Le tribunal civil de Sidi M’hamed «rattaché» à l’état-major de l’armée

tribunal Sidi M'hamed
Manifestation devant le tribunal de Sidi M'hamed. D. R.

Par Nabil D. – Les verdicts prononcés par le tribunal de Sidi M’hamed à l’encontre des manifestants arrêtés pour port de l’emblème amazigh ont fait dire à de nombreux avocats et observateurs que cette juridiction est une «hérésie». Le constat a été fait après que tous les autres tribunaux, aussi bien à Alger qu’en dehors de la capitale, ont prononcé la relaxe au profit des citoyens interpellés lors des manifestations pour les mêmes motifs.

Les juges, qui étaient en grève il y a trois semaines avant de reprendre le travail suite à un accord salarial avec la tutelle, avaient admis que la justice n’est pas indépendante. Des magistrats avaient clairement fait savoir qu’ils n’assumaient pas les verdicts prononcés par certains d’entre eux et que cela n’engageait que ceux qui en sont les auteurs. Ces magistrats se démarquaient ainsi de leurs collègues dont ils avouent implicitement qu’ils sont sous les ordres directs du ministre de la Justice, Belkacem Zeghmati, coopté à ce poste pour transmettre à ces hommes de loi «disciplinés» les instructions que lui-même reçoit de l’état-major de l’armée. Gaïd-Salah a définitivement levé le doute sur cette mainmise sur l’appareil judiciaire lors d’une cérémonie officielle, en lui enjoignant d’«aller jusqu’au bout».

Le pouvoir illégitime a créé ainsi une justice parallèle, chargée de mettre à exécution les sentences décidées de façon arbitraire par le vice-ministre de la Défense. Cette justice parallèle en a donné la preuve à Blida où des peines farfelues ont été prononcées par des juges militaires soumis à leur hiérarchie qui transgresse ouvertement les lois de la République. Elle en a donné la preuve également à Sidi M’hamed où des manifestants ont été condamnés à des peines de prison en toute illégalité sur ordre de l’état-major de l’armée.

La justice est ainsi divisée et sa crédibilité déjà entamée en a pris un sérieux coup. Les citoyens fustigent les juges qui se sont alignés sur les tenants du pouvoir actuels dont ils exigent le départ immédiat, et sans condition, et qui réclament la libération de tous les détenus d’opinion, au premier rang desquels le moudjahid Lakhdar Bouregâa. Cet appel a été entendu par des magistrats qui veulent laver l’affront qui leur est fait par un pouvoir exécutif exerçant une tutelle anticonstitutionnelle sur eux, en les rabaissant au rang d’instrument au service d’intérêts étroits.

Mais des juges dociles, sans doute impliqués dans des affaires de corruption et dont il faudra révéler l’identité, continuent de souiller la profession par leur scandaleuse vassalité.

N. D.

Comment (22)

    🌼 Pas trop viril la tenue
    15 novembre 2019 - 19 h 30 min

    @Anonyme 15 novembre 2019 – 10 h 48 min

    Défroquer des femmes juges ? … Difficile !
    Mais aussi laisser les hommes juges avec leurs « robes » bariolées du type père noël des zoulous est d’un autre siècle. Il ne manque que les perruques blondes des juges anglo-saxons pour faire le comble.

    Hamid
    15 novembre 2019 - 16 h 02 min

    Mais c’est ca que le gaid appelle « une justice independante ». Donc toujours comprendre le contraire de ce qu’il dit.

    3
    2
    Anonyme
    15 novembre 2019 - 0 h 18 min

    La justice m’inquiète moins puisqu’on avait l’habitude de l’injustice. Mais, le vote de la loi de finance 2020. Le changement de la présidence de sonatrach et la gouvernance de la banque d’Algerie est une alerte à ne pas prendre à la légère. Que cherche Gaied Salah des tchipa pour le future des sa progéniture ?!

    41
    1
    Mounir Sari
    14 novembre 2019 - 22 h 26 min

    Il n’ y a pas que le tribunal de Sidi M’Hamed qui est rattaché à l’état major.La présidence, le premier ministère, le ministère de l’intérieur, le ministère de la justice et tous les ministères sans aucune exception sont rattachés au reb dzair bis et au dictateur sanguinaire Gaid Salah!!!

    56
    1
      Momo
      15 novembre 2019 - 23 h 24 min

      T’as oublié d’ajouter L’Hadi, Kahindz/Dihiya/Tinhinane, Azul, Anonyme.

    Che Guevara
    14 novembre 2019 - 19 h 11 min

    Effectivement le tribunal de Sidi M’hamed est une chasse gardée pour GS.
    bien entendu, je parle de la chasse des toilettes et tôt ou tard on l’utilisera. 👇

    50
    8
    Anonyme
    14 novembre 2019 - 17 h 37 min

    ON Y EST !!!! MILITAIREMENT TOUTE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    61
    9
    Juge and co
    14 novembre 2019 - 16 h 13 min

    Dounia Guellati Juge et Kara Chaker procureur , rappelez vous de ces noms , la justice populaire a deja donné son verdict , 1: suspension de toute activité judiciaire ,2: defroquage, 3: supprimer les privileges et enfin restitution des bien mal acquis , saisie des logements, voitures ect ect, controle des impots 15 ans en arriere et controle du patrimoine reel sous séllé ,4; direction prison El Harach zone des detenues dangereux avec interdiction de visite pendant 20ans.

    j’espere que madame guellati ou sa famille et son entourage savent qu’ils sont en sursis a court terme ainsi que tous ses magistrats aux ordres , ils ne pourront pas dire je ne savais pas ou on etait sous l’enclume et le gleve sans protection, la justice de dieux est terrible et celle du peuple s’en approche

    70
    10
    Anonyme
    14 novembre 2019 - 15 h 33 min

    Momo
    Tu as aussi un long chemin à faire.
    Tu dois nous prouver ta bonne foi envers la patrie.
    On se cache tous derrière le Hirak ( le pauvre peuple). Quand la neige finira par fondre, le  »sous la neige » sera dénudé.

    10
    40
      Anonyme
      14 novembre 2019 - 19 h 49 min

      Défroqué des femmes juges ? … c est tout le reste je suis plus ou moins d accord parce que tt algériens quelqu ils soient a droit à une défense un avocat donc l avocat qui va le défendre on va lui enlever le droit d exercice aussi ?

      13
      18
    Felfel Har
    14 novembre 2019 - 14 h 29 min

    Pendant sa campagne électorale, Trump clamait « Make America Great Again » mais certains de ses supporters pensaient déja « Make America WHITE Again », ce qui a libéré les démons du racisme et du néo-nazisme, comme en témoignent les multiples assassinats ciblant les minorités noire, juive, latino et musulmane.
    GS, en instruisant son Ministre de la Justice « d’aller jusqu’au bout », a donné l’ordre de mettre le rouleau de l’injustice en marche. « Une injustice commise quelque part est une menace pour la justice dans le monde entier » tonnait Dr. Martin Luther King Jr. en pleine contestation contre les viols des droits civiques des Noirs-Américains.
    Lorsque la justice se soumet aux ordres des riches et des puissants, elle se déshonore, elle exhibe sa servilité alors qu’elle n’est censée obéir qu’à la loi, la même pour tous. Les pires ennemis d’un peuple sont précisémment ces juges qui piétinent le droit et qui se comportent de manière monstrueuse, révélant ainsi leur absence d’humanité. « Pour moi la justice est la condition première de l’Humanité. » Telle est la sentence prononcée par Wole Soyinka, ce Nigerian qui en 1986, a été récompensé par le prix Nobel de littérature.
    Quelle sera la récompense que ces juges et procureurs véreux attendent en se mettant à la botte de GS? Une certitude, le peuple n’a pour eux que d3aoui echar et malédictions.
    « We shall overcome one day…. » Chant de ralliement des Noirs-Américains.

    56
    9
      Anonyme
      15 novembre 2019 - 21 h 07 min

      Mensonges il y a eu bien plus de crimes raciste avec la marionnette d Obama.

      2
      6
    Lghoul
    14 novembre 2019 - 13 h 44 min

    Ce type est en train de diviser, semer la haine, le ridicule, et la discorde et tout ce qu’il y a de mauvais.
    A 80 ans il doit se trouver tous les jours dans une mosquée pour demander pardon a Dieu.
    Mais il aime mélanger « Allah » quand il lit sa dictée préparée dans une caserne.
    Il faurait faire dégager de notre pays toutes les malédictions une bonne fois pour toute.

    61
    9
    ABOU NOUASS
    14 novembre 2019 - 13 h 35 min

    On voit bien maintenant la raison pour laquelle ce procureur et cette juge condamnent à tour de lois scélérates ces pauvres détenu, avec un zèle démesuré et une arrogance assumée, et tout cela, sans
    aucun état d’âme .

    Ils vont bien assumer cette injustice , dans quelques semaines et sauront comment passent les journées en
    détention.

    56
    8
    Ayweel
    14 novembre 2019 - 13 h 30 min

    Dans toute institution et secteur on trouve des fonctionnaires justes, compétents et intègres comme on trouve aussi les bras cassés, incompétents même nuls qui excellent dans les coups bas et les combines malsaines pour couvrir leur incompétence et même de grimper les marches de la hiérarchie, et ce sont ces gens qui sont les plus dangereux, qu’on peut remarquer d’ailleurs au travers leur façade extérieure, toujours bien soignée, très bien entretenue même artificiellement, se faisant petit et donnant l’impression d’un bon écouteur devant les competents, et tout ce makup n’est en fait qu’un moyen pour couvrir leur pourriture interne, ce sont des scorpions qui prennent la forme d’une crevette. Ce sont ces gens qu’il faut absolument dénoncer par tous les moyens. Donc toute cette espece de juges , magistrats et ceux qui gravitent autour d’eux doivent être dénoncé et que leurs noms soient publiés, pour que les algériens sachent à qui ils ont affaire. Ces gens plus dangereux que les voleurs des milliards, les derniers prennent l’argent et s’enfuient, alors que les premiers sont toujours là en train d’injecter leur venin, comme on injecte du surrum, dans le corps de la nation algérienne. Porter un emblème culturel est ce un crime???? Ces juges cherchent à diviser l’Algérie. Soit ils ne sont pas algériens d’origine soit ils sont à la solde d’une officine étrangère. RETENEZ LEUR NOM.

    52
    8
    Anonyme
    14 novembre 2019 - 13 h 11 min

    Il a créer son harem le Gaied… Quelques quartiers d’Alger et les 3/4 d’Oran est a ça solde

    49
    9
    Anonyme
    14 novembre 2019 - 13 h 10 min

    juste une logique de toutes les dictatures,controler la justice et tous les rouages de l’etat

    50
    8
    Mariole
    14 novembre 2019 - 12 h 35 min

    Il paraît que cette juge serait de la famille de zeghmati. Lui et le caporal major pourront compter sur elle. Pour ce qui concerne les juges ils ont reçu leur ration de cachire, leur ventre sera bien plein, leur tête et leur cœur bien vide. Une fois la révolution victorieuse il faudra se pencher sur leurs biens si mal acquis.

    48
    10
      Anonyme
      14 novembre 2019 - 13 h 49 min

      Elle est la fille de Amar Guellati qui est dans l’habitat (PDG de l’ENPI) ami de Tebboune et la belle-fille de Amar Rouania qui est à la cour suprême et ami de…Zeghmati!! Avec des connaissances comme ça, on passe d’un poste de simple conseillère au tribunal de Tebessa au poste de juge dans un des plus importants grands tribunaux d’Algérie!!!

      73
      9
    Devoir de mémoire
    14 novembre 2019 - 12 h 12 min

    Il est du devoir des avocats qui défendent les détenus d’opinion et les détenus politiques de publier les noms des magistrats qui ont rendu des verdicts injustes et sans raison juridique ou judiciaire depuis le 22 février !

    Ce n’est nullement pour se venger sur eux ou de leur famille, ou de les désigner à la vindicte populaire, le hirak étant pacifique, dans la totale silmya ad vitam aeternam et refusant les représailles aveugles, mais c’est juste pour la postérité, pour l’histoire, pour le devoir de mémoire !

    56
    9
      Momo
      14 novembre 2019 - 13 h 30 min

      Le hirak est silmi certes mais quand la nouvelle république naîtra, ces gens là seront jugés et sévèrement punis.
      Il n’y a aucune raison de laisser passer de telles forfaitures. C’est le seul devoir de mémoire qu’on doit à ceux et celles qui ont été les victimes de ces juges véreux .
      Nous connaissons tous ces tribunaux qui ont défrayé la chronique depuis avril 2019. Nous irons chercher les juges et les procureurs qui y sévissent, un par un, et nous les enverrons croupir à El harrach et pour longtemps . Parole de Hirak

      62
      10
    Anonyme
    14 novembre 2019 - 11 h 13 min

    Dounia Guellati Juge et Kara Chaker procureur ont été installés il ya 10 jours par Sid Ahmed Merrad procureur général d’Alger. Il leur a fallu à peine 1semaine pour convoquer et condamner une quarantaine de personnes… Voila encore une preuve qu’ils ont été spécialement nommés pour ça…

    76
    10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.