossales ont été englouties pour un résultat désastreux..
    Personne n est content ni le bénéficiaire ni le citoyen en général à cause des malfaçons et de la destruction de nos plus belles régions.
    Je pleure quand je vois le massacre fait sur nos magnifiques côtes et nos plaines….
    Les constructions se sont faites d une manière anarchique par des incompétents mais maintenant on sait pourquoi !!!
    le but étant de détourner le maximum d argent…alors basta….réfléchissons avant de reprendre les travaux.

    12
    3
    harissa
    12 juin 2019 - 8 h 01 min

    La photographie d’illustration est parlante , quelle ville pour l’avenir ,on n’a guère envie d’aller flâner le long des rues ,une ville sans âme ,on a construit depuis 20 ans ce que l’on détruit ailleurs .Des cités dans l’urgence on été construites ,cousines de celle – ci en Europe de l’Est comme de l’Ouest ,après la deuxième guerre mondiale et le baby boom qui a suivi ,jusque dans les années 70 ,puis au vu des problèmes de mal vie ,de repli sur sou ,de petite et moyenne délinquance ,l’oisiveté des jeunes sans horizon que des tours et barres d’immeubles ,la solitude des personnes âgées ,on a commencé à détruire ces cités dortoirs ,a supprimer des immeubles pour aérer et donner de l’espace .Sans tenir compte de l’expérience négative d’autres pays on refait la même chose ,à l’identique ,voire pire car il y a tellement de malfaçons ,d’ascenseurs immobiles dès les premiers jours ,des immeubles déjà dégradés 5 ans après la remise des clés .Quand on visite Ali Mendjeli et que l’on voit tous les problèmes engendrés dans cette  » ville nouvelle  » on peut être inquiet pour l’avenir .

    19
    4
      achtung
      12 juin 2019 - 11 h 32 min

      La vitesse démographique est aussi responsable de cette precipitation. Plus on construit et plus vite il en faut des logements, et des bidonvilles car ça garantit un appartement…
      C’est les responsables arrivistes des plans d’urbanisme, la corruption…qui ont pondu cela.
      Pauvres terres agricoles bétonnées…pauvre pays.

      12
      4
    Anonyme
    12 juin 2019 - 7 h 19 min

    Le règne de la bêtise continue dans ce pauvre pays.Depuis 1962 on n’a eu droit qu’à des aberrations résultant des sautes d’humeur de dirigeants sans cervelle qui ne pensent qu’à s’agripper au sinistre koursi et au diable l’avenir du pays.Après moi le déluge semble être leur devise et le spécialiste en la matière est sans aucun doute Bouteflika avec sa méga-mosquée et ses aberrants 4° et 5° mandats(qui n’a pas eu lieu heureusement) après des viols répétés de la pauvre constitution.Et son remplaçant n’est pas mieux puisque tel un éléphant dans un magasin de porcelaine,il détruit tout sur son passage.Pauvre Algérie et pauvre de nous apparemment maudits pour l’éternité.

    15
    4
    Anonyme
    12 juin 2019 - 5 h 24 min

    SA NE CHANGERA RIEN L ECONOMIE ALGÉRIENNE EST BASÉ SUR DU KHORTIE.

    28
    2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.