Dossier iranien : pourquoi l’Europe doit faire bloc avec la Russie et la Chine

Macron accord de Vienne
Les présidents français, Emmanuel Macron, et iranien, Hassan Rohani. D. R.

Par Antoine Charpentier – Depuis le retrait du président américain, Donald Trump, de l’accord de Vienne signé avec l’Iran en 2015 au sujet de son programme nucléaire, un bras de fer sans précédent s’est engagé entre les deux pays.

Par son retrait de l’accord de Vienne, Donald Trump visait à affaiblir, d’une part, l’Iran et, d’autre part, l’Europe. Entraver la démarche de l’Iran a également comme objectif d’amoindrir les marges de manœuvre de l’axe de la résistance qui, à son tour, empêche la mise en place du «Deal du siècle», soutient la cause palestinienne et s’oppose à «Israël». Donald Trump impose de dures sanctions à l’Iran dans l’objectif d’affamer son peuple, espérant qu’il se soulève contre son gouvernement, à l’instar des peuples voisins lors du «printemps arabe».

Ebranler l’Europe signifie pour Donald Trump plus d’hégémonie et de domination, donc des Etats européens vassaux en guise d’alliés, pour servir ses intérêts. De ce fait, les Européens ne parviennent pas à satisfaire leurs promesses formulées à l’égard de l’Iran, telles que le système Instex.

Face à l’arrogance américaine et à la défaillance européenne, l’Iran s’est armé de prime abord par une patience stratégique, rare dans le domaine des relations internationales. Toutefois, en tant que pays souverain, l’Iran a le droit et le devoir de se défendre face aux agressions extérieures. Sans briser l’accord de Vienne, et tout en respectant ses engagements, comme l’affirme l’AIEA, l’Iran a usé des articles 26 et 36 de l’accord en question afin de suspendre certaines clauses concernant l’enrichissement de l’uranium et la détention de l’eau lourde, donnant un délai de 60 jours aux Européens pour satisfaire leurs promesses à son égard, au risque de prendre d’autres mesures. Résultat, les dirigeants européens se sont repliés derrière leur inertie.

Par la suite, deux évènements se sont produits successivement. Il s’agit en premier du drone américain Global Hawk abattu le 20 juin, lorsqu’il a violé le ciel iranien ainsi que la fin du délai de 60 jours. Passé ce délai, sans aucun signe positif et concret de l’Europe, l’Iran déclare sa reprise de l’enrichissement de l’uranium de 3,67%, comme l’exige l’accord de Vienne, à 5%. Il convient de préciser que le seuil de 5% d’enrichissement de l’uranium n’aboutira pas à la fabrication de la bombe atomique, que par ailleurs l’Iran refuse de fabriquer pour des raisons éthiques, morales et religieuses. L’Iran souhaite uniquement obtenir le nucléaire civil.

L’enrichissement de l’uranium est une nouvelle carte de pression dont l’Iran use dans sa confrontation avec l’Occident. Cependant, il accompagne son annonce par un nouveau délai de 60 jours. Les autorités iraniennes donnent encore une preuve de bonne foi et ne ferme pas la porte de la diplomatie. Aussitôt que l’Iran annonce sa reprise de l’enrichissement de l’uranium, les médias occidentaux se sont précipités afin de propager une fausse nouvelle, comme quoi l’Iran quitte l’accord de Vienne. Néanmoins, ils ont occulté délibérément le fait que l’Occident n’a laissé aucun choix à l’Iran. Donald Trump s’est retiré injustement de l’accord, infligeant à l’Iran de dures sanctions, et l’Europe n’a pas activé, comme convenu, le système Instex. Toutefois, ce dernier devient une méthode de chantage de la part des Européens envers l’Iran.

Nous assistons actuellement, et à la suite des récentes annonces de l’Iran, à une action diplomatique française sans précédent. De quoi s’agit-il exactement ? Que peut offrir d’avantage la France à l’Iran sur fond de crises irano-américaine, d’une part, et européenne, d’autre part ? Il convient de préciser que la France participe aux sanctions contre l’Iran et que ses entreprises se sont retirées du marché iranien à la suite de la décision de Donald Trump, et que le président Macron est un des dirigeants européens le plus proche de Donald Trump. C’est pourquoi il est très difficile pour la France de prendre partie et en même temps vouloir jouer les intermédiaires. Quant à la crise européenne, elle se traduit par la lutte entre la France et l’Allemagne pour commander l’Union européenne, et entre les deux pays cités et la Grande-Bretagne, bras droit des Etats-Unis en Europe. Ceci dévoile une des raisons de la détention du pétrolier iranien par la marine anglaise, le but étant de saboter les pourparlers en cours entre Français, Allemands et iraniens.

Le président français, Emmanuel Macron, semble vouloir également se donner, à travers ses initiatives à l’égard de l’Iran, une posture d’homme d’Etat ayant un poids sur la scène internationale. Ceci dans le but d’envoyer un message aux Européens ainsi qu’aux Français pour des intérêts politiques propres à lui.

Il est certain que l’initiative française à l’égard de l’Iran révèle une crainte d’une escalade, voire une guerre entre les Etats-Unis et l’Iran. De ce fait, la France ainsi que l’Europe savent pertinemment qu’en cas de guerre, Donald Trump va les utiliser, dans le cadre de l’Otan. D’où les différentes agitations diplomatiques, afin d’essayer de rapprocher les points de vue entre Américains et Iraniens.

Si la France et l’Europe souhaitent sincèrement obtenir des résultats positifs, dans l’objectif d’assouplir le bras de fer qui se joue actuellement entre les Etats-Unis et l’Iran, mettant le monde au bord du précipice, elles doivent activer au plus vite le système Instex. Elles doivent cesser de participer aux sanctions contre l’Iran. Elles doivent saisir l’occasion historique, que l’Iran leur offre, qui est de faire bloc avec la Russie, la Chine, l’Inde et différents autres pays, pour faire pression sur les Etats-Unis afin qu’elles reviennent sur la table des négociations, mais aussi dans l’objectif d’échapper à son hégémonie sur elles.

Enfin, la question que nous posons est la suivante : la France et l’Europe prendront-elles cette posture historique ?

A. C.

Avec l’aimable autorisation de l’auteur

Titre originel : La France face au bras de fer entre l’Iran et les Etats-Unis

 

Comment (12)

    Nour
    16 juillet 2019 - 0 h 00 min

    Celui qui attend un pas de la France en faveur de l’Iran c’est comme celui qui attend que le soleil brille en pleine nuit. La France officielle n’a jamais ete que colonialiste et n’a jamais deroge a cette regle depuis !

    226
    15 juillet 2019 - 23 h 27 min

    Pour commencer c’est un effort commun entre la France et le Japan,il faut mentionner le Japan ce n’est pas exclusive a la France.
    Le systeme de payement INSTEX,ne couvre que des biens qui ne sont meme pas sous embargo.C’est un systeme obsolete,double jeu on Pirate un cargo Iranien d’un cote et on offre INSTEX de l’autre.
    Depuis le president Carter et sans exception jusqu’a Trump l’Iran etait sous Embargo,polit,econom,ect… .l’Iran a survecue.
    Les dirigeants Iraniens ont toujours regarder du cote de l’occident et ils n’ont rien gagnes peut qu’ils doivent regarder un peu vers l’Est,Chine et Russie,economiquement et politiquement,ils doivent peut etre se retirer du TNP,et reverse la Fetwa de 2003.Peut etre pour la stabilite du moyen orient un Iran nuclaire est necessaire.
    ps:il y a actuelement des pourparles entre l’Iran et les USA,par l’intermediaire du Quatar.

    Anonyme
    15 juillet 2019 - 23 h 16 min

    @ELEPHANT MAN,le deal du siècle n est pas mort-né.Il est en train de se faire très doucement mais très sûrement aussi!AlQods est enlevée de sur la table,La représentation diplomatique palestinienne est chassée de Washington,l empiétement sur la Cisjordanie commence etc.Le dernier forum économique de Bahrein est une façon de dire aux palestiniens: »vous voulez vraiment vivre,nous allons injecter quelques richesses chez vous et ne pensez jamais à détruire Israel ».Les américains savent que les palestiniens diront non.Ils préparent le terrain pour annoncer le deal.Bientôt Trump va rugir comme un lion et dira à peu près cela: »Ecoutez,nous avons tout fait pour vous satisfaire,nous avons accepté de partager avec vous la Palestine que mes ancêtres les romains ont cédée sans guerre à Omar le Calife.Ce Calife avait incrusté une mosquée au milieu de nos symboles religieux et vous en faites aujourd hui une raison de demeurer éternellement là-bas sans aucune partie pour nos frères juifs les vrais propriétaires du territoire.Depuis que Israel a foulé cette terre,vous ne cessez de le qualifier de tous les noms,vous lui avait fait cinq guerres et vous criez sa mort de toutes les directions.Nous avons attendu à ce que vous vous corrigiez en vain.Votre seul but macabre dans cette vie c est de détruire notre allié.Vous ne cherchez ni développement ni progrès,votre félicité sera atteinte quand vous aurez vu Israel s effondrer!Aujourd hui je vous annonce que je suis Calife,je sais que vous aimez ça,Dieu merci c est moi qui ai les moyens d instaurer le califat,je vais vous y conduire et vous faire abreuver ses amertumes.Je suspend tous les droits-de-l Homme,le droit international,ça n existait pas au Moyen Age.Si vous ne dispaissez de cette terre,j emploierai les plus redoutables des armes!A bon entendeur merci ».

    1
    1
    naim
    15 juillet 2019 - 16 h 05 min

    Que peut faire d’autre un larbin du sionisme comme Macron dans le dossier iranien, que son cinéma habituel. Se déguiser en homme d’État alors qu’il n’est en réalité qu’un serviteur de ses maîtres, les banquiers talmudistes, chez lesquels il était caissier. Déjà en France, il est haï pour ce qu’il est: un simple valet, hypocrite et menteur.

    8
    3
    L'europe d'AMÉRIQUE
    15 juillet 2019 - 13 h 30 min

    Je réponds au titre de l’article : Car l’Europe est un concept Américano-sioniste depuis très longtemps et que même De Gaule trouvais cela très louche !

    6
    1
    MOHAMMED BEKADDOUR
    15 juillet 2019 - 10 h 31 min

    A L’ADRESSE DE LA FRANCE, Cette Contribution « gratis » : Dans son répertoire culturel religieux hors Trinité et obscur Vatican, France dispose de la carte « Saint John PERSE, une carte dont ne disposent pas les dits xénophobes, malades de leur tic contre l’Islam, ceci d’une part, et sachant que l’Iran n’a qu’un ennemi qu’Il nomme Satan, une créature universellement répartie, incrustée chez ses voisins, et partout, il suffit à France de choisir son camp, qui peut être résumé par ce titre de Sartre, celui qui, parmi les meilleurs Français, fut pour Notre Indépendance algérienne, (Laquelle devait contribuer « au progrès de l’humanité », dixit Le Malheureux Krim Belkacem, mais d’autres aussi, etc.), le titre de Sartre : « Le Diable ET LE BON Dieu »… Le Bon ? France doit enfin choisir entre Le Mauvais ET Le Bon : El Wahed la ilalha illa Allah, OUA Mouhammadoun Rassouli Allah. Jazaïr_Iran, ou la substantifique moëlle !
    Il y avait un « mystère » à « percer », il est défloré… Il y avait Une Vierge…BIL EL HALAL !

    7
    2
      Student
      15 juillet 2019 - 16 h 58 min

      Bonjour Monsieur B.M.
      Pourriez-vous développer plus SVP !
      Merci.

    Anonyme
    15 juillet 2019 - 9 h 53 min

    Les pays du sud sont tous gouvernés par l’occident,les uns par le biais de « leur armée », les autres par des monarchies rétrogrades. Seuls quelques pays, qui se comptent sur les doigts d’une main, résistent encore à cette hégémonie. Des pays jaloux de leur souveraineté et qui se considèrent continuateurs d’anciennes civilisations comme l’Iran. Je vous laisse deviner de quel coté est l’Algérie, souveraine ou soumise.

    5
    2
    Sarah
    15 juillet 2019 - 9 h 40 min

    La question qui se pose est pourquoi les USA et l’Europe se laissent entraîner par l’état profond qui ne cherche qu’à agrandir la suprématie d’Israël au moyen-Orient. Les sionistes sont la cause du mal qui règne dans le monde étant donné qu’ils considèrent que la terre leur appartient. Que Dieu protège l’humanité de ces vampires

    12
    3
    Question qui ne se pose pas
    15 juillet 2019 - 9 h 39 min

    La réponse est NON
    Car les chacals ne se mangent pas entre eux.

    4
    1
    Elephant Man
    15 juillet 2019 - 9 h 11 min

    Tout ce qui se passe dans la région est liée à l’entité sioniste. Sans oublier qu’en prime il y a le fameux deal du siècle mort né.
    C’est à l’Europe de trouver la solution Trump n’acceptera pas de médiation de la Chine ou la Russie. L’Europe doit assumer la pleine responsabilité puisque l’Iran ayant respecté le PGAC.
    L’Iran a su faire face à l’embargo et aux sanctions avec ingéniosité et ne capitulera jamais.
    Une guerre contre l’Iran se fera contre toute la région et l’axe de la Résistance Hezbollah Syrie Irak Yémen et sonnera la destruction de l’entité sioniste et sa fin.

    14
    3
    Salahdine
    15 juillet 2019 - 7 h 51 min

    Les intérêts des occidentaux sont les mêmes, chaque membre joue la même carte d’une maniéré différente pour casser l’union des iraniens. L’iran doit rester debout sinon elle serai détruite comme l’Irack.
    Ceci pour changer l’histoire et dire pas d’histoire du monde musulman ( après la destruction de l’histoire des amaouines en Syrie, Abbassides en Irack, puis les perses). Les pays du golf sont déjà entre leurs mains!

    9
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.