Qui gère l’intifadha populaire ?

mouv intifadha populaire
Le Mouvement populaire doit se libérer de ses chaînes pour arracher ses revendications. PPAgency

Par Kaddour Naïmi – Un proverbe populaire algérien conseille : «Dîr â’lî yi bakkîk ou mâ dîrch â’lî idhahak bîk» (Tiens compte de celui qui te fait pleurer et non pas de celui qui fait rire de toi). En quoi ce conseil peut-il s’appliquer à l’actuelle intifadha populaire algérienne ?

Constatations

On constate, depuis son surgissement, que celle-ci a très visiblement été non pas l’action spontanée du peuple des manifestants mais d’agents occultes (il ne s’agit pas dans ce texte de savoir lesquels) qui ont su manœuvrer cette population. Preuve en est le fait que les manifestations ont eu lieu le même jour, à la même heure, à la même occasion (sortie de la prière collective du vendredi dans les mosquées), dans toutes les localités importantes du territoire, avec quasi les mêmes slogans. Le principal fut : «Yatnahaw gaâ !» (Qu’ils dégagent tous !»), en allusion aux membres de l’oligarchie dominante.

On relevait deux faits importants et significatifs. D’une part, les manifestants se limitaient à rejeter, à refuser en quémandant à l’autorité étatique au lieu de présenter leur programme et de le mettre en action sans rien attendre de cette même autorité étatique. D’autre part, les manifestants jugeaient inutile de se doter de leur organisation autonome, en dehors des marches publiques pour, en complément de l’action pacifique et festive, de se rencontrer dans le calme, dans des lieux choisis par eux, pour discuter de manière approfondie entre eux et, progressivement et démocratiquement, établir leur programme social et élire des représentants avec mandat impératif pour le concrétiser, en affrontant l’adversaire oligarchique.

Les arguments consistant à justifier le refus de cette auto-organisation (par des infiltrations diverses, l’arrestation de dirigeants, disputes de leadership, etc.) sont tous, sans exception, infondés, sinon formulés par les agents qui manipulent le Mouvement populaire. En effet, si le Mouvement populaire n’est pas manipulé, de manière à agir pour un intérêt qui n’est pas le sien mais celui d’une caste élitaire, pourquoi donc ce Mouvement populaire se contente de réagir à des actions du pouvoir oligarchique, avec des «Non» à ceci et à cela, sans se doter de sa propre auto-organisation horizontale, dans toutes les localités, afin de produire son propre programme autonome et ses propres représentants élus démocratiquement, sur mandat impératif ?

L’histoire est là pour l’enseigner : partout dans le monde, jamais des manifestations populaires, quelle que soit leur importance, n’ont abouti à un pouvoir authentiquement populaire, mais uniquement à l’instauration d’une nouvelle oligarchie, peut-être moins dominatrice-exploiteuse, mais néanmoins dominatrice-exploiteuse. Quant à l’actuel Mouvement populaire algérien, soyons objectifs, même si le constat est amer : qu’a-t-il obtenu sinon d’avoir été, jusqu’à présent, une masse de manœuvre pour chasser une partie de l’oligarchie au profit d’une autre partie (ce que le Mouvement populaire reconnaît lui-même), de subir des mesures répressives et des actions qui le mettent sur la défensive en lui créant des problèmes ?

Voici le plus grave : l’élection présidentielle. Ainsi, le peuple des manifestants hostile aux élections se voit contraint d’affronter une autre partie du peuple favorable à ces mêmes élections. Laissons de côté la nature de cette minorité de citoyens, par qui, comment et pour quel motif ils sont apparus sur les places publiques. Considérons uniquement les citoyens ordinaires parmi ceux favorables aux élections. Le principal est ceci : des citoyens opposés les uns aux autres. Ainsi, la traditionnelle règle oligarchique est appliquée : «Diviser pour régner.» D’où les risques d’actions non pacifiques et non démocratiques de la part des partisans (ou de provocateurs infiltrés) du Mouvement populaire sont évidents, ce qui lui ferait perdre sa crédibilité (1) et justifierait l’action répressive de l’Etat au nom de la… démocratie, à savoir le respect du choix d’une partie des citoyens pour l’élection présidentielle. Reconnaissons que cette tactique est très intelligente.

Pour l’instant, du côté du Mouvement populaire, des vidéos montrent des citoyens qui vilipendent des candidats officiels à l’élection présidentielle venus parler dans un lieu public, des portraits de candidats barrés par de gros traits de peinture noire, des affiches électorales remplies de sacs-poubelle symbolisant la «ch’kara» (sac) de la corruption, ou les visages des candidats officiels remplacés par ceux de Lakhdar Bouregâa et d’autres personnalités acceptées par le Mouvement populaire. Enfin, dans certains endroits, des citoyens du Mouvement populaire obstruent avec des briques et du ciment des locaux servant au déroulement du vote. Cette dernière action, en particulier, respecte-t-elle la règle de la démocratie ? Toutes ces réactions de citoyens sont significatives mais quel en est l’effet réel, en considérant le résultat qu’aurait l’auto-organisation pacifique et démocratique d’une campagne d’élection présidentielle entièrement proposée et gérée par les membres du Mouvement populaire ?

Questions

Dès lors, une question surgit : pourquoi le peuple des marches hebdomadaires contestataires ne se crée pas sa propre élection présidentielle ? S’il n’en a pas les moyens, quelle est alors son influence dans le rapport des forces entre lui et son adversaire étatique ? Oh ! Il ne s’agit pas de bénéficier d’un avion spécial, de beaucoup d’argent et de relais administratifs, sans oublier le soutien de l’Etat, comme c’est le cas du «candidat» Abdelmajid Tebboune. Ce dont le Mouvement populaire a besoin, c’est de citoyens et citoyennes capables de ne pas se contenter de marches hebdomadaires de protestation mais de s’asseoir, se mettre à table, une ou plusieurs fois par semaine, en dehors du travail, pour passer de la phase du quémandeur auprès des autorités étatiques au stade d’agent social de proposition, en disposant des moyens dont bénéficie l’adversaire étatique : 1) des institutions, celles-ci démocratiques et représentatives du peuple (comités, assemblées), allant de la base locale périphérique à un centre national : 2) de représentants élus sur base de mandat impératif et agissant bénévolement ; 3) d’un programme autonome, concret, clair et précis. Sans ces trois moyens, quelle chance, objectivement, aurait le Mouvement populaire de n’être pas manipulé comme masse de manœuvre, mais un agent social autonome, réellement libre et solidaire, pour éliminer un système social oligarchique au bénéfice d’un autre répondant aux intérêts légitimes de la collectivité tout entière de la nation ?

Il est vrai que, très malheureusement, l’histoire sociale du peuple algérien dispose d’un bagage très petit en matière d’auto-organisation. Il y eut seulement, après l’indépendance, la brève période d’autogestion agricole et industrielle, puis, en 2001, l’expérience des «archs» (assemblées villageoises) en Kabylie. Mais, généralement, le peuple fut toujours utilisé comme masse de manœuvre pour servir des intérêts autres que les siens, de manière ouverte, avec des partis politiques (oligarchiques ou d’opposition) ou de manière occulte par des organisations telles que Rachad (2), sans oublier les manipulations étatiques ou étrangères (occidentales et moyen-orientales, et même marocaines).

Un peuple peut-il être sauvé par d’autres que par lui-même, donc par son auto-organisation autonome ? En Algérie, actuellement, l’inexistence de comités ou assemblées citoyennes, de manière horizontale, du niveau local à celui national, ne laisse-t-elle pas, pour le moins, perplexe ? Ne constitue-t-elle pas pour le Mouvement populaire l’indice le plus préoccupant ? Les animateurs (bien que non déclarés publiquement) du Mouvement populaire ont démontré leur magistral encadrement des marches hebdomadaires, et cela depuis huit mois. Pourquoi, durant tout ce laps de temps, ces animateurs n’ont pas contribué à doter ce Mouvement populaire des moyens organisationnels pour s’autogérer afin de décider réellement lui-même de son destin ? Incompétence ou manipulation ? (3) Osons l’hypothèse ! Est-ce que les animateurs du Mouvement populaire ne sont pas, eux aussi, des manipulateurs qui le gèrent pour des intérêts qui ne sont pas réellement ceux du peuple mais d’une caste, pour l’instant, soigneusement occultée mais dont le but est évident : prendre le pouvoir ? Certains jugeront que cette question porte atteinte à la bonne foi de ces animateurs, donc au Mouvement populaire. D’autres iront jusqu’à accuser l’auteur de cette hypothèse d’être un agent manipulateur. Voici la réponse. Ne jamais se fier aux apparences mais savoir distinguer les vrais et faux amis du peuple ; pour y parvenir, avoir clairement à l’esprit les intérêts réels du peuple et cette leçon de l’histoire : le peuple a été tellement de fois trompé et manipulé dans le monde entier, y compris par ceux qui avaient subi les pires souffrances dans la lutte pour ce qu’ils proclamaient être l’émancipation du peuple.

Pour reprendre le proverbe populaire cité au début de ce texte, disons que si les marches populaires sourient, chantent et dansent avec raison, admirées par le monde entier, ne manquent-elles pas de leur complément indispensable : la sueur des rencontres quotidiennes pour se doter des moyens qui, seuls, transformeront le Mouvement populaire en agent social déterminant ? Certes, les changements sociaux radicaux, à l’époque actuelle, exigent l’action pacifique et, pourquoi pas, joyeuse, mais celle-ci n’est qu’un défoulement cathartique, récupérable par d’autres, en l’absence de structures organisationnelles créées et gérées par le peuple afin de concrétiser ses objectifs. Les «révolutions colorées» et les événements de ce qu’on appelle le «printemps arabe» en sont la preuve la plus convaincante.

Comprendre pour transformer

Terminons par une anecdote d’origine chinoise. Un vieillard, assis, vit passer un jeune homme. «Où cours-tu si vite ?» demanda le premier au second. «Je vais faire la révolution !» répondit l’interpellé. «Ah, bon ! répliqua le vieillard. S’il te plaît, assieds-toi et explique-moi comment tu feras.» – «Je n’ai pas le temps, il me faut unir aux autres», s’excusa l’enfiévré. «Mais, alors, objecta le vieillard, si tu n’as pas le temps de m’expliquer ce que tu vas faire, comment espères-tu faire cette chose si difficile qu’est une révolution ?» Dit de manière synthétique, l’anecdote signifie : vouloir transformer, c’est bien, mais comment y réussir sans comprendre quoi, par qui et comment transformer ? Finissons par une fameuse déclaration d’un spécialiste militant des changements sociaux : «Faire la révolution à moitié, c’est creuser son propre tombeau.» (Saint-Just) Ce fut partout le cas, et que l’on ne vienne pas objecter que l’époque actuelle est différente : en quoi ? Quand donc le peuple et ses vrais amis tiendront-ils compte de cette constatation empirique ? (4)

K. N.

[email protected]

(1) Voir «Comment agir avec les partisans de l’élection présidentielle ?» in http://kadour-naimi.over-blog.com/2019/11/comment-agir-avec-les-partisans-de-l-election-presidentielle.html

(2) Voir https://www.youtube.com/watch?v=Q3k23lqHnu8

(3) Une prochaine contribution examinera ce problème en évoquant un cas particulier de manipulation.

(4) Une prochaine contribution répondra à l’article «Le Hirak n’a pas vocation à être structuré» de Lahouari Addi.

Ndlr : Les opinions exprimées dans cette tribune ouverte aux lecteurs visent à susciter un débat. Elles n’engagent que l’auteur et ne correspondent pas nécessairement à la ligne éditoriale d’Algeriepatriotique.

 

 

Comment (38)

    Momo
    21 novembre 2019 - 22 h 11 min

    @zaatar
    Je n’ai pas déformé tes propos. Tu dis clairement que le hirak est fichu et qu’on peut tous monter sur le pont du bateau Algérie et ‘craquer’ une cigarette en attendant le boom final.
    Tu as droit à tes convictions. Moi j’ai les miennes et je n’en démords pas.
    Je suis persuadé que le hirak vaincra. Ils peuvent désigner leur président s’ils ke veulent, ce ne sera pas le nôtre et nous le combattrons comme on a combattu Bensalah. Aussi simple que ça!
    S’ils souhaitent déclarer l’état d’urgence qu’ils le fassent, on s’en fout royalement. Le combat continue . Un des slogans du hirak est: hnaya ouled aamiroch, marche arrière manwalouch

    4
    5
      Zaatar
      22 novembre 2019 - 7 h 09 min

      Reste persuadé c’est bien. En attendant on verra les choses venir et pour l’instant, et personne ne pourra dire le contraire, Gaid Salah a sa colonne bien droite et il tient le bon bout. Gageons qu’au moment opportun il sortira encore d’autres cartouches et que dieu préserve ce pays.

      3
      6
    Momo
    20 novembre 2019 - 19 h 30 min

    @karamazov,
    Ceux qui font les révolutions sont toujours des jeunes. Ils sont pleins de générosité et ils ont la tête pleine d’espoir.
    Quand le temps a fait son œuvre, on est plus enclin à rester dans ses pénates, on devient plus sceptique et surtout allergique au mouvement. Alors ce n’est pas tant de ta faute.
    En ce qui me concerne, Bien que je n’ai plus 20 ans, le fait de manifester chaque semaine et de militer, ici même sur ce site, de façon épistolaire, me donnent l’impression que je participe à quelque chose de beau, de grand, quelque chose qui va nous donner encore envie d’espérer en ce pays.
    Oh, je n’espérais pas te voir prendre d’assaut les Tagarins, ni rédiger une plateforme politique pour la nouvelle république, mais te voir carrément dans la contre-révolution ça me laisse pantois .
    Tous les goûts sont dans la nature. N’est-ce pas

    10
    7
      Zaatar
      21 novembre 2019 - 5 h 37 min

      @MoMo,
      Pardonnez mon intrusion mais d’une certaine manière je me sentais concerné par vos propos, que je ne réfute pas bien entendu, mais que je me permet d’apporter des un supplément pour la compréhension des attitudes de certains ici dont moi. Sachez mon ami qu’il y a une différence entre faire une analyse et la conclure avec des arguments et prendre une position pour une raison ou pour une autre (sentimentale en general), comme par exemple regarder jouer notre équipe nationale contre la meilleure équipe du monde, actuellement la belgique, et se donner tout un tas d’arguments fictifs pour dire que notre équipage va battre la belgique alors que dans le jeu et aussi le score rien ne plaide en cette faveur. C’est la même chose pour moi à propos du hirak, et pour d’autres aussi. Tous voudrions faire exploser ce système et remettre les compteurs à zéro dans ce pays avec une égalité de chance pour tout le monde. Sauf, et par l’argumentation que l’on tient et en toute objectivité, ce qui se passe ne plaide pas à dire que cela aboutira à ce que l’on espère même si on le veut de toutes nous forces. Il n y a que ça l’ami. On aime notre pays, mais même si on veut que ce hirak aboutisse, on reste pragmatique et on dit que c’est peine perdue. Et pour ton info, je suis chaque vendredi aux manifestations à didouche mourad et je crie aussi « klitou lebled ya essarakine ». Cordialement.

      7
      8
        Momo
        21 novembre 2019 - 11 h 47 min

        Ya si Zaatar. Est-ce que tu nous dis que
        tenter de redresser la barre de ce bateau Algérie qui dérive est inutile car le bateau est irrémédiablement voué à s’écraser sur un récif? Et que tout ce qui nous reste à faire, c’est de monter tous sur le pont regarder l’impact final en grillant sa dernière cigarette?
        Ya kho. Attaqo Allah fi hada echaab.
        Chacun peut constater que depuis le 22 février, ce peuple ne pourra plus vivre comme avant. Les algériens se sont aperçus qu’ils se sont faits avoir comme jamais dans leur histoire par ce système à qui ils ont fait confiance.
        On a cru tous leurs bobards, on a fermé les yeux sur toutes leurs combines, on a pardonné toutes leurs turpitudes,maintenant on leur dit basta!
        Il ne s’agit pas comme tu le dis, pour reprendre ta métaphore, de croire qu’on va gagner la meilleure équipe du monde avec un alignement de joueurs mediocres. Il s’agit pour nous d’avoir encore une équipe de football .
        Madjer disait que s’il partait l’équipe nationale n’existera plus. Eh ben, il est parti et non seulement l’équipe nationale existe toujours, mais elle a gagner la coupe d’Afrique. Cette équipe avait besoin d’un
        coach motivé et motivant pour qu’elle exprime tout son talent. L’Algérie a aussi besoin d’hommes Et de femmes compétents qui vont pouvoir ranimer corps mort.
        Le Hirak n’est pas parfait parce que la perfection n’est pas de ce monde. Mais franchement, c’est de loin le mouvement pacifique le plus organisé dans l’histoire des peuples. Ses militants, les plus en vue sont d’une perspicacité exceptionnelle.
        Ce hirak sait qu’il ne doit pas désigner des représentants car ils seront emprisonnés ou soudoyés. Vous n’avez qu’à voir où sont Boumala, Belarbi, Tabou, etc. Il a suffi qu’ils prennent trop la parole pour devenir des cibles privilégiées .
        Ce hirak veut amener l’état major à reconnaître ses errements et à se dire qu’il est temps de se retirer dans ses pénates et de laisser le peuple choisir ses hommes pour le guider.
        Lorsque cette déclaration d’intention se matérialisera, le hirak, en une semaine, choisira ses hommes qui vont négocier avec les militaires un plan de sortie de crise qui va ramener le pouvoir réel dans le giron civil.
        Nous avons devant nous une opportunité inestimable pour nous en sortir. Si nous la ratons, alors on pourra lire sourat ya sin sur ce pays et son futur.
        Jamais l’Algerie ne sera plus comme avant si ce régime persiste. Il y a eu trop d’abus et trop de divisions que même quelqu’un comme moi, kabyle de naissance, élevé avec mes frères arabes dans une ville arabe qui n’ai jamais prêté attention à ces clivages culturels arabe Amazigh, je suis devenu, à force d’entendre certains arabes insulter ma race, méfiant à l’égard des arabes depuis que Gaid Salah nous a livrés à la vindicte des extrémistes arabisés, genre Naïma salhi et consorts.
        Nous voulons tous, je crois, une Algérie une et indivisible, il y a un préalable à cela. C’est la victoire du hirak et la défaite de ce système. Je ne vois pas d’autre solution. Et comme on a eu une équipe nationale qui a emporté la coupe d’Afrique après 30 ans de déboires, on aura un pays insha Allah qui tel un
        Phoenix saura renaître de ses cendres.
        Il suffit d’y croire et moi j’y crois!

        11
        5
          Zaatar
          21 novembre 2019 - 13 h 19 min

          Ya si Momo tu déformes mes propos. Je te dis que ce n’est pas parce que je défends le hirak que celui ci en sortira vainqueur. Je défends le hirak, mais je sais qu’il l’a dans le baba au train ou vont les choses. Et chacun peut interpréter à sa guise le cours des événements. Sauf que et jusqu’à preuve du contraire, le système est toujours en place, Gaid Salah est toujours l’homme fort du pays, aucune opposition équivalente ne lui fait face, a ce rythme on va droit aux élections et même si personne ne vote on aura un président et tout le hirak sera contre la loi et un état d’urgence sera décrété. Enfin, à supposer que le hirak fasse tomber le pouvoir et Gaid Salah, avec les ambitions des un et des autres et l’anarchie qui s’en suivra ou toutes les institutions seront sans tête, je ne vois pas comment encore l’institution militaire je reprendra pas le pouvoir. Oui l’ami, avec notre état d’esprit et la façon dont a été élevée et nourrie notre société à la distribution de la rente, il ne nous reste plus qu’à monter sur le pont craquer une dernière cigarette et regarder le bateau heurter les récifs…c’est ce que tu voulais que je t’écrive eh bien en voici.

          1
          9
          Zaatar
          21 novembre 2019 - 17 h 59 min

          Mais bien sur que t’as le droit d’y croire. Tu y croiras jusqu’à la fin de la vie sur terre….

          4
          7
    Felfel Har
    20 novembre 2019 - 18 h 24 min

    On se perd en conjectures et en théories fumantes, soit-disant savantes en tentant d’identifier le(s) leader(s) du Hirak. En 1962, quand on placardait dans les murs de nos villes ce slogan « un seul héros, le peuple », s’était-on soucié d’identifier individuellement ses principaux ténors? Non, c’était le peuple, pris dans son ensemble, qui se voyait attribuer ce titre honorifique de héros. Il faut reconnaître que de nombreux militants s’étaient distingués, mais c’est le peuple entier, par sa discipline, sa solidarité, sa détermination et son sacrifice qui a contribué à porter un coup fatal au colonialisme.
    Le hirak tel qu’il existe aujourd’hui, est une réincarnation de ce vaillant peuple qui a su trouver en son sein la force morale de se soulever contre l’injustice, la corruption, la gabegie, la paupérisation. Ils sont nombreux ceux qui contribuent à mobiliser, à impulser le mouvement, mais sans l’adhésion totale du peuple, la révolution serait vaine, vite étouffée dans l’oeuf et réduite au silence. Le hirak s’avère donc être un tout homogène, solide et inébralable. Nommer ses leaders, c’est les précipiter dans les géôles de GS, c’est courir le risque de décapiter le mouvement. Pour l’heure, considérons et à juste titre qu’il n’y a qu’un seul héros, le hirak. Il ne désignera ses leaders potentiels qu’après la chute du régime, une fois que nous nous serions débarrassés de ses ruines et vestiges. Venceremos!

    16
    6
    Salim31
    20 novembre 2019 - 17 h 23 min

    Vous portez un jugement negative sur la revolution on dira par votre souci perfectioniste et vos idees avant gardistes qu on vous connais , bien que votre doute est exprime par de beaucoup de gens comme vous cela est du a la complexite de la situation multidimensionel du pays _ dans toute les traversee pereilleuse pour quitte une ile desrte ou s evader d une prison situe au fin fond du desert _il ya des doutes aphension et un sentiment d echec .
    Le hirak a liberer le peuple il a permis , une prise de consience generale d un peuple anestesie _ une jeunesse reveille a la politique _ la salafisation de
    l algerie dicter par bouteflika stopper par le peuple _ le bloc du systeme fisure ..
    Ne sous estimez pas l intelligence collective d un peuple la mission du hirak
    n est pas organisationel pour l instant , elle est dans une philosophie de guerre pacifique pour la reapropriation de son autodetermination et de sa liberte _
    Le pouvoir ne peut pas briser le hirak parceque qu il vehicule d abord une idee bien ancree dans la tete du peuple , sinon dans 2 ans au plus tard quand le bateau va serieusement s incline quant les bedoui et cie s evaderons avec leur famille il n y aura ni pacifisme ni danse dans la rue et la tout le monde regrettra le hirak

    12
    6
      Aliocha
      20 novembre 2019 - 17 h 53 min

      L’intelligence collective ???

      Ce sont des esprits tordus qui ont révolutionné le monde et non l’intelligence collective.

      Des milliards d’hommes prenaient leurs bains depuis la nuit des temps et des milliards de pommes sont tombées des arbres sans que « l’intelligence collective » n’y trouva à redire.

      Il a fallu des esprit hors du commun pour trouver la théorie de 3archi h’med et les lois de Lalla gravitasyou. .
      L’intelligence collective c’est celle qui a failli porter la vermine islamiste au pouvoir en katarvinzonz et qui risque encore une fois de les replacer. !

      6
      11
        Salim31
        20 novembre 2019 - 20 h 01 min

        @aliocha
        Vous oubliez que le systeme algerien est le complexes dans le monde il est fait de _ d une toile appelle administration la plus tordu et la plus budgetevore du monde _ l algerie est la 2 eme nation encore baatisye apres la syrie un ba3tisme qui fait de l epuration identitaire du pays _ d un mode de gouvernance socialiste 2 eme apres la corre du nord _ l algerie le 2 mem pays islamiste soft apres le pakistan _d un nationalisme et non patriotisme fond de commerce pour la ràpine et le pouvoir et puis ya le petrole pour la corruption pour les armes pour tout _ ces parametres on crees de profondes division et le pouvoir les utilise pour coupe la tete a n importe quel personne si designe par le hirak .
        par koi commence la mission est titanesque et aucun mode revolution pacifique classique ne peut venir a bout du systeme algerien _ pour briser un bloc de granite on utise les ondes le hirak teste la bonne frequence !

        5
        6
    Zaatar
    20 novembre 2019 - 16 h 50 min

    Monsieur K.Naimi, pardonnez moi. Il y avait le DOS dans votre cerveau il y a encore quelques temps, et maintenant il est sous UNIX, vous pouvez nous expliquer un peu? Comment?? Le hirak est maintenant manipulé ? Et depuis le début?…je perds la notion des choses en vous lisant et après vous avoir lu maintes fois….c’est dur d’être en accord avec soi-même chez nous il est vrai. Pourtant il y a de la constance chez certains intervenants ici…j’en ai rabâché…mais bon, il faut de l’UNIX apparemment.

    13
    7
    QUI A DÉCLENCHÉ LE HIRAK ?
    20 novembre 2019 - 15 h 35 min

    Enfin un papier correcte sur la situation actuelle du pays. Mais une chose me préoccupe. L’Oligarchie dominante qui détient le pouvoir a réussi à créer un fossé au sein même du peuple qui assiste sidéré et impuissant après l’apparition du symbole de DIVISION à savoir ce pseudo « emblème ». Nos FRÈRES Kabyles se sont laissés prendre au piège en montrant cette fois-ci LEUR VRAI VISAGE…
    C’est quelque chose de terrifiant pour l’avenir du pays et de notre peuple dont les deux composantes principales vont se regarder, désormais, comme des CHIENS DE FAÏENCE… Le POISON a été inoculé. C’est TRÈS GRAVE !!!
    Alors, je me suis posé la question suivante :
    ET SI TOUT CE REMU-MÉNAGE FAIT PAR DES MAINS OCCULTES ASSASSINES A ÉTÉ SCIEMMENT INSTRUMENTALISÉ POUR DÉSIGNER DU DOIGT ET A LA VINDICTE POPULAIRE NOS FRÈRES KABYLES ET LA KABYLIE ??? J’ai froid au dos…
    L’ALGÉRIE N’A NULLEMENT BESOIN D’UN AUTRE BIAFFRA EN AFRIQUE DU NORD !!! IL FAUT FAIRE TRÈS, TRÈS ATTENTION… MES FRÈRES KABYLES !!! NE TOMBEZ PAS DANS LE PIÈGE QUI VOUS EST ET NOUS EST TOUS TENDUS PAR DES MAINS CRIMINELLES SANS FOIE NI LOI…
    QU’ALLAH ÉCOUTE MES PRIÈRES, INCH’ALLAH !!!
    TANMIRTH.

    16
    32
      Momo
      20 novembre 2019 - 17 h 05 min

      Qu’est ce que tu nous proposes? Taire notre Amazighite pour conserver l’unité du pays? Quelle belle trouvaille. N’est ce pas?
      Écoutez-moi bien, l’Algerie est Amazigh depuis 3000 ans. Allez à l’ouest, à l’ouest, au nord, au sud-est vous trouverez partout les enfants de Thamazgha.
      Ce n’est pas parce que Gaid Salah, Amazigh de naissance, a renié son identité qu’on doit tous le suivre. Nous ne sommes pas des moutons de panurge.
      Allez faire un tour en Arabie Saoudite et dites-leur que vous êtes arabes. Ils vous diront: antoum lastoum Sarah antoum barbar. Je l’ai entendu de leurs propres bouches.
      Alors restons Zen, nous nous battons pour un état de droit. C’est tout. Pour le reste, celui qui veut être arabe qu’il le soit, celui qui veut rester berbère qu’il le reste. Le drapeau culturel restera à jamais dans le patrimoine Amazigh. …

      49
      20
        ET POURTANT...
        20 novembre 2019 - 17 h 32 min

        ET POURTANT C’EST CLAIR… C’EST TELLEMENT VRAI ! QUE CELA M’A TOUT L’AIR D’ÊTRE MANIPULATION DIABOLIQUE ET TELLEMENT DÉMONIAQUE…
        IL FAUT BIEN RÉFLÉCHIR MOMO !!! CAR C’EST LA KABYLIE ET LES KABYLES QUI SONT VISÉS DANS CETTE HISTOIRE QUI VA TOURNER, TRÈS CERTAINEMENT AU DRAME POUR LES KABYLES, CROYEZ-MOI… ET IL N’Y AURA AUCUN PAYS NI ENCORE MOINS AUCUNE NATION, PUISSANCE OU SUPERPUISSANCE QUI VIENDRONT EN AIDE AUX KABYLES… FAUT PAS SE LEURRER !
        LES KABYLES AURONT LE MÊME DESTIN QUE LES KURDES….. CE QUE JE NE SOUHAITE POINT MAIS SI DES EXTRÊMISTES COMME MOMO PERSISTENT DANS LEUR ATTITUDE AVEUGLE ET SUICIDAIRE, C’EST CE QUI ARRIVERA AU PEUPLE KABYLE FRÈRE… ATTENTION ! ATTENTION ! ATTENTION !

        13
        35
          Momo
          20 novembre 2019 - 18 h 02 min

          Je ne te répondrai pas maintenant mais lorsque nous sentirons que vous allez nous mettre à la sauce kurde nous aviserons. Je peux simplement te dire que tu prends tes désirs pour des réalités.

          17
          15
          ET POURTANT...
          20 novembre 2019 - 18 h 39 min

          @Momo. 20 novembre 2019 – 18 h 02 min.

          ALLAH YAHDIK YA MOMO !!!

          Vraiment, tu es désespérant. Sincèrement, je pense que tu n’es pas un KABYLE. Un VRAI, MISSE TAMOURTH !!!

          Tu es TRÈS CERTAINEMENT une mouche que dis-je : un MOUCHERON ÉLECTRONIQUE mococo qui infeste notre site ALGÉRIEN A.P. et QUI VEUT SEMER LA ZIZANIE ENTRE ALGÉRIENS !!!

          Sache UNE CHOSE, cependant. UN VRAI ALGÉRIEN NE LÈVERA JAMAIS LA MAIN CONTRE SON AUTRE FRÈRE ALGÉRIEN !!! SURTOUT PAS A L’ENCONTRE DE SON FRÈRE KABYLE !!! TIENS-TOI-LE POUR DIT.

          SO, ARRÊTE DE SEMER LA ZIZANIE ENTRE NOUS. TU N’Y ARRIVERAS POINT… JAMAIS ! NEVER EVER !!!
          EVEN IN YOUR FUNEST DREAMS…..

          Tu peux toujours courir… RUN ! RUN ! RUN !!!

          10
          25
          Momo
          20 novembre 2019 - 21 h 32 min

          Tu me menaces d’avoir le destin des kurdes et c’est moi qui sème la zizanie? Franchement, tu es drôlement …
          En attendant, pourras-tu écrire en minuscules comme tout le monde?
          Écrire des bêtises en majuscules, c’est rendre les bêtises plus grosses encore.

          22
          12
          mokrane
          20 novembre 2019 - 22 h 10 min

          A » ET POURTANT » le doubab
          Tu essais de semer le doute, la crainte etc tel chitan li twouswous fi soudour ness mais ca prend pas. Votre frustration haineuse à ne pouvoir diviser le hirak vous poussent à vous entêter davantage tel un sadomasochisme qui frappe sa tête contre un ROC pensant bêtement qu’ il arrivera à le briser. Sache une chose, c’ est que c’ est toi qui est bel et bien un doubeb de première classe, tu en as toutes les caractéristiques ( dissimulation, inversion accusatoires, distillation de craintes, manipulateur rêveur etc). Sache une chose, même si les Kabyles arrêtent ce mouvement, le Hirak continuera son chemin davantage. Tu crois que ce Hirak est uniquement Kabyle ou qu’ il se cantonne uniquement à la Kabylie ?? Le fait de le penser prouve que tu es un véritable lahess rangers pro régime qui essaie de se faire passer pour un Kabyle mais qui y arrive mal car aucun mots en Amazigh si ce n’ est ton thanemirth connu de tous comme le Azoul. Les Algériens debout à Oran, à Alger, à Annaba, à Constantine, dans le Sud, du Nord au Sud et de l’ Est à l’ Ouest sont tous Kabyles selon ta réflexion ?? Tu fais une fixette sur la Kabylie et c’ est là ton erreur fatal car ce Hirak est purement National mais c’ est ta crainte traumatique et viscéral qui parle. Tu crois faire peur à qui ?? Avec tes kurdes etc ? Une comparaison débile et à côté de la plaque. Les kurdes n’ ont pas de pays, les Kabyles si, l’ Algérie, depuis des millénaires et leur combat réside dans le bien du pays. Ton alarmisme de dupe n’ alerte que toi et tes semblables qui ont peur de dégager, ce qui va bientôt arriver d’ ailleurs. Tu joues l’ alarmiste, l’ inquiet pour les Kabyles alors qu’ en réalité la seule chose qui te fais rêver c’ est qu’ ils arrêtent le Hirak pour que la 3issaba qui t’ envois prospère, si c’ est cela ton cauchemar, il sera encore long. Ensuite je peux te dire que cette fois ci, il ne vaut mieux pas s’ en prendre à cette région ni à aucune autre, vous faites peur à personne sauf à vous mêmes et personnes ne vous écoutent. Vous pouvez user de toutes les armes que vous voulez, ouqsimoubillahi qu’ on abdiquera jamais biidnillah. Je te répond pour te dire que ta méthode est rouillée. Ecoute une bonne fois pour toute et va répéter cela à ton gaid, les Algériens n’ arrêterons jamais leur marche pour la liberté contre les pourritures infâmes du système, dis lui aussi qu’ user de crainte, de peur, de violence ne servira à rien car ni la peur, ni la violence, ni la crainte ne pourra nous arrêter. Parcontre toi qui essaie d’ intimider les Kabyles ce qui est risible en soit, écoute de la part d’ un Kabyle, faites très attention à ne pas finir vous comme les tyrans du 20eme et 21eme siecle. Vos balles en caoutchouc d’ hier, votre bombe devant une école, votre nervi armé d’ une kalashninkov ordonné par gaid est dans le but de faire peur. Je crois qu’ il s’ est trompé de peuple et de région. Pendant et après la décennie noir, ce peuple brave encore tous les dangers, il n’ a peur de rien. Quand tu dis que personne ne sera là, nous nous en sommes toujours remis à ALLAH et avons toujours accordé notre détermination à nos dou3a, il nous suffit et il n’ y a pas meilleur protecteur. Concernant l’ emblème Amazigh il sera là aujourd’ hui et demain heb woula krah, akrah khir. TATNAHEW GA3 !! Ps : Ta frustration devant le fait que tu n’ arrives à duper personne te pousses à faire dans la délation, la calomnie envers le camarade Momo en voulant le faire passer pour un marocain ou que sais je. Momo est un pur Algérien, quant à toi  » ET POURTANT » il ne reste plus qu’ à t’ enliser davantage dans ta frustration et ta rage et à faire briller les semelles de ton has bean gaid. Ne te fatigues plus car la peur que tu essais de distiller ne peut que renforcer férocement notre détermination comme tout Algérien qui se respecte. Un thanemirth d’ un vrai Algérien Kabyle à contrario de toi. Vive le pouvoir au peuple ! Nous l’ arracherons !

          14
          9
          ET POURTANT....
          20 novembre 2019 - 22 h 50 min

          @Momo. 20 novembre 2019 – 21 h 32 min.
          Où tu vois la menace, mon frère ? Tu es vraiment un drôle de coco… OUPS ! mococo… pardon !

          J’ai peur et je m’inquiète surtout pour mes FRÈRES KABYLES, c’est tout. La REAL POLITIC est là et bien là !

          Mais, il n’y a AUCUNE MENACE de ma part, juste un conseil suite au constat sur la politique mondiale actuelle.

          Mon frère, t’as pris un join ou quoi ? Tu hallucines… Alors, un conseil d’ami, ne force pas trop sur le sebci. C’est très mauvais pour ta santé…

          Allez, zou…

          8
          26
          ET POURTANT...
          22 novembre 2019 - 3 h 54 min

          @Mokrane. 20 novembre 2019 – 22 h 10 min.
          MARHAVA YISSEK A DA MOKRANE !
          OU HAK TADARTHIOU AGMA AMAÂZOUZ NEKINI DHA QVAYLI iHOURANE….

          Tu es trop excité et tu m’accuses à tord et à travers si injustement. Calme-toi, tout d’abord, et RÉFLÉCHIS. Puis, laisse-moi t’apprendre une chose très importante :

          Ce ne sont JAMAIS les peuples qui sortent « triomphants » d’une « révolution » pour devenir « libres » comme tu le crois si naïvement mais TOUJOURS…… L’OLIGARCHIE FINANCIÈRE MONDIALE qui domine le monde en MANIPULANT les peuples et leurs pays afin de mieux les dominer pour mieux les détruire par la suite afin d’installer leur hégémonie totale sur le monde. Les peuples ne sont qu’un « instrument » de MANIPULATION… ET ILS N’OBTIENDRONT RIEN !

          Retiens bien cela, agma a maâzouz que dans la vie  » :

          TOUT EST MANIPULATION RIEN QUE MANIPULATION ET RIEN D’AUTRE…

          Amitiés. AZUL FELLAK.

          9
          4
    Karamazov
    20 novembre 2019 - 13 h 40 min

    « it de manière synthétique, l’anecdote signifie : vouloir transformer, c’est bien, mais comment y réussir sans comprendre quoi, par qui et comment transformer ? »

    La modestie qui me bride m’interdit de me sentir plagié, non par ce vieux sage mais par ceux qui veulent nous apprendre à grimacer et qui l’imitent.

    Je rétorquerai par cette réflexion d’un autre esprit : Abou karl el Marxi, qui est le contre-pied de cette citation. « Il ne s’agit pas d’expliquer le monde mais de le transformer. ».

    D’où ce que splikais sur la mécanique de la révolution. Le matérialisme historique. La révolution n’a pas besoin d’élucubrations, d’être splikée , mais d’être réalisée.

    Si ce mouvement a été pris pour ce qu’il est : un troupeau de tubes digestifs ambulants, on ne chercherait pas à lui bidouiller une stratégie.
    C’est la superstructure idéologique qui accompagne actuellement le hirak qui lui va comme un gant. Vouloir lui en greffer une comme si c’est une théorisation qui lui manque, c’est comme vouloir implanter un cerveau à un batenjel !

    La révolution c’est comme le métabolisme : il y a le catabolisme : la dégradation des aliments , et l’anabolisme, la synthétisation de molécules assimilables par l’organisme. Tout cela se fait mécaniquement sans aucun besoin d’être élaboré planifié, conçu, théorisé, dans le cerveau.

    4
    9
    SaidZ
    20 novembre 2019 - 12 h 21 min

    Je suis désolé mais t’as contribution est loin d’être une contribution!
    Tu te demandes comment est-ce que le peuple est sorti le même jour et à la même heure!? mais, il y a eu tout un travail de mobilisation et de réveille de conscience qui s’est fait avant le 22…..en tout cas le terrain est en marche et le plus important c’est que c’est dans la bonne direction!

    8
    8
    Momo
    20 novembre 2019 - 11 h 43 min

    ….
    On a eu droit à tous les glissements: le hirak n’est pas organisé, le hirak a satisfait toutes ses demandes, le hirak est manipulé par la France et par Israël, le hirak est manipulé par les éléments de Toufik et de Bouteflika. Enfin tout le bruits qu’on fait pour étouffer la vérité.
    Pour ma part, j’ai tout de suite compris que L’hadi travaillait pour une officine du général lechkhem. Auparavant, il y avait un autre écrivaillon de Rouiba qui publiait des chroniques dans ce sens. On ne l’entend plus depuis quelques semaines. Mais la grande surprise fut pour moi ce Naïmi K , auteur de ce papier, dont les ‘contributions’ ont d’abord été ‘correctes’ vis à vis le hirak, puis complètement hors sujet (auto-gestion) et maintenant ouvertement anti-hirak. Aujourd’hui, il a sorti la grande artillerie: comportement anti-démocratique des Hira listes (comme si on était en démocratie), manipulation à partir de l’étranger, absence de vision (il veut qu’on travaille sur des propositions politiques sous la pluie et sur le bitume car il sait que Gaid Salah refuse aux opposants des salles de 20 places et plus).
    Je comprends que AP fonctionne présentement au ralenti, avec les moyens du bord . Mais offrir des tribunes à des gens qui jouent avec l’avenir du peuple n’est pas sain. Le hirak va gagner Insha Allah. Nous n’avons pas l’ombre d’un doute. Et même si des élections truquées ont lieu, le ‘président élu’ aura encore en face de lui le Hirak. C’est aussi vrai que le jour qui suit imperturbablement sa trajectoire .

    13
    13
      Dimitri
      20 novembre 2019 - 14 h 16 min

      Je crois que toua et l’auteur vous vous rejoignez à votre insu.
      Lui , il avait donné son cerveau à la maintenance au début du Hirak, c’est pour cette raison qu’il s’est laissé subjugué. Et là je crois qu’on le lui a formaté accidentellement , il est perdu.

      Et toi tu es Comme Mohamed Zinet et sa couscoussière dans « les surdoués »: La révolution triomphera !

      L’un comme l’autre vous n’arrivez pas à comprendre que hadek houa leqmech. Ath tezguem izgaren!

      2
      16
        Momo
        20 novembre 2019 - 16 h 00 min

        Ya si Dimitri, quoique je fasse avec toi , ce sera peine perdue. Il arrive un temps où le cerveau est comme figé. Impossible de le raisonner. Il est vrai que toute ta vie tu as vécu en France et des révolutions tu n’en connais que ce que l’histoire en rapporte. Alors, laisse le hirak tranquille et cultive ton jardinier n dirait Voltaire ( tu vas encore me sortir Google je crois. Esprit sclérosé)

        8
        9
          Dimitri
          20 novembre 2019 - 17 h 30 min

          Tic tac tic tac atsouzaguen aman Lhirak ! Tant va la cruche à l’eau. allô quoi ! Dirait une autre grande révolutionnaire !

          Bien sûr moua le vieux noc des neiges d’antan je ne connais de révolutions que celles que j’ai lu dans les livres d’histoire.

          Et toi noc de la dernière averse tu as dû en faire des masses ? Racontes nous donc tes prouesses ya Si Guivara !

          Nus verrons ça , nous verrons ça , comme disais Noura a Ahmed Saber dans la chanson éponyme.

          3
          11
    Karamazov
    20 novembre 2019 - 11 h 25 min

    Hahaha ! «Dîr â’lî yi bakkîk ou mâ dîrch â’lî idhahak bîk» .

    Quand je vous racontais la parabole du Zoizo de « mon nom est personne  : « Ce ne sont pas ceux qui vous mette dans la m… qui vous veulent forcément du mal , ce ne sont pas ce qui vous en sortent qui vous veulent forcément du bien » « Certains n’ont pas apprécié ».

    Certain ont été trop loin dans leur soutien au Hirak , aveuglés par leur enthousiasme ils nous ont maudit , nous autres qui les avertissions de leur fourvoiement.

    Mais maintenant on nous suggèrent que le Hirak pourrait être manipulé . Pourrait car il ne va pas plus loin dans ses supputations.

    Moua , je disais que ceux que le Hirak menaçait, je parlais de tous ceux qui dans l’opposition, dans l’intelligentsia, ou dans l’alliance avec le pouvoir se sont fait une posture ou un nom avant le 22 février , ne se laisseront jamais voler la vedette ou disparaître quitte à saborder le Hirak de l’intérieur ou en semant les obstacles sur son chemin.

    Pour tous ceux-là le Hirak est aujourd’hui une monnaie d’échange , c’est à qui saura se l’approprier.
    Ou a qui saura s’en débarrasser.  

    Mais quand je disais cela on me rétorquait : c’est une révolution, Une révolution ne s’arrête pas à ces formalité-là.

    Moua, persistant , je n’ai cessé d’écrire qu’une révolution est un torrent qui se débarrasse mécaniquement de ses archaïsmes et qui génère d’autres aussi mécaniquement. Or le Hirak est l’inverse de tout cela. Il a rameuté tous les résidus du FIS et de la vielle opposition gauchiste et les chefs des partis qui ont tous échoué à se poser comme alternative.

    Aujourd’hui le Système qui peine encore à se débarrasser du hirak , fait avec, il se recompose tant bien que mal, en gérant et en contenant le mouvement.

    La date butoir approche , si elle n’est pas déterminante elle constitue néanmoins un enjeu majeur en attendant. Si le Hirak perturbe cette élection , le pouvoir fera passer en force les résultats qu’il a déjà concoctés , en triomphant et en fanfaronnant que malgré les tentatives de nuire à la démocratie le peuple s’est dirigé massivement vers les urnes pour plébisciter dès le premier tour Untel .

    Après… Après touhedithou akhbaraha. Ou, comme on dit chinou, : ad youqa3 ouwezwaz-is !

    2
    14
    Che Guevara
    20 novembre 2019 - 11 h 15 min

    Bonjour Mr Kaddour Naïmi, loin de moi toute idée de confrontation, bien au contraire mon but est des rectifications au cas où je me trompe. Donc à mon humble avis :

    1Le Hirak n’a pas était spontané dans tout le territoire mais son origine a commencé à kharata d’abord puis rependu. Est-ce que c’est les réseaux sociaux qui ont joués un rôle ou autres ?
    2-Si le vendredi à été choisi c’est un jour férié et si le moment est après la prière c’est parce que les gens sont déjà réuni par obligation religieuse, inutile de les faire sortir de chez eux ce qui est difficile.
    4-«Yatnahaw ga3» est une réaction innocente d’un jeune qui à surpris par sa sincérité et sa spiritualité adoptée spontanément et sans calcules par tout le monde (moi le premier). Est que You Tub joué un grand rôle ou autres ?
    5-Comment voulez-vous vous organiser ou présenter un programme ? Quand :
    -Tous les moyens immobiliers et espaces publiques sont propriétés de l’Etat donc « Issaba ».
    -Se réunir en privé, on est tout de suite arrêté sous l’inculpation de voles, ventes de drogue …
    -Dés qu’une tête ou un groupe dépasse parmi les manifestations c’est la prison pour atteinte au moral, division du peuple, contre les intérêts de la nation …
    -La plus part des arrestations concernent surtout (comme il a dit lui) la fiche « S ».
    Etc …

    Devant cette impasse, que revendique intelligemment le peuple, une période de transition où les acteurs désignés seront compétant, neutres et intègres, inconnus au bataillon (cas de le dire) tout en préparant des élections saines, honnêtes et transparentes. Ce n’est pas ce genre de personnalités qui manque !!!

    Certes, il faut donner l’exemple et être civiliser, mais que représente la vilipende des candidats, leurs portraits barrés, remplies de sacs-poubelle … devant plus d’un demi siècle (Ya Bou Galbe !!!) de dictature, d’injustice, d’oppression … DE HOGRA.
    Et, si les gens ont construit des petits murs en briques, eux ont construit des murs géants en béton armé entre le peuple et ses richesses minières, un océan de clientélisme et de ben3amisme entre les jeunes et l’égalité des chances … Ect.
    Décidément !!! L’arbre qui cache la forêt !!!

    Ect, ect, ect, ect, ect, ect, ect, ect, ect, ect, ect, ect, ect, ect, ect, ect, ect … Trop long à raconter.

    Merci pour votre excellente analyse du fond du problème.

    9
    9
    Aidan
    20 novembre 2019 - 10 h 39 min

    Je ne vais pas commenter tout l’article, mais seulement la partie où vous parlez du manque de valeurs démocratiques des Hirakistes quand en face à des groupes pro-élection (bien que restant encore incroyablement pacifique !). Eh bien, voyons : un groupe (la très grande majorité du peuple algérien) est opprimée, réprimée, emprisonnée, interdite d’accéder librement à certaines zones et régions du pays pour les empêcher de se joindre à d’autres manifestations (en violation de la constitution), et un autre groupe (la grande majorité d’entre-eux étant payée pour faire de la figuration) se voit attribuer toutes les facilités (chkara, transport gratuit, escortes de police, couverture médiatique, etc.), le tout avec de l’argent des contribuables! La démocratie, dites-vous! Ou bien parlez-vous seulement d’une démocratie sélective et à sens unique? Dans tous les cas, cette partie de votre article utilise certainement de faux arguments.

    Ce régime pourri n’a jamais eu l’intention de quitter le pouvoir même si le Hirak avait fait tout ce que vous proposez dans votre article !

    13
    8
    Anonyme
    20 novembre 2019 - 9 h 55 min

    En ce qui me concerne, je me suis distancé du hirak, depuis qu´il n a pu ou voulu choisir ses représentants pour les envoyer à Gaid Salah négocier les modalités de sa retraite!
    Je suis, par défault pour la présidentielle (où j aurais bien voulu voir se présenter des figures du hirak) parce que la situation économiques du pays est catastrophique qui préfigure une crise sociale, si le pays reste sans président encore longtemps.
    Mieux vaut une solution avec imperfection, qu´une solution idéale avec son lot d´insécurité politique, économique et sociale.
    Ou comme on dit: mieux vaut un tu l as que 10 tu l auras!

    7
    23
      Momo
      20 novembre 2019 - 13 h 05 min

      57 ans d’imperfections, ca ne te suffit pas. Il faut croire que tu es fait pour les imperfections!
      Un jour viendra, tu mendieras devant la mosquée du coin. Et si ce n’est pas toi, ce sera ta progéniture.
      Avec une mentalité pareille, la France n’aurait jamais quitté l’Algérie.
      Khawana!

      12
      14
        Anonyme
        20 novembre 2019 - 16 h 21 min

        Il y a une différence énorme entre les paroles et les actes. Si le hirak n´est meme pas capable de choisir ses représentants, qui va alors prendre la relève pour conduire et gérer le pays « parfaitement » selon toi!?
        Tu ne dois pas etre concerné par le chomage dont souffre beaucoup et qui guete d´autres encore plus nombreux.
        Si vous rejetez les élections prochaines, que proposez vous alors comme solution aux problèmes économiques urgents?
        Beaucoup de gens ont quitté le hirak, parce que celui-ci s´est perché maintenant sur un nuage, sans parler de la fraction avec des arrières pensées qui feraient beaucoup de mal à l´Algérie!

        5
        10
          Momo
          20 novembre 2019 - 17 h 11 min

          Dors bien!

          3
          10
    TNT
    20 novembre 2019 - 9 h 22 min

    Impossible de continuer avec le régime actuel, nous avons touché le fond et on a plus choix, soit lutter pour Remonter où soit laisser mourir comme des lâches

    16
    7
    ABOU NOUASS
    20 novembre 2019 - 9 h 01 min

    Si vous vous complaisez à affirmer que cette révolution est encadrée par des individus dont vous ne voudriez pas vous avancer quant à leur identité ou tendance, je peux vous dire moi aussi que vous vous perdez en conjectures.

    Sinon dites-nous qui sont ces putatifs manipulateurs ?

    9
    8
      Anonyme
      20 novembre 2019 - 13 h 23 min

      Qui est représentant LEGITIME du Hirak? Il y a tout et son contraire dans ce hirak..D’ailleurs il pourrait même y avoir un hirak bis pour s’opposer à un représentant illégitime et non représentatif du Hirak actuel..
      Continuez à tourner en rond mais cessez de prendre le pays en otage pour des considérations de petit ego ou de défenses de petits particularismes…Surtout depuis l’étranger !

      4
      9
    elhadj
    20 novembre 2019 - 8 h 52 min

    une analyse perspicace de la situation actuelle ou l on relève qu une certaine forme de violences inadmissibles,contraire aux règles de la démocratie,sont commises ici et la par des énergumènes se prévalant agir au nom d un hirak désordonné qui n arrive a s encadrer par des interlocuteurs représentatifs.le pays a besoin dans l urgence d être dote d un président de la république pour le prémunir des risques éventuels de faillite totale de son économie,de préserver sa sécurité et l unité du peuple.la menace de boycott ,de violences a l encontre des postulants et des électeurs n est pas une solution ni même une démarche démocratique

    6
    17

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.