FFS : «Le régime a décidé de reconduire la politique des passages en force»

Aouchiche FFS
Le premier secrétaire national du FFS, Youcef Aouchiche. D. R.

Par Mounir Serraï – Le FFS regrette que le pouvoir ne tienne pas compte de ses alertes quant au danger de persister dans l’ignorance des revendications légitimes du peuple, exprimées dans le sillage du processus révolutionnaire du 22 février 2019. «Nous avons appris par voie de presse la convocation du corps électoral, le 15 septembre prochain et la date du 1er novembre pour y tenir un référendum sur la nouvelle Constitution. Malgré nos alertes, et en dépit des longs mois qui ont jalonné la révolution populaire enclenchée le 22 février 2019 dernier, le régime a décidé de reconduire la politique des passages en force pour se perpétuer», dénonce le FFS dans un communiqué signé par son instance présidentielle.

Le parti de feu Aït Ahmed met ainsi en garde le pouvoir en place «sur les risques d’échec à vouloir imposer d’une manière unilatérale et autoritaire une feuille de route politique et un référendum pour adopter une nouvelle Constitution pour le pays, que seule une Assemblée nationale constituante a la légitimé d’élaborer».

Le FFS estime que seul un processus constituant permettra de construire des institutions réellement démocratiques et représentatives. «C’est le même processus d’ailleurs qui devra nous doter de la première Constitution qui reflétera les aspirations et les attentes du peuple algérien», affirme l’instance présidentielle du parti qui considère que «face aux menaces extérieures qui guettent notre pays, seul un Etat démocratique fort de la légitimité populaire, garant d’une émancipation politique, sociale et économique de son peuple est en mesure de préserver la souveraineté nationale».

Le FFS dit ainsi être encore attaché à la construction d’un consensus politique national et à l’amorce d’un véritable dialogue inclusif, sincère et responsable. Le plus vieux parti de l’opposition dénonce, par ailleurs, le recours à la répression policière et judiciaire pour «museler et éteindre les voix qui réclament d’une manière pacifique et responsable leur droit à s’exprimer et à manifester».

Il exige également «la libération, sans délai, de tous les prisonniers politiques et les détenus d’opinion». Il relève, en outre, le fait que le système actuel de gouvernance «continue d’ignorer les revendications légitimes du peuple algérien sur le plan politique, économique et social», alors que la crise sanitaire s’aggrave et que ses conséquences sur le plan de l’emploi et du pouvoir d’achat des citoyens s’amplifient.

M. S.

Comment (9)

    LE ¨PEUPLE
    30 août 2020 - 23 h 56 min

    @ Le FFS regrette que le pouvoir ne tienne pas compte de ses alertes quant au danger de persister dans l’ignorance des revendications légitimes du peuple

    Le peuple ne vous a pas mandaté pour parler en son nom

    FFS+RCD=regionalistes.
    30 août 2020 - 19 h 52 min

    Deux partis minuscule qui ont politisé le foot ball,la musique,la culture et même la religion ,deux partis qui ont goûté dans toutes lès sauces et responsables d’une manipulation de la jeunesse kabyle jusqu’au ils ont tourné leurs dos à l’hymne nationale.ou étais ce parti quand lès sauvageons du mak,du rcd ,rashad et les supporters de la …..assoul et le …..bouchachi
    tabassés lès femmes et lès vieillards devant nos consulats?ou est leurs démocratie?la politique de our way or the highway!..

    Vroum Vroum 😤..
    30 août 2020 - 5 h 17 min

    Oh FFS, ne dit pas « Régime Algérien », mais par respect dit « État Algérien », et si demain le FFS est au Pouvoir, alors il dira « État Algérien »… L’Algérie est un État…J’ai remarqué aussi que l’exil Abdou Semmar depuis qu’il est en France dit « Régime Algérien », alors que lorsqu’il vivait en Algérie, Abdou Semmar disait « État Algérien »… Et Zitout, Dhina Rachad Islamistes disent aussi « Régime Algérien »… Rappelons que l’Algérie est un État , oui un État…. Et FFS un Parti tout simplement où Abdou Semmar un exilé ou Zitout/Dhina Rachad des vendus aux puissances Étrangères… C’c’est clair.

      Anonyme
      30 août 2020 - 13 h 14 min

      Tu a besoin de repos…

    Belveder
    28 août 2020 - 18 h 23 min

    quel sont les pistes et réformes a entreprendre pour le FFS,, sur le plan social economique..éducation santé le grand sud écologie diplomatie et la liste est tellement longue
    monter sur une estrade chaque semaine pour nous dire ce qu on sait ou établir des constats c est valable pour tous les partis..
    comme on apporte rien de nouveau on tape sur l ancien c est du rechauffé.

      Anonyme
      29 août 2020 - 10 h 22 min

      On a plus besoin de postes ou de solutions, t’es maîtres savent tout et sont en train de tout changer… il paraît…

    Réponse
    28 août 2020 - 17 h 27 min

    Félicitation du soutien de votre protecteur le colonialiste de l’ouest et laissez l’Algérie tranquille.

      TAYEB EL DJILLALI
      28 août 2020 - 18 h 35 min

      LE FFS EST UN PARTI DE LIONS . (…) Ni toi et encore moins tes suppôts ne peuvent prétendrai être plus algérien que Hocine Ath Ahmed (…)

    مسعود البسكري
    28 août 2020 - 17 h 22 min

    مجرد تساؤل:ـ
    كيف تقرر الشعوب مصيرها!!!؟؟؟
    الجواب يعلمه القاصي والداني وهو قاعدة أساسية من أسس الديمقراطية والقانون الدولي.ـ
    ويكمن ذلك في اللجوء إلى الصندوق عن طريق الإستفتاء أو الإنتخابات.ـ
    ومن يدعى أنه يمثل الشعب أو الشعب معه فليطلب من هذا الشعب أن يصوت بنعم أو لا.في حالة الإستفتاء، ومع هذا أو ذاك الحزب أو الشخص في حالة الإنتخاب ـ
    أما المطالبة بجمعية تأسيسية يتعين أعضاؤها عن طريق الهاتف والولاءات أو ربما الضغوط لتقرر مصير شعب فذلك هو الحلم في اليقظة.ـ
    وأغرب ما في الأمر أن الأحزاب التي تدعى أنها ديمقراطية هي من يرفض أسس الديمقراطية وتحارب من يتبناها.ـ
    عيش تشوف وعيش تسمع.ـ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.