Slogans contre laïus

manif slogans
«Vous parlez à un mur», répond ce citoyen. PPAgency

Par Karim B. – Les slogans pertinents et percutants scandés par les étudiants les mardis et l’ensemble des citoyens les vendredis sont des réponses intelligentes aux sermons redondants et menaçants prononcés par le chef d’état-major à l’intérieur d’une caserne. Leur contenu révèle le fossé qui sépare un peuple à l’avant-garde de la lutte pour ce qu’il considère être le recouvrement d’une indépendance confisquée depuis 1962 et un régime obtus et arrogant qui se croit investi d’une mission divine au point d’accaparer les commandes du pays ad vitam ad æternam.

Devant des officiers en treillis, assidus, un calepin ouvert posé sur la tablette écritoire et un stylo à la main, Gaïd-Salah débite inlassablement ses mêmes évidences, en faisant changer les mots par des synonymes pour donner l’illusion d’une évolution dans l’esprit de ses hypnagogiques dissertations. Dans ses causeries, il n’y a pourtant rien à noter, rien à souligner, rien à retenir. Faites de mots creux, ses conversations sont un prêchi-prêcha qui, par son caractère récidivant, ont fini par exaspérer les citoyens.

Choix maladroit des mots, approche martiale, niveau de langue rudimentaire, le conciliabule de Gaïd-Salah s’effiloche à chaque fois devant la réponse cinglante des manifestants qui lui rétorquent qu’il parle dans le vide, quand bien même une poignée de chaînes de télévision aux ordres s’échinent à porter sa voix aphone hors de la forteresse qu’il veut ériger entre le peuple et son armée.

En face, le hirak redouble d’ingéniosité et de créativité, usant de formules inventives, mêlant sarcasme et bon sens, sagesse et fermeté, patience et détermination. Quelques mots, quelques traits concentrent toute une philosophie, tout un programme politique, tout un choix de société, le tout convergeant vers la même conviction : le système archaïque doit être éradiqué sans violence et le mouvement lancé il y a six mois se poursuivre stoïquement jusqu’au triomphe du droit.

K. B.

Comment (13)

    Felfel Har
    2 septembre 2019 - 16 h 59 min

    Je ne cherche nullement à disculper ou à minimiser les incartades de GS. Il n’est pas seul dans cette galère. Il bénéficie du soutien inconditionnel d’un quarteron de généraux retraitables et d’une faune de vassaux. Ils sont ses béquilles, ceux grace à qui il tient encore debout. Ils doivent faire l’objet de notre attention et pour faire tomber l’inamovible GS, nous serions bien avisés de saper sa base. Sans ses soutiens, il tombera, c’est une certitude.
    De quelle disposition constitutionnelle peut-il se prévaloir pour parler au nom du président (non élu) et du gouvernement (non représentatif)? Il s’est arrogé le droit de décider seul. C’est une usurpation de fonction, de l’imposture, une de plus.
    Dans sa Lettre à Monseigneur de Beaumont, Jean-Jacques Rousseau nous avertissait déjà: « Un imposteur est un fourbe qui veut en imposer aux autres pour son profit. »
    Ne prêtons pas l’oreille à ces discours, ce ne sont des paroles, rien que des paroles. Du vent!

    Anonyme
    2 septembre 2019 - 15 h 34 min

    s’il continue a prononcr ses discours alambiqués, en faisant une fixation a la limite de la paranoia, sur ce fameux « complot de l’étranger » »il va finir comme ce sénateur américain ((MC CARTHY)) qui voyait des communistes partout en organisant des procés bidons contre tout ceux qui se sont opposés a lui !!

    Anonyme
    2 septembre 2019 - 15 h 23 min

    ce general est tellement amnesique,q’il oublie,son soutien au 5mandat et qu’il a fait partie du systeme jusqu’au bout, avant de se rétracter !il est aussi co-responsable de la situation dans laquelle se trouve le pays En fermant les yeux sur les dérives du clan boutef.ET SUR LA CORRUPTION pendant 20ANS! …. encore une fois,les citoyens.ne sont pas des imbéciles,ils soupçonnent GS de faire élire un président fantoche qui permettra au systeme de perdurer et de continuer a bénfecier de cette malédiction générée par le pétrole,qui est la rente!!§ il peut touours organiser un semblant d’élection,mais LE peuple posséde une arme ,infaillible, celle du boycott !!

    lhadi
    2 septembre 2019 - 0 h 09 min

    Face aux menaces de tous ordres susceptibles de porter atteinte à la survie de notre nation, le devoir de tous ceux qui aiment le pays autant que leurs parents est de se montrer intraitable si l’intérêt du pays nous le commande.

    Depuis quelques temps, l’atmosphère est devenue exécrable à l’image de ceux qui s’efforcent d’entraver systématiquement des décisions qui, à mes yeux, ont le mérite de maintenir cohésion nationale, stabilité et paix.

    Je ne peux que déplorer cette posture qui persiste à s’engager sur une mauvaise voie qui repose sur une chimère dont on aura vite fait de s’apercevoir.

    Je rappelle que la constitution confère une sorte des prééminence et donne le dernier mot pour tout ce qui touche la place de l’Algérie dans le monde comme tout ce qui concerne la modernisation et l’équilibre de notre société.

    J’évoque, en outre, cette autre caractéristique de nos institutions qu’est le temps présidentielle lequel apporte à son détenteur la liberté nécessaire à relever les défis et les enjeux qui assaillent la jeune nation Algérienne, non pas en imitant les autres mais en assumant notre identité qui est le ciment de notre cohésion.

    L’Algérie avant tout !!!

    Fraternellement lhadi
    ([email protected])

    5
    15
      Zaatar
      2 septembre 2019 - 7 h 37 min

      @Lhadi,
      Tu le fais exprès ou tu es ignare. Ceux qui ne veulent pas que ça avancent dans le bon sens sont connus. J’entends par bon sens faire arrimer le pays à une démocratie ou les responsables rendent des comptes au seul peuple. Ceci passe par l’extinction totale du système actuel. Autrement dit ceux qui, systématiquement comme tu dis, entravent les décisions qui a tes yeux maintiennent la cohésion nationale , la stabilité et la paix sont ceux la même encore au pouvoir et qui veulent pérenniser leur main mise sur la rente. Il est clair qu’au niveau de tous les prétendants à demander le changement, la majorité d’entre eux est du même acabit que le pouvoir actuel, c’est veut d’abord s’enrichir. C’est la toute la difficulté justement qu’aura a résoudre le peuple. Cependant, celui qui cherche à semer la pagaille parce qu’il a encore sous ses ordres les institutions de répression et que ça l’arrange qu’il y ait un vrai boucan c’est le pouvoir partisan du 5ème mandat. C’est pour cette raison qu’on n’est pas sorti de l’auberge et que le chemin est vraiment long semé de grosses embûches.

      14
    Antisioniste
    1 septembre 2019 - 19 h 27 min

    Prévisions astro-logique concernant ags sa famille et ses copains.

    La planète Mars est et restera dans votre…maison pour le restant de vos jours compté, il vous est demander et conseiller d’abdiquer avant le passage de la planète Neptune dans votre…maison sinon vous aurez affaire à l’astéroïde Apophis qui a augmenter sa vitesse et pointe directement sur votre…

    6
    4
    Abou Stroff
    1 septembre 2019 - 14 h 52 min

    pour ne pas lasser le lecteur et ne pas répéter ce que j’avance depuis des lustres, je dis, tout simplement que:
    – gaïd salah est un has been qui représente le monde ancien qui ne veut pas mourir et dont les couches sociales dominantes profitent à fond de la rente (valeur transférée de l’économie mondiale et accaparée par les rentiers du système dont fait partie gaïd). gaïd est donc tout à fait inapte à diriger un quelconque saut quantitatif et qualitatif qui nous permettrait de dépasser le système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation qui nous avilit et nous réduit à des moins que rien.
    – étant donné que le système basé sur la distribution de la rente et sur la prédation n’a pas permis et ne permet pas l’émergence d’une société civile (au sens de Gramsci et/ou de Marx), du citoyen conscient de ses droits et de ses devoirs, et de partis politiques représentants des intérêts de classes différenciés, il me parait inévitable que la tâche de « déconstruction » du système rentier soit menée par l’armée en tant que seule structure en phase avec les données du moment.
    moralité de l’histoire: la balle est dans le camp de l’armée sans gaïd et les fossiles vivants qui l’entourent.

    21
    3
      refrain t
      1 septembre 2019 - 16 h 14 min

      Abou Stroff
      1 septembre 2019 – 14 h 52 min
      Un vrai refrain
      t’as oublié la marabounta ?

      2
      4
        Santa Claus
        2 septembre 2019 - 15 h 47 min

        heureusement que vous nous illuminez avec vos commentaires ô combien pertinents, autrement, nous serons complètement perdus au sein de l’univers de Kafka dans lequel nous pataugeons.
        au fait, avez vous changé de maître après la chute de votre fakhamatouhou el aziz?

    Anonyme
    1 septembre 2019 - 14 h 44 min

    On a plus que marre et honte des discours rébarbatifs et creux, lus difficilement, en ne respectant pas la ponctuation, ce qui renseigne sur le niveau scolaire de ce papy flingueur, devant un parterre d’écoliers, calepin et stylo à la main comme pour faire une dictée(RIDICULE!!!).

    21
    6
    Zombretto
    1 septembre 2019 - 13 h 48 min

    Pour comprendre le discours et l’attitude de Gaïd Salah, il faut savoir qu’il s’adresse non pas au peuple algérien mais à ses maîtres saoudiens et qataris auxquels lui et son pantin Bouteflika ont livré l’Algérie sur un plateau d’argent. Ce sont eux qu’il essaye de rassurer que leurs intérêts en Algérie ne sont pas menacés et qu’il a la situation bien en main.
    La seule autre explication est qu’il croit réellement ce qu’il dit, auquel cas c’est un fou qui est à la tête des forces armées algériennes.

    21
    4
    Exdono
    1 septembre 2019 - 12 h 13 min

    Ce qui est curieux dans ses discours, c’est le ton employé, la syntaxe et le coté mystique. On dirait qu’il se prend pour le seigneur Elron ou Gandalf dans le seigneur des anneaux. Il y a quelque chose de médiéval, c’est étrange que son équipe de propagande soit incapable d’adapter le discours à la jeune génération qui représente 70% de la population. Ce n’est ni de l’ordre du discours civil(on peut comprendre), mais ce n’est pas non plus le discours d’un militaire. Ses textes sont pourtant scruter par toutes les chancelleries du monde, ils doivent halluciner, excepter l’Arabie Saoudite qui vit et s’organise encore comme au 8°siècle.

    26
    6
    Tayeb el Djillali
    1 septembre 2019 - 11 h 51 min

    C est un … ,vieux haineux raciste qui n ignore pas que le peuple est au courant des actions criminels de ses fils et des énormes sommes d argent détournées par des pseudos achats de ferraille russe et Emirati …. Lui et ses fils le peuple leur réserve un SORT IDENTIQUE A SADDAM ET SA PROGÉNITURE.Gloire a notre armee fidele aux generaux en retraites dont KHALED Nezzar ,Touati el moukh, ET BENHADDID ET AUTRE GHEDIRI

    20
    8

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.