La mouvance islamiste s’acharne contre tamazight dans la nouvelle Constitution

islamistes tamazight
La mouvance islamiste fait front commun contre tamazight. New Press

Par Mounir Serraï – Les partis politiques d’obédience islamiste ont décidé tous d’appeler à voter contre le projet de révision de la Constitution. Le parti El-Adala, de l’islamiste radical Abdellah Djaballah, le Mouvement de la société pour la paix (MSP) du frère musulman Abderrezak Mokri et le Mouvement Ennahda de Yazid Benaicha ne rejettent pas le processus de révision constitutionnelle mais le contenu qu’ils ne trouvent pas suffisamment orienté pour un Etat théocratique.

Le courant le plus radical, incarné par Abdellah Djaballah, ne supporte pas qu’une autre langue vienne concurrencer la langue arabe. Ce courant refuse d’accepter une deuxième langue officielle même s’il s’agit de la langue maternelle de l’écrasante majorité des Algériens.

Pour eux, cette Constitution ne correspond pas à leur projet de société qui n’est pas différent de celui du FIS. Un projet qui va renvoyer le pays quelques siècles en arrière. Un projet où la femme n’aura le droit ni au travail ni à l’école, où l’homme pourra épouser quatre femmes sans la moindre contrainte et où la Charia remplacerait la loi. Mais ils préfèrent axer leurs attaques sur l’intangibilité de l’article 4 qui consacre tamazight langue nationale et officielle. Une officialisation qui leur reste en travers  de la gorge des dirigeants de ces formations qui rament contre le cours de l’histoire, ignorant visiblement que cette officialisation est le résultat d’un long et dur combat d’un système politique qui a fait de l’arabo-islamisme son arme redoutable contre les forces démocratiques et progressistes.

Leur choix de voter contre le projet de révision de la Constitution recèle aussi un calcul politique en ce sens que par leur rejet de ce texte, ils lorgnent les partisans de la «badissia-novembaria», un contre-courant démocratique apparu en pleine effervescence de la rue en 2019. C’est ce que ce contre-courant pourrait représenter comme gisement électoral qui intéresse les Djaballah et consorts. Parce que leur choix de participer au référendum sur la Constitution en appelant à voter contre ce projet de Loi fondamentale est plutôt motivé par leur préparation à participer aux élections législatives et locales qui interviendront juste après.

En s’éloignant de l’option du boycott, ces partis cherchent aussi à rester dans les bonnes grâces du pouvoir dans la perspective des prochaines échéances électorales. Car, dans le cas contraire, ils auraient simplement appelé au boycott de ce référendum.

M. S.

Comment (38)

    Zinou
    4 octobre 2020 - 19 h 33 min

    Darmanin le ministre de l intérieur veut mettre la langue arabe comme langue vivante ds les écoles et collèges de France c est pour lui une façon de réduire le pouvoir du religieux en France.
    Dieu est grand et bcps d européens et français vont se mettre a cette langue la découvrir l apprendre ne serait ce que pour faire du business plus tard avec les pays du Golfe le ou pays arabes .En France même Marine le Pen et ses adeptes vaont devoir se y mettre bientôt inch Allah pour ne pas être dépassé à l avenir.

    hombre
    4 octobre 2020 - 18 h 57 min

    ces gens la ,demandent des certificats de virginite,moi je leur demande un certificat de patriotisme ,et un
    encephalogramme ,mais je pense qu il sera desert comme l habitat de leurs maitres,je leur propose d aller
    faire un GOLF et d y rester

    Mourad
    4 octobre 2020 - 18 h 28 min

    C’est bien une preuve ,les islamistes utilisent bien l’islam juste pour combattre notre langue et notre culture millénaire en faveur d’une culture qui vient de la péninsule arabique.
    Nous subissons finalement une autre forme de colonisation avec cette fois un habillage religieux auquel le peuple est attaché.
    Il s’agit d’une imposture.
    Ils confondent identité et spiritualité.
    L’islam, religion de paix et de pardon ne peut être contre une langue ou une culture sous prétexte de la sacralite de la langue arabe ou de l’unité nationale.
    Ces gens sont un danger là où ils sont nombreux.
    C’est des partisans de la violence.
    Il doivent être combattu par la force de la loi et de la sensibilisation de nos enfants induits en erreur par la transmission et l’enseignement de notre religion et de notre histoire réelle.
    C’est notre unique salut.

    Anonyme
    4 octobre 2020 - 17 h 27 min

    Voilà la main étrangère, ces parties sont à la solde de Émirat, Égypte et Saoudie. et ses derniers frères ennemis de l’Algérie quand à eux sont à la solde des USA et Israël… !!
    Pour finir, le peuple doit se débarrasser des parties de nahnah, djabaalh et Belhadj au lieu de voter pour eux

    SaidZ
    4 octobre 2020 - 13 h 07 min

    en 58 ans, nous sommes rendu à presque une dizaine de constitutions!!!
    l’Algérie a besoin des hommes qui respectent la constitution. Quant aux islamistes, je pense qu’ils sont entrain de jouer leur rôle, celui pour lequel on les a créé sinon ils seraient déjà en prison du moment qu’ils s’attaquent à une des constantes déjà ancrée dans la constitution actuelle!

    Da3rab
    4 octobre 2020 - 8 h 35 min

    @Apulée de Madur
    1- Je réexplique: à Oran 99% de gens parlent exclusivement en Daridja, à l’extérieur
    Au sein du foyer, 90% parlent Daridja
    A Constantine, c’est 80%
    A Alger c’est de 50 à 70%
    2- Le meilleur moyen de savoir si tel ou tel parle berbère chez lui, c’est l’accent.Car l’accent, même s’il est trés minime, peut donner une grande information sur la langue du foyer.
    Mais le problème n’est pas là.L’essentiel c’est que nous avons une Daridja que presque toute l’Algérie comprend, malgré les différents accents et déclinaisons.
    One Two Three!!

      Apulée de Madaure
      4 octobre 2020 - 10 h 56 min

      @Da3rab 4 octobre 2020 – 8 h 35 min, Bonjour
      Bien que les chiffres des statistiques que vous avancez n’existent nulle part, mais bravo, l’essentiel est ONE TWO THREE VIVA L’ALGERIE que vous avez dans la tête et à laquelle je m’adresse à elle de tout mon cœur.

      Cordialement.

    Benyagoub
    3 octobre 2020 - 23 h 56 min

    C’est terrible! on n’en finira jamais. ma mere me racontait que ses parents parlaient chel7a, tout comme la region entre arzew et relizane, l’ouarsenis, a l’ouest de beni saf, au sud ouest de tlemcen, les environs de cherchell. n’oublions pas que l’une des tribus qui a combattu avec l’emir etait amazigh. regardez les noms de famille. on est algerien. point final.

      Anonyme
      4 octobre 2020 - 7 h 47 min

      Si on remonte qu’à 3 générations la moitié de l’Algérie parlait berbère. Si on pouvait remonter à 7 ou générations, je suis sûr que 75% parlaient berbère. Il n’y avait que les rares vielles villes algériennes où ils y avait des lettrés qui parlaient arabe depuis longtemps. distinguer des « montagnards » et des « nomades » qui parlaient berbère. Mes grands parents de la région d’Arzew partis vivre à Tlemcen ont toujours refusé que mes parents parlent berbère pour faire « plus civilisé ». C’est comme ça depuis des siècles. Ibn Khaldoun disait déjà au 14ème siècle en parlant de certaines tribus berbères qui voulaient se donner des origines arabes

        Khattar
        5 octobre 2020 - 14 h 20 min

        Faux, ne dites des choses fausses !
        les premiers recensements Français datent de 1860 et ils montraient déjà une écrasante majorité d’Algériens arabophones (Arabes et Berbères arabisés) : 80%
        (Ces recensements confirmaient déjà les données datant de l’époque Ottomane )
        Ce rapport 80/20 est à peu près celui qui existe aujourd’hui.
        Cessez donc d’induire les gens en erreur, la culture arabo musulmane (religion, langue, histoire.. ) a structuré une grande partie du peuple Algérien

    Ouinna ! !
    3 octobre 2020 - 20 h 10 min

    Les idées impréssises conduisent souvent a ne rien faire ! Franchement,dites moi une seul guerre menées par les poilus de la face ont gagner aucune certes ils foutent du desordres ( crime,viole etc…) mais toujours vaincus ! D’ailleurs le seul pays musulmans qui a gagner sa liberté par les armes c’est notre cher pays en plus c’est au nom de la liberté, de la souvrainté,surtout de l’algerianité jamais au nom de l’islam parce que l’islam est une sphére privé . Alors pour moi je préfére l’avenir car il est meilleur moins d’ignorance plus de connaissance du coup c’est (…) ne tarderont pas a rasée les murs !

    Ils vont faire comme leurs frères ...
    3 octobre 2020 - 19 h 12 min

    …du moyen orient. Avant, ils voulaient jeter Israël à la mer et maintenant ils dansent avec eux sur des airs de Rock en hébreux ! Pauvres âmes immatures sans profondeur, vous n’êtes que des suiveurs.

    DYHIA-DZ
    3 octobre 2020 - 15 h 34 min

    Un petit Rappel pour ses charlatans faux musulmans…

    Que dit le CORAN ??
    1-
    ‘’ SI DIEU AVAIT VOULU, IL AURAIT FAIT DE VOUS UNE SEULE COMMUNAUTÉ’’ (S.5, 48).
    2-
    وَمِنْ آيَاتِهِ خَلْقُ السَّمَاوَاتِ وَالْأَرْضِ وَاخْتِلَافُ أَلْسِنَتِكُمْ وَأَلْوَانِكُمْ ۚ إِنَّ فِي ذَٰلِكَ لَآيَاتٍ لِّلْعَالِمِينَ
    (22, sourate الروم )
    3-
    أَيُّهَا النَّاسُ إِنَّا خَلَقْنَاكُم مِّن ذَكَرٍ وَأُنثَىٰ وَجَعَلْنَاكُمْ شُعُوبًا وَقَبَائِلَ لِتَعَارَفُوا ۚ إِنَّ أَكْرَمَكُمْ عِندَ اللَّهِ أَتْقَاكُمْ ۚ إِنَّ اللَّهَ عَلِيمٌ خَبِيرٌ
    ( 13, sourate الحجرات)

    Conclusion : Le bon dieu a voulu la diversité. Il a créé un monde hétérogène et non uniforme. Le Bon dieu évoque la diversité à travers la création de différentes races , couleurs ET LANGUES…Comme le confirme le contenu de ses versets.
    +++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

    Ils sont des muettes stagnées dans leur moyen-âge, quand il s’agit de contribuer au développement socio-économique de l’Algérie
    Ils sont la stérilité en personne, quand il s’agit de donner des suggestions constructives pour la reconstruction de l’Algérie.
    Ils sont des Abou Djahl, quand il s’agit de parler de l’islam.
    Ils sont des charlatans faux musulmans actifs, quand il s’agit de détourner l’islam et jouer aux intermédiaires du Bon DIEU.
    Ils se réveillent de leur stérilité maladive, quand il s’agit de bloquer l’Algérie.
    Avons-nous besoin de ces partis parasites à coloration ethniques et religieuse.
    La place de Djaballah et ses copains est au marché de El-Harrach, pour vendre l’eau qu’ils bénissent avec leur salive imprégnée de chemma.

      Zinou
      3 octobre 2020 - 15 h 56 min

      Oui c est vrai dieu aime la diversités par la nature su il a créé les cailloux qui font la roche et qu on voit par tout sur la terre et sont de différentes couleurs le sable aussi les océans aussi les hommes et femmes aussi chinois noirs blanc roux binzanes les races sont différentes mais nous demandes une seule chose c est de m adoré avant toutes choses . Je vous ai choisi vous les arabes pour vous donner le Coran par l intermédiaire du messager que j ai choisi Mohamed Saw et pouvoir le propager à tte l humanité. Aujourd’hui hui on entend l Aden à la mosquée Brooklyn c est pas magnifique ça. Telle est la volonté du tt puissant.

    Cirta25
    3 octobre 2020 - 14 h 44 min

    Pour les arabo-islamistes, l’enjeu est de taille. Qu’adviendra t-il du mythe de l’arabité en terre algérienne ? Qu’adviendra t-il du recouvrement de son histoire par tout un peuple ? De la démystification, de la falsification de l’histoire ancestrale d’une Algérie africaine et méditerranéenne ? Peut-on encore arabiser Massinissa, Jughurta, Saint-Augustin à défaut de pouvoir les islamiser pour cause d’anachronisme ? « Qacentina », une tentative ratée de l’arabisation du 1er empereur romain converti au christianisme et fondateur de Constantinople. Je ne connais toujours pas le nom originel de Tarik ibn Ziad, un berbère nous dit-on. Force est de constater que 14 siècles après, l’arabisation des contrées nord-africaines n’en fini pas de se noyer dans les méandres des luttes de pouvoir. Les janissaires des temps modernes ont appris à survivre dans les pires conditions. Ils n’ont aucun intérêt à lâcher le morceau. Ils savent les dangers d’un reniement tout comme celui des vérités historiques. Problème, ils n’aiment pas l’histoire. Pourtant, ils savent en raconter.

    Kahina-DZ
    3 octobre 2020 - 14 h 37 min

    Une question:

    J’aimerais savoir que pensent le RCD, le FFS et ceux du MAK qui n’ont jamais hésité à faire des pactes avec ces barbus. Za3ma au nom de la démocratie boulitique.

      ZORO
      4 octobre 2020 - 5 h 31 min

      UNE BONNE REPONSE A lA QUESTION DE KAHINA.
      Le MAK PAR LE BIAIS DE MEHENNI DIT CLAIREMENT:
      TAMAZIGHT N EXISTE PAS ,IL FAUT ALLER A
      TAKVAILIT. adresser vous a lui ,au lieu de detourner
      L attention vers djabalah et Mokri.
      SigneZORO. ..Z….

        Mr. M
        4 octobre 2020 - 9 h 10 min

        Depuis quand ce Fantoche est Expert en Linguistique.
        Il aurait du s’en tenir a la Mandoline mais meme ca il a pas su…Maitenant il fait des REMIX de vieux Tubes d’anthropologie militaire Coloniale..Le talent et l’intelligence ne se décrète pas.
        Tahya ElDjazair

    Pas de racisme
    3 octobre 2020 - 14 h 23 min

    A ne pas accepter tamazight c du pure racisme car cette langue est chez soit et les berberes ont beaucoup donnez pr ce pays, ils sont jaloux envers tous etranges voulant du mal pr l algerie y compris ces faux musulmans. concernant l arabe toute seule elle n emmene ps au paradis, et c tous les musulmans qui le savait .

    Le Berbère
    3 octobre 2020 - 13 h 50 min

    Nous exigeons la présence de l’écriture tafinagh dans les documents officiels tel que ( le passeport, la carte d’identité, le permis du conduire , les diplômes, le livret de famille) (…) Comment dans un pays qui à subit est épuration ethnique de la part de colonisateur français durant 132 ans de massacres les dirigeants de l’Algérie utilisent toujours la langue et l’écriture de l’ancien colonisateur sur les documents administratifs officiels et part contre il n’y à aucune trace de tafinagh sur nos documents administratifs ? .(…)

    Apulée de Madaure
    3 octobre 2020 - 13 h 17 min

    @DA3RAAB 3 octobre 2020 – 8 h 22 min, Bonjour
    Les recensements sur une base linguistique, ethnique ou religieuse étant interdits en Algérie afin de «préserver l’unité nationale», il est malaisé de connaître de façon scientifique le nombre exact d’arabophones et de berbérophones.

    Si tu rencontres quelqu’un dans les régions, villes et villages que tu cites, en temps qu’étranger à la contrée par correction il s’adressa à toi en « Daridja » que TOUTE l’Algérie à appris. Une fois cet individu rentre chez lui, peux-tu affirmer qu’il ne parle que ton dialecte envers sa famille et ses proches et non dans sa langue maternelle ancestrale ?

    Même si tu te rends dans les régions « dites » Berbérophones, on te parlera aussi dans ce langage trilingue, un mélange de berbère, d’arabe et de français, avec des mots issus de l’espagnol, de l’italien et du turc …

    Un Oranais ne comprendra donc pas forcément de façon optimale un Algérois, mais rassures-toi, tout le monde peut communiquer facilement, quelles que soient les provinces. Les langues, cet univers collectif et pourtant si personnel !

    Quant à ton incertitude « il paraît que nous sommes tous Berbères », la réponse au-dessus de tout soupçon est dans ce lien :
    https://www.youtube.com/watch?v=8kqs3g9xTYw

    Je termine par une citation de Mandela (RIP) :
    « Si vous parlez à un homme dans une langue qu’il comprend, vous parlez à sa tête. Si vous lui parlez dans sa langue, vous parlez à son cœur »

    Question ?
    En s’adressant à un Nord Africain par le verbe utilisé actuellement, je cible sa tête ou son cœur ?

    Cordialement.

    Algerien Pur Et Dur
    3 octobre 2020 - 13 h 13 min

    “Ces gens refusent l’officialisation de Tamazight meme s’il s’agit de la langue ancestrale de l’ecrasante majorite des algeriens.” Merci Mr Serai. Cette phrase resume la pensee de tout algerien conscient de tous les dangers que representent ces gens dont les partis n’auraient jamais du etre officialises dans un pays a majorite musulmane. Notre langue Amazigh est chez elle en Algerie et dans les pays qui l’entourent. Elle leur survivra inchallah. Le prochain grand chantier, en parallele a ceux economique et politique, est de creer une langue amazigh commune a tous inspiree de tous ses riches parlers.

    Anonyme
    3 octobre 2020 - 12 h 49 min

    On accuse certains opposants de discuter avec des islamistes de Rashad financés par le Qatar et la Turquie mais on tolère le frère musulman Mokri soutenu par le Qatar et la Turquie!! Mokri s’est même permis de soutenir Erdogan dans le conflit Libyen alors que l’Algérie essaie de rester neutre. Il n’y a même pas eu de réaction du ministre des affaires étrangères!! C’est la preuve que les frères musulmans ont déjà infiltré le sommet de l’état.

    ALIFOUNE=BAOUNE
    3 octobre 2020 - 11 h 36 min

    À tous ces oiseaux qui n’ont rien donné, rien bâti dans tout le pays et qui ont profité de ses richesses sans aucun effort durant toute leur vie, je leur dirai que les Amazighs et hommes libres que nous sommes, nous n’avons rien contre cette belle langue qu’est l’Arabe. Pour ceux qui ne le savent pas les meilleurs écrivains, poètes, théologiens et autres religieux dans toute l’Afrique du nord sont des Amazighs.
    Par contre ce que les Amazighs réfutent c’est votre hypocrisie, votre culture de la hogra et de l’injustice, mais aussi votre lâcheté ainsi que vos viles tromperies (El-khad3a). Rassoule Sayidna Mohamed (A.S.W.S) et les pauvres palestiniens en savent quelque chose de vos comportements.
    (…)

      ALIFOUNE=BAOUNE
      3 octobre 2020 - 23 h 02 min

      … j’ai voulu faire comprendre à ces messieurs islamistes et non musulmans de se retrousser les manches pour défendre et protéger l’Algérie comme les Imazighens du centre, des chaouis el ahrar, de l’ouest
      et du sud l’ont fait contre la France, pour que ces marabouts fainéants se la coulent douce depuis 1954 à ce jour. Les Badissyines et les faux Novembaryines se doivent de nous montrer ce qu’ils savent faire , hormis la tromperie et l’hypocrisie.

    ben
    3 octobre 2020 - 11 h 34 min

    (…) .Les partis islamistes le FLN ET le RND a bannir a jamais

      L’Arabe exclusivement..c’est Exclu !
      3 octobre 2020 - 14 h 21 min

      Il faut regretter que les langues et l’Education soient des sujets polémiques.
      Les islamistes, en promoteur du Chaos partout dans la monde, se focalisent sur les sujets dictes par leurs maitres d’arabie saoudite, d’ankara et du
      qatar. Je ne demande la Benediction de personne, on fait ce qu’on veut Chez Nous !
      Le Bled Bledna oua Ndorou Raina.
      L’arabe, le Francais, le Mandarin, l’Anglais et Tamazight ont Toutes leur place, l’Algerie est assez grande pour les maitriser toutes !

    clown
    3 octobre 2020 - 11 h 00 min

    c’est drôle de voir les anti et pro arabe et les anti et pro amazigh écrire en français leur amour réciproque , alors que justement le coupable est leur outil préféré le français a l’heure ou macron veux combattre le séparatisme , marrant non ?

      @Clown
      3 octobre 2020 - 12 h 19 min

      Kateb Yacine disait  » j’écris en français pour dire au français que je ne suis pas français »
      Une langue = un outil de communication. C’est ce qu’on exprime, ce qu’on dit qui compte et non pas langue avec laquelle en le dit.
      Chez-nous quand on dit « takvayit », cela ne veut pas dire le kabyle en tant que langue mais tout un ensemble de valeurs (le savoir, le courage, l’honnêteté, solidarité, l’humanisme, etc. )

    Belveder
    3 octobre 2020 - 10 h 30 min

    Pour récapitulé Boutef que tout le monde «  »adore détéster » » depuis 2019 a consacré TAMAZIGHT langue nationale officielle parlé enseigné et fétée méme…du coup que revendique t on de plus en 2020 ?,,
    pour les parties islamistes qui s agitent pour rien c est juste une facon de «  »revenir au devant de la scéne c est tout
    MAINTENANT on nous dit a longueurs d articles qu il y a une alliance entre «  »les extremes » » séparatistes du MAK et RACHAD….il faut démelé tout ca….

      SaidZ
      3 octobre 2020 - 12 h 24 min

      @belveder
      c’était en 2016 et non pas 2019. (…) boutef a mis l’algérie a genoux, voilà ce qu’il a fait. il est même devenu un symbole de la corruption à travers le monde!
      dire que boutef a consacré quoi que ça soit autre que la corruption…¸ça y a juste belveder qui le dit.

        Belveder
        3 octobre 2020 - 17 h 43 min

        avant de répondre lis ou du moins essaie ..tout le monde adore détéster bouteflika depuis 2019 et le retournement de vestes …pour ce qui est de l officialisation de Tamazight c est une réalité et une evidence..et ca dérange meme les séparatistes a qui il a coupé l herbre sous les pieds…pour la corruption tu as du naitre en 1999 vu que tu ne connais que boutéf…ou ta cité HLM

    toto
    3 octobre 2020 - 8 h 28 min

    Boff.. Blanche chéchia-képi-blanc c’est kif-kif…

    DA3RAAB
    3 octobre 2020 - 8 h 22 min

    Petite correction:C’est l’Arabe Daridja qui est la langue maternelle de la grande majorité des Algériens.
    Et non « Tmazight »
    Faites le compte:Alger,Oran,Costantine,Sidi Belabbès,Saïda, et des centaines de villages dont la langue
    maternelle est la Daridja.Je parle de langue, pas de « race ».Car, il paraît que nous sommes tous Berbères

      Il faut transcrire l'arabe en caractères Hebreux
      3 octobre 2020 - 9 h 07 min

      La majorité numérique ne fait pas les identités. Le derdja est une marche vers l’arabisation ce n’est ni une culture ni une vision du monde.
      (…)

        Belveder
        3 octobre 2020 - 10 h 24 min

        Affirmé aussi que c est la langue maternelle de la MAJORITE des algeriens est aussi une contre vérité

      Sibaouïeh
      3 octobre 2020 - 13 h 05 min

      Mais quelle darija, celle de « normal » et « simana » ? C’est une nouvelle darija qui est entrain de naitre sous nos yeux. En arabe, je n’ai pas le lexique de mon père ni celui de ma mère, ne parlons pas de ma grand-mère qui était en elle-même un dictionnaire. De même, mes enfants ont un lexique plus pauvre que le mien. Donc la darija ne va pas résoudre la question linguistique en Algérie puisqu’elle ne répond pas aux besoins d’enrichissement que doit connaître une langue. Mais dans ce désert culturel qu’est l’Algérie où même l’universitaire ne maîtrise aucune langue ni maternelle ni acquise, a t-on le droit de se poser ces questions ? L’algérien ne peut même pas regarder un film sans passer les 3/4 du temps à lire les sous-titres; il ne retiendra rien du film. L’intelligentsia arabe et arabisante, pourtant liée aux gouvernants, n’est même pas capable de monter un studio de doublage cinématographique et pourtant cela rapporterait gros ! Ce n’est pas qu’elle ne peut pas, c’est quelle ne veut pas pour maintenir la société dans le passéisme. De même qu’attendent les promoteurs de tamazight pour le faire ! Et je peux citer des dizaines et des dizaines de moyens pour promouvoir une langue sans recourir à ce volontarisme inopérant.

    Amsevrid
    3 octobre 2020 - 7 h 47 min

    C’est quand même dingue, Tamazight pour laquelle je me suis battu et me bat toujours vient d’être officialisée un peu plus.
    Nous disions à l’époque «  nevgha Tamazight tutlayt taghennawt tunsibt » (tamazight langue nationale et officielle) en respirant de grosses bouffées de gaz lacrymogène a Ighzer Amokrane, fief de la résistance depuis des millénaires, Ighzer Amokrane wa ma adraka Ighzer Amokrane !!!!
    Et oui ! Je suis content, même en étant un adepte du boycott. Je laisse les gens qui ont combattu cette langue admirer et applaudir le spectacle de son officialisation et de manière IRRÉVERSIBLE. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.