Les étudiants décidés à manifester jusqu’au départ des symboles du système

étudiants
Les étudiants décidés à aller jusqu'au bout. PPAgency

Par Mounir S. – Toujours déterminés et bien organisés, les étudiants ont battu à nouveau le pavé pour exprimer leur rejet de l’élection présidentielle imposée par l’armée et exiger le départ de tous les symboles du système et la mise en œuvre d’une transition démocratique.

De la place des Martyrs à la Faculté centrale, les étudiants ont réitéré leurs revendications qui sont celles exprimées par le Mouvement populaire pacifique tous les vendredis. Comme tous les mardis, les étudiants ont réitéré leur exigence de la libération des détenus d’opinion. Ils se sont insurgés contre la condamnation de certains de ces détenus à de la prison ferme, dénonçant ainsi ce qu’ils qualifient de «justice du téléphone».

Ils ont réclamé haut et fort un changement radical du système politique, entonnant des slogans favorables à une période de transition et à l’instauration d’un Etat civil. Ils ont réitéré leur rejet d’une élection imposée par le pouvoir qui vise, selon eux, à maintenir le système politique en place avec d’autres visages. Rejoints par de nombreux citoyens, les étudiants ont vivement dénoncé les manœuvres du pouvoir pour faire passer son agenda au détriment de la volonté des Algériens qui manifestent en masse tous les vendredis. Ils ont aussi scandé haut et fort des slogans contre le racisme et la stigmatisation d’une région du pays. Les étudiants ont, en outre, fustigé le chef d’état-major de l’armée qu’ils considèrent comme «opposé» aux revendications du peuple.

Les étudiants ont également marché dans les autres villes du pays, à l’instar d’Oran, de Constantine, de Sétif, de Bouira, de Boumerdès, de Relizane, de Tlemcen, de Tizi Ouzou et d’Annaba. Ils maintiennent ainsi le seuil de leurs exigences politiques au même niveau, en considérant qu’aucun changement ne peut intervenir avant le départ de tous les symboles du régime. Ils réclament le transfert total du pouvoir au peuple algérien, avant une transition politique qui permettra la mise en place d’un nouveau système démocratique basé sur le droit.

M. S.

Commentaires

    Anonyme
    13 novembre 2019 - 4 h 53 min

    Les étudiants sont l’unique espoir pour combattre et renverser G.S
    ( Pinochet ) et son entourage.

    8
    3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.