Vols annulés d’Aigle Azur : les passagers pris en charge par d’autres compagnies à l’aéroport d’Alger

ZI Aigle Azur
Des voyageurs en quête d'informations auprès de l'agence Aigle Azur. D. R.

Les passagers de la compagnie aérienne Aigle Azur bloqués au niveau de l’aéroport international d’Alger, suite à l’annulation des vols de cette compagnie placée en redressement judiciaire, sont pris en charge progressivement par d’autres compagnies alors que les files d’attente restent importantes, a-t-on constaté sur place.

Les passagers, par plusieurs dizaines, forment des files d’attente importantes au niveau des agences commerciales des compagnies aériennes desservant la France. Air Algérie en tête fait face à un afflux important de passagers en quête de billets d’avion, ainsi que les compagnies Tassili Airlines et Air France. «Je devais partir ce matin à 11 h 45 pour retourner à Paris. Je suis venue me renseigner auprès d’autres compagnies mais finalement j’ai réussi à obtenir une place pour demain matin sur Tassili Airlines», raconte une jeune femme accompagnée de sa mère venues de la wilaya de Tizi Ouzou, indiquant avoir acquis son nouveau billet simple Alger-Paris au prix de 31 400  DA.

Tassili Airlines, filiale de Sonatrach, propose des billets à partir de lundi vers Paris, Strasbourg et Nantes pour les passagers d’Aigle Azur. Ayant appris la nouvelle, plusieurs dizaines de passagers ont afflué vers l’agence commerciale de Tassili Airlines au niveau de l’aérogare d’Alger. Les passagers se rendant vers les destinations desservies par la compagnie algérienne ont été pris en charge dans la foulée. «Je suis soulagée d’avoir pu trouver un billet même si je vais rater la reprise du travail ce lundi», confie une passagère quinquagénaire qui assure avoir passé «48 heures à chercher une solution». Elle a ainsi déploré «le manque de prise en charge», ne trouvant pas à qui s’adresser «face à des bureaux Aigle Azur vides et injoignables au téléphone».

Dès vendredi, début des annulations des vols de la compagnie en dépôt de bilan, Air Algérie a lancé des réductions de 20% sur ses billets à destination de la France. L’un des représentants d’Air Algérie qui a requis l’anonymat a expliqué à l’APS que l’ensemble de l’équipe de l’agence de la compagnie au niveau de l’aérogare d’Alger est mobilisé pour répondre à la demande des passagers en quête de billets d’avion vers la France. «Avec la réduction de 20%, nous leur proposons des billets selon la disponibilité des places sur nos vols», indique-t-il, expliquant que les dates de départ pour chaque destination dépendent des places disponibles.

D’autres passagers inquiets patientent toujours dans une atmosphère tendue pour savoir pour quelle date et pour combien ils pourront se munir de leur billet d’avion vers la France, pour la plupart venus en Algérie pour passer leurs vacances estivales. «J’ai obtenu une réduction de 80%, ce qui m’est revenu à 27 000 DA pour un aller simple Alger-Paris le 16 septembre prochain», raconte un passager algérien vivant en France, précisant que l’achat de son billet initial aller-retour chez Aigle Azur lui avait coûté 240 euros. Certains passagers n’étant pas pris par des obligations urgentes ont fait le choix de prolonger leur séjour en Algérie. «J’ai trouvé un billet pour Paris avec une escale à Tunis mais je pense que je vais prolonger mon séjour et prendre un billet direct pour la semaine prochaine», confie un homme retraité venu en famille de Bouira.

Pour rappel, Aigle Azur a été placée en redressement judiciaire lundi dernier. Deux jours plus tard, son PDG, Frantz Yvelin, avait annoncé sa démission de la compagnie aérienne française, spécialiste des liaisons avec l’Algérie, et en proie à une bataille d’actionnaires. La compagnie ne peut «garantir un dédommagement» à ses clients qui auraient acquis un billet pour après vendredi soir, a-t-elle prévenu jeudi, dans la foulée de l’annonce de l’annulation de tous ses vols.

R. N.

Comment (6)

    Brahms
    11 septembre 2019 - 4 h 55 min

    Mr Jean Baptiste Djebarri, secrétaire d’État aux Transports (France) réclamerait à l’Algérie 15 millions d’euros au titre d’un arriéré de 2002 à 2012 et ce, pour le profit de la compagnie Aigle Azur. On comprend donc mieux les mesures de rétorsion organisées à l’encontre des passagers les laissant ainsi sans vol, à titre de sanction. Très gonflé ce secrétaire d’État qui n’a bien sûr pas dit un mot sur les préjudices des passagers et leurs indemnisations. En tous les cas, pour les 15 millions d’euros réclamés, il faudrait que ce secrétaire d’État justifie, apporte des preuves via une facturation étant précisé que cette affaire vieille de 17 ans est sûrement prescrite par la loi donc rien à payer.

    Brahms
    10 septembre 2019 - 4 h 26 min

    Pour toucher son argent, il faut encore faire des démarches administratives et juridiques auprès de l’assurance professionnelle (obligatoire) de cette compagnie. Mais, très peu de personnes feront les démarches et dans 6 mois ce sera oublié et cette compagnie le sait très bien. Prendre des compagnies de ce type cela veut dire : Billet moins cher, avion mal entretenu donc plus de risques pour les passagers et quand il y a une avarie, vous êtes perdant à 100 %. Il n’y a que avec l’Algérie que ces compagnies Low Cost s’amusent car elles savent que derrière, il n’y aura aucune poursuite en justice donc du pain bénit. Avec les USA, cette compagnie à titre de sanction administrative serait interdite de vol couplée à une forte amende pour les désagréments causés aux passagers, personnels des aéroports, sécurité soit 13 000 passagers bloqués.

      Tahya Deutschland !
      10 septembre 2019 - 16 h 08 min

      @ Brahms
      A mon humble avis,ce n’est pas la compagnie la cause du problème,ni les tarifs, mais plutôt une entente crapuleuse franco-algérienne pour mépriser et humilier les clients abandonnés par Aigle Azur ( en ce moment) où bien Air Algérie,Air France, Tassili, tout au long de l’année. La législation européenne est claire: pour un vol moyen courrier ( France- Algérie) l’indemnité est de 400 euro par passager et par jour de retard du vol, plus, chambre d’hôtel et restauration a la charge de la compagnie. L’axe  » Air Issaba » franco – algérien a pour principe de ne pas respecter cette loi. Mes arguments ? Je suis client de la compagnie Lufthansa depuis 2006 sur la ligne Francfort- Alger ( bus Lufthansa au départ de Strasbourg) et je peux vous assurer que les prix sont bien moins chers que l’axe  » Air Issaba » ( bus compris) . Des lors qu’un vol Lufthansa est annulé, c’est 400 euros cash par personne qui sont versés, sans aucune démarche du passager, plus la chambre d’hôtel, et cela aussi bien à Francfort qu’à Alger! Je vous invite à vous renseigner auprès du personnel Lufthansa Alger, ils vous confirmeront mes dires. La diaspora algérienne a besoin de s’unir pour mettre en commun des avocats,et là, vous verrez,les compagnies algériennes et françaises vont sortir le carnet de chèque, sous peine de sanctions européennes. Payer un avocat seul c’est très cher, mais quand on se cotise par milliers, c’est dérisoire.

        Brahms
        10 septembre 2019 - 19 h 15 min

        A l’internaute Tahya Deutchland ?

        Vous avez tout à fait raison mais le problème c’est que la communauté algérienne et la moins bien organisée d’Europe voir du monde à cause des profiteurs qui agissent par intérêt personnel. Donc logiquement, Aigle Azur a une assurance professionnelle qui est obligatoire et en cas d’avarie, les touristes sont indemnisés de leurs préjudices mais très peu feront les démarches car plus préoccupés d’arrivée à bon port. Vous remarquerez enfin que chez nous, vous n’avez ni agent d’accueil, ni juriste, ni association de consommateurs, capable de structurer des dossiers afin d’intervenir en faisant une action commune pour demander des dommages et intérêts. Tout reste à l’abandon laissant le champ libre à tout et n’importe quoi jusqu’au prochain litige.

    Ils devront rembourser
    9 septembre 2019 - 16 h 32 min

    Aigle Azur a commis un braquage,ni plus ni moins, contre 13 000 Algériens, c’est à dire la grande majorité de ses clients abandonnés comme des chiens ! Le gouvernement algérien doit bloquer la trésorerie d’Aigle Azur ( 15 millions d’euros) jusqu’à ce que le dernier Algérien soit remboursé ,si rien est fait,on pourra considérer que l’État algérien est faible face à des personnes auxquelles il a accordé l’accès au juteu marché algérien. On se souvient de la mobilisation de l’État pour transporter les supporters de l’équipe nationale vers le Soudan, j’ai hâte de voir sa réaction face aux Français.

    7
    2
    thebest
    9 septembre 2019 - 10 h 47 min

    la haine de la france et de ses médias est vraiment coriace et perceptible. la faillite de la compagnie aigle azur est le fait selon les employés de la coompagnie à l’incompétence de la direction (le pdg) qui voulait absolument diversifier les dessertes de la compagnie en délaissant les dessertes le plus rentables qui sont vers l’algérie . or, cela on ne le dit pas. tout ce qu’ils disent c’est que pour décourager les repreneurs non français c’est en rappelant le détournement d’air france en 1994. je rappelle que ce détournement d’air france est l’oeuvre des services secrets français, en tout cas selon des sources officieuses et l’avis de la grande majorité des algériens.

    3
    1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.