Saïd Bouhadja : retour sur un «putsch» qui annonçait une tempête politique

Bouhadja décès
Saïd Bouhadja était-il toujours le président de l'APN ? D. R.

 Par Karim B. – Septembre 2018. C’était le noir total ! Qui fallait-il croire ? Le très informé canal médiatique officieux sous Bouteflika Ennahar TV annonçait avec insistance la démission de Saïd Bouhadja, alors président de l’APN, ce dernier démentait sur un autre média avoir jeté l’éponge. Que s’est-il passé ? Saïd Bouhadja avait-il été limogé et apprenait-il sa propre démission à travers la presse ? Tenait-il tête à ceux qui l’auraient dégommé en refusant d’admettre qu’il venait d’être poussé vers la porte de sortie suite à son bras de fer avec l’ancien secrétaire général du FLN, Djamel Ould-Abbès, aujourd’hui en prison ?

Il y avait dans ce énième cafouillage comme une inquiétante étrangeté. Il était difficile de croire qu’Ennahar TV se fût précipité d’annoncer une fausse nouvelle. Comme il était difficile de croire que le principal concerné n’eût pas été mis au courant de sa fin de mission à la tête du Parlement, la démission volontaire – cela tout le monde le sait – étant bannie de la pratique politique dans notre pays.

Cette cacophonie intervenait après la longue série de changements qui avaient concerné l’institution militaire et la contradiction flagrante qui s’en était suivie entre les propos rassurants de l’ex-chef d’état-major de l’armée et les sanctions prises à l’encontre de responsables de la DGSN et du MDN pour avoir continué d’agir envers un ancien chef de Région militaire limogé comme s’il était encore en fonction. Elle intervenait aussi après les rumeurs sur la volonté «exprimée» par l’ex-secrétaire général de l’UGTA de rendre le tablier pour cause de maladie. Abdelmadjid Sidi-Saïd s’était empressé d’expliquer que ses propos avaient été mal compris et qu’il n’envisageait pas, pour le moment, de se retirer du secrétariat général de la centrale syndicale.

C’étaient, en tout cas, les prémices d’une crise politique qui allait mener le pays vers des lendemains incertains. Et le cas Saïd Bouhadja semble avoir été, avec le recul, un des signes avant-coureurs de ce que le pays allait vivre quelques mois plus tard. Car l’embrouillamini autour de la démission – ou pas – du troisième personnage de l’Etat confortait déjà l’opinion dans ses doutes sur le(s) centre(s) de décision et soulevait des interrogations sur les querelles de chapelle qui opposaient deux parmi les principaux acteurs de la vie politique nationale – l’ex-patron du FLN et l’ex-président du Parlement issu du même parti – et qui entamait un peu plus la confiance, déjà fragile, des citoyens envers les institutions de l’Etat.

La suite, tout le monde la connaît.

K. B.

Comment (10)

    Belveder
    25 novembre 2020 - 20 h 59 min

    Ailleurs dans le Monde les personnalités publique et Politiques laissent leur place en laissant comme empreinte des textes de Lois des contributions des écrits qui font avancer le pays dans diverses domaines et qui restent inscrits dans l histoire..A t on entendu parler un jour en 60ans d un texte de loi fruit du Travail d un politique en Algérie??

      Elephant Man
      25 novembre 2020 - 22 h 34 min

      @Belveder
      Dit-il bien planqué depuis la France …. Que vous ont laissé Devedjian Goasguen et cie….
      En autoflagellation pathologique récurrente.

        Farida
        26 novembre 2020 - 9 h 00 min

        Belveder parle de l’Algerie. On ne met pas sa tete dans le sable comme une autruche. FAKOU les doubbane.

          Elephant Man
          26 novembre 2020 - 9 h 22 min

          @Farida
          Effectivement FAKOU ENTIYA.

          Elephant Man
          26 novembre 2020 - 9 h 28 min

          @[email protected]
          Effectivement si vous faites référence à leurs « moeurs » certains politiques en France ont bien marqué l’histoire en y laissant une empreinte INDÉLÉBILE je ne parle bien sûr pas de Devedjian Goasguen….
          Pour Colin Powell quand il passera de vie à trépas on se rappellera de sa fiole de pisse en guise d’armes de destruction massive pour l’invasion de l’Irak….

        Belveder
        26 novembre 2020 - 10 h 20 min

        … Aubrey est à l origine des 35h Delors de L Europe Rocard du revenu minimum et le liste est longue et les congés pays c est tes députés khobzistes qui les ont pondu en 1936

          Elephant Man
          26 novembre 2020 - 13 h 58 min

          @Belveder
          Aubry 35h CMU c’était une ministre ok la fille de son père Delors. Rocard RMI c’est sûr qu’avec ça le RMI vous allez loin un véritable travail de fonctionnaire d’État comme nombreux en administration flicaille et cie payés à rien faire avec un énorme poil dans la main y compris dans la fonction publique hospitalière bref le travail au mérite avec DISCRIMINATION POSITIVE.
          Donc vous faites une fixette sur le PS parti SS je cite flamby Collomb zbel Schiappa que retiendrais-je de leur politique discriminatoire mon corps mutilé de la tête aux pieds qui parle de lui-même et se passe de tout commentaire TERRORISME D’ÉTAT avec une barbarie et un racisme inégalée ….encore à ce jour.

          Elephant Man
          26 novembre 2020 - 14 h 05 min

          @Belveder
          PS : qu’avez vous retenu des ministres Vallaud-Belkacem et El Khomri…hormis des makhnazies sionistes naturalisées françaises et non discriminés à l’embauche….en parade…
          PS 2 : la liste est loin très très loin d’être longue….vous oubliez les emplois fictifs de gauche comme de droite y compris extrême droite…

    Bogdanov
    25 novembre 2020 - 14 h 52 min

    Le FLN ou le parti des arroseurs arrosés!!!!

      Elephant Man
      25 novembre 2020 - 22 h 38 min

      @Bogdanov le troll makhnaz
      Quand on n’a même pas le droit de vote on ne vient pas se pavaner et pavoiser faisant mine d’être citoyen, on fait profil bas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.