Le panel de dialogue et la terre bénie de Dieu

dialogue panel
Lors d'une marche des étudiants à Alger-Centre. PPAgency

Par Aziz Ghedia – On vient d’apprendre, par le biais de la presse électronique, que le panel de dialogue, présidé par Karim Younès, a eu des discussions avec 3 000 «personnalités politiques» qui sont toutes d’accord pour des élections présidentielles «dans les plus brefs délais». En fait, cette information est rapportée par le site Algérie 360(1) dans son édition du 31 août. Jusqu’à l’heure où je rédige cette note, elle n’existe nulle part ailleurs. Pourtant, en matière de lecture sur Internet, votre serviteur est comme une abeille qui butine d’une fleur à l’autre pour produire le meilleur miel possible. Alors, dans ce cas, comment prendre cette information ?

Information banale ?

Non. Pour moi, elle ne l’est pas. Je suis vraiment étonné qu’en un si court laps de temps, le panel ait pu recevoir autant de monde, écouter avec une attention toute particulière 3 000 personnes et conclure promptement que tout ce beau monde est dans le même état d’esprit, à savoir qu’il n y a que les élections présidentielles qui pourraient sortir l’Algérie de cette impasse politique. Non, M. Karim Younès, je ne crois pas à cette version des faits. Le panel, tel que je vois les choses personnellement, est boudé par la plupart des personnalités politiques. Les personnes que vous avez reçues, quel que soit leur nombre, ne sont pas à proprement parler des personnalités politiques. Ce ne sont, de mon point de vue, que des opportunistes envoyés par les partis de l’ex-coalition au pouvoir qui veulent d’une manière indirecte prendre part au dialogue. Sinon, comment expliquer que les Algériens, les vrais hirakistes, font à chaque fois irruption dans vos sièges de réunion pour vous chahuter et empêcher toute prise de parole par ces opportunistes ?

Ou alors faut-il prendre cette information avec des pincettes ? Devrons-nous attendre encore qu’elle soit confirmée par d’autres sites électroniques ou par la presse écrite ? Ne s’agit-il pas d’une fake news ? Ne s’agit-il pas d’une information émanant des mouches électroniques dans le but de provoquer doute et scission au niveau du hirak ? Beaucoup de questions de ce genre taraudent mon esprit. Mais je m’en tiens à une chose. La seule chose valable pour moi est de ne pas faire confiance à ce panel. Il n’est pas net. Boudons-le ! Ne dialoguons pas avec ces membres, ces commissions ou que sais-je encore ! Car de ce panel, il n’en ressortira rien d’intéressant pour le hirak. Ce panel obéit au doigt et à l’œil à ceux qui l’ont mis en place. Il n’est là que pour sauver le système. Or, le peuple manifeste depuis plus de six mois pour dégager tous les anciens symboles du système et sauver l’Algérie. Il est très important de ne pas «se couper le doigt au dernier épi».

Oh, my god!

C’est comme ça qu’il faut dorénavant s’exclamer, puisque l’anglais est appelé à jouer un rôle moteur, un rôle essentiel en Algérie. Sous prétexte que le français est la langue de l’ancien colonisateur, il a été décidé, par les «hautes autorités» du pays de reléguer cette langue au second plan. « Oh, my god!» est, pour ceux qui ne maîtrisent pas encore l’anglais, l’équivalent de «oh, mon Dieu !» On prononce cette expression quand on est sidéré devant un événement inattendu, un événement qui dépasse de par son ampleur ou de par sa particularité tout entendement. C’est ce qui m’est arrivé aujourd’hui. Je suis encore sous le choc. Tout ça pour ça ? Cela fait plus de six mois que le bon peuple bataille pour «dégager» le système, tout le système et ses sbires, et voilà qu’une énergumène vient de tout remettre en cause.

Invitée par le panel du pseudo dialogue, celle-ci vient de déclarer, sans sourciller, qu’elle «préfèrerait la dictature à un régime démocratique qui ne lui permettrait pas de sauvegarder ses valeurs» (sic). Et là, j’aurais aimé qu’elle s’étalât un peu plus pour nous dire quelles sont les valeurs auxquelles elle faisait allusion. Hier, je vous disais que ce panel – qui a reçu, selon les dires d’un de ses responsables, 3 000 personnalités politiques – ne comptait, en fait, que des opportunistes sans envergure politique, et voilà donc ce qui confirme de façon irrévocable mes premières impressions.

Il faut dire que si le hirak, pour une raison ou pour une autre, s’arrêtait, les carottes seront cuites et on ne verra jamais la démocratie s’installer sur cette terre que d’aucuns, dans un passé pas très lointain, pensaient qu’elle était bénie de Dieu.

A. G.

 

Comment (16)

    Hamid
    3 septembre 2019 - 10 h 27 min

    To me , our country , Algeria , is now like a lone wounded Gazelle lying on the ground , breathless and unable to stand up on her feet .Who shot her in the leg and who is much to blame ? A small child would give you the answer : the sick men in the panel who are against reform and regeneration .I feel sad to see the once proud agile Gazelle being encircled by a rotten system but justice will prevail , InchAllah. Tahia Eldzair as always !!!

    3000 personnalités politiques !!!
    2 septembre 2019 - 22 h 11 min

    Oh, may good !

    Un mensonge, plus c’est gros, plus ça passe !

    1) S’agissant des personnalités, j’aimerais bien qu’on nous publie la liste pour authentification !
    2) Moi, aussi, je viens de me mettre à l’anglais pour faire plaisir à Caïd. Mais franchement, qui va croire ce
    bobard ! En 57 ans on a réussi ni à maîtriser ni le français et ni l’arabe ! Comment voulez-vous maintenant
    qu’on parvienne a maîtriser l’anglais d’un claquement de doigts de Bedoui(n) !

    Démonstration mathématique de la manipulation
    2 septembre 2019 - 22 h 11 min

    Supposons que sur ces 6 derniers mois à savoir ( 6 x 30 jours) soit 180 jours , ce panel rencontre de 9 H à 12 h et de 14 H à 18 H , 1 personne par heure ( ce qui est beaucoup) on arrive à 7 personnalités vues par jour .

    Lorsqu’on fait le total on arrive à ( 180 X 7 = ) 1260 personnes ou personnalités rencontrées.

    On donc bien loin des 3000 personnes annoncées par le site Agérie360

    CONCLUSION : C’est encore une nouvelle fois la preuve que Gaid SALAH, le Panel et les médias à leur solde sont des menteurs et des fourbes.

    Anonyme
    2 septembre 2019 - 19 h 29 min

    « Il faut dire que si le hirak, pour une raison ou pour une autre, s’arrêtait, les carottes seront cuites et on ne verra jamais la démocratie s’installer sur cette terre que d’aucuns, dans un passé pas très lointain, pensaient qu’elle était bénie de Dieu »

    Voilà les maux de bien des pays dans le monde, il faut arrêter de faire intervenir Dieu pour tout, la politique c’est la politique et Dieu c’est Dieu, si vous avez déjà ouvert un livre saint, vous comprendrez qu’il y a aucune terre ni aucun gouvernement bénie de Dieu, la bénédiction se fait au seul croyant en communion intime avec Dieu, si les prophètes voyaient l’idolatrie qui est faite de leur croyance (la religion n’est jamais qu’une croyance utilisée comme instrument politique)…

    2
    3
      (ⵣ)
      2 septembre 2019 - 19 h 46 min

      benir le peuple c’est censé barrer la route aux mauvais esprits comme toi.

      1
      1
      (ⵣ)
      2 septembre 2019 - 19 h 53 min

      on peut tout bénir car tout sort de la main de Dieu.

      1
      1
    (ⵣ)
    2 septembre 2019 - 16 h 14 min

    que dieu bénisse le peuple Algérien,le( hirak )
    vive le peuple algérien démocratique
    aba le regime militaire et ces complices

    7
    1
    Réponse à dada Karim Younes !
    2 septembre 2019 - 13 h 31 min

    Ya dada Karim Younes, il y a (peut-être) 3 000 personnalités politiques qui sont toutes d’accord pour des élections présidentielles dans les plus brefs délais, mais tu oublies qu’il y a des millions d’algériens (tu entends…. des millions) qui ne veulent pas d’élection présidentielle immédiatement mais plutôt une période de transition démocratique conduite par une équipe collégiale composée de personnalités crédibles et admises par le hirak, avec comme préalable la libération de tous les détenus d’opinions, la libéralisation des média lourds, la démission du gouvernement Bedoui, la révision ou la modification de la Constitution de 2016 qui a été taillée sur mesure pour Napoléon Bouteflika , la modification de la loi électorale et la désignation d’une Instance Indépendante d’organisation et le contrôle des élections qui s’assurera de l’actualisation du fichier électoral, de la bonne organisation des bureau de vote et de la validation des résultats ! Tu es loin de tout çà ya dada Karim Younes y compris tes Ammar Belhimer, tes Slimane Benaissa et d’autres qui ont accepté la compromission et la perte de dignité !

    3
    1
    simple citoyen
    2 septembre 2019 - 11 h 47 min

    Je suis frappé par la désinformation des médias publics et privés. Ils montrent des bouts de phrases de gens honnêtes qui disent par exemple  » ceux qui ne veulent pas des élections sont des saboteurs » C’est évident que personne n’est contre les élections. Un pays qui se respecte doit mettre en place les mécanismes de gestion et de gouvernance. Ces médias veulent nous dire que l’eau ça mouille et que le feu ça brule ! Il est urgent que chacun joue son rôle avec sincérité, notamment les médias, qui doivent donner la vraie parole aux Algériens. Les médias à la solde de GAID SALAH n’ont aucune crédibilité, car nous sommes tous pour l’organisation des élections, mais pas pour élire un sbire de GAID SALAH. On veut des élections urgentes oui urgentes pour élire un président de la république choisi par le peuple librement, et qui va faire disparaitre des radars les prédateurs du pays. Nous sommes conscients du retard accumulé depuis le début de la révolution , et que nous mettrons longtemps pour absorber les méfaits de ce retard et redorer l’image du pays causée par la mafia politico-miltaro-financière. Pour gagner un peu de crédibilité, il nous faudra un grand homme d’état élu massivement par le peuple, et qui va donner à l’Algérie les instruments de gouvernance dont elle besoin. Ces instruments dont a besoin le pays ne peuvent pas émaner des GAID SALAH, TEBOUNE, SAIDANI, MIHOUBI, DJEMAI et consors …….

    simple citoyen
    2 septembre 2019 - 11 h 11 min

    Bien entendu, le panel enfonce des portes ouvertes. Tous les Algériens voudraient sortir rapidement de la crise par les élections, mais pas les élections voulues par GAID SALAH ! C’est le nœud gordien entre ceux qui veulent du bien pour l’Algérie et ceux qui veulent détruire l’Algérie. Nous sommes conscients des enjeux économiques, et géostratégiques, mais nous voulons reculer pour mieux sauter. Il est temps que GAID SALAH le comprenne, qu’il arrête de discourir pour faire du sur place ! Son Algérie à lui n’est pas celle voulue par le peuple !

    Anonyme
    2 septembre 2019 - 9 h 58 min

    Ce panel qui a été démasqué par la population, qui a reconnu de nombreux recyclés du système, continue de plaider la bonne cause comme le voleur pris en flagrant délit qui jure de n’avoir rien fair. Plus c’est gros plus ça passe!!!

    21
    4
    TNT
    2 septembre 2019 - 9 h 29 min

    Tout les moyens sont bons pour les tricheurs et les manipulateurs, à la base Mr Younes est une taupe d’un clan qui veut reprendre le pourvoir au clan d’oujda et environs

    25
    3
    Zaatar
    2 septembre 2019 - 9 h 23 min

    Mr Ghedia, que vous croyez en l’information ou en Karim younes ou non le pouvoir s’en moque. Car pour lui l’information officielle (s’il en était ainsi) et vraie est celle qu’il voudra divulguer. La seule façon alors, si présidentielles programmées, de contre carrer la chose est personne n’aille voter. Et même la encore, le pouvoir risque d’amener des masses, faire sortir des casernes, utiliser toutes les institutions sous sa main pour faire exécuter sa décision. Officiellement par la suite sera désigné le nouveau président, les gens continueront de marcher tous les vendredi mais ne risqueront pas de faire faire machine arrière au pouvoir, sauf autre dimension prise par la révolte.

    11
    6
      Farida
      2 septembre 2019 - 13 h 49 min

      Zaatar – Tu connais la conclusion avant d’avoir commencé la route. Tu continues dans ta fatalité sans apporter aucune solution. On dirait que le Hirak te derrange …

      « La seule façon alors, si présidentielles programmées, de contre carrer la chose est personne n’aille voter. …..Et même la encore ………, » et meme la encore c’est un probleme pour monsieur zaatar qui rend mon mon thé sans saveur !

      3
      4
        Zaatar
        2 septembre 2019 - 22 h 14 min

        La solution peut paraître évidente pour certains et pas pour d’autres. Mais ce ne sera qu’un à priori sur la base d’hypothèses toutes relatives à celui qui porte la réflexion. Et c’est pareil pour tout le monde, personne ne détient la vérité, et il n y a que notre égoïsme qui voudrait que ça soit d’une façon plutôt que d’une autre car cela nous arrange d’une certaine manière. Aussi, la solution, si solution il y a, se dessinera d’elle-même, car le problème peut aussi ne pas avoir de solutions. »je ne peux me contenter de contempler ce merveilleux univers, et surtout la nature humaine et d’en conclure que cela est le résultat d’une force brute. Je suis enclin à considérer que cela procède de lois déterminées dont les détails bons ou mauvais, sont laissés à l’ouvrage de ce que nous appelons hasard ». C’est de John Archibald Wheeler, un génial physicien.

    Lghoul
    2 septembre 2019 - 8 h 49 min

    « le panel de dialogue, présidé par Karim Younès, a eu des discussions avec 3 000 «personnalités politiques» qui sont toutes d’accord pour des élections présidentielles «dans les plus brefs délais».
    —————————————————————-
    Chz ces gens, le mensonge n’a pas de limites et ils ne se rendent même pas compte que le monde entier les prend pour la risée sur terre. Cette « déclaration » de cet abou karim est équivalente a celle des 5 millions de signatures pour boutef. Alors un jour ce type doit répondre a ses mensonges. Les 3000 «personnalités politiques» doivent être les militants des partis qui ont produit le plus grand nombre de corrompus sur la planète car chaque parti a son chef résident a el harrach (ghoul, ouyahia, benyounes, ould abbas etc. etc.). Mais ils ont la chance que le ridicule ne tue pas. Mais ils continuent et ils persistent comme si on ne sait pas et comme si on n’a rien vu; toujours comme des voleurs qui crient « au voleur ». Les mots « honte », « décence » et « honneur » ont disparu de leur dictionnaire, le dictionnaire des corrompus.

    13
    4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.