Rediffusion – Interview du philosophe Alexandre Douguine à Algeriepatriotique

Douguine fille
Alexandre Douguine. D. R.

Le philosophe russe Alexandre Douguine, dont la fille vient d’être lâchement assassinée dans un attentat terroriste à la voiture piégée qui le ciblait, avait eu l’amabilité, en 2013, d’accorder une longue interview à Algeriepatriotique. Nous la reproduisons intégralement en deux parties.

Algeriepatriotique : Le président égyptien Morsi, issu des Frères musulmans, a été renversé, et le peuple tunisien demande, à son tour, la destitution du parti islamiste Ennahda au pouvoir. Pensez-vous que les peuples arabes ont pris conscience que le simulacre appelé «printemps arabe» est, à la base, une manipulation au profit de desseins géostratégiques de l’entité sioniste ?

Alexandre Douguine : Je peux donner mon avis à propos de tout ce qui se passe dans le monde arabe. Je ne suis pas musulman. Je peux donner mon avis d’un point de vue géopolitique et en tant que russe qui suit les événements dans le monde arabe. Pour commencer, je crois que la situation politique dans le monde arabe était, après la période de la décolonisation, manipulée par les pouvoirs étrangers. Donc, on ne peut parler de gouvernements arabes parce que, dans chaque gouvernement arabe, il y a les grandes puissances étrangères qui sont en jeu. Dans les différents pays arabes, il existe des influences. Donc, on peut parler de «printemps arabe», aussi, en se rendant compte qu’il s’agit de certaines manipulations de la part de la force extra-arabe. Il y a certaines croyances profondément enracinées dans les sociétés arabes, en même temps, il y a la manipulation.

Le souci des peuples arabes d’organiser leurs sociétés sur les bases de leur culture et de leur religion, de leur vision du monde est tout à fait légitime. Dans beaucoup de pays arabes, actuellement, ce sont de régimes politiques postcoloniaux, d’où le désir des populations de se débarrasser de cette tutelle post-colonialiste occidentale. La situation devient, donc, très compliquée parce qu’on ne peut pas être libre dans le monde actuel, dominé par des puissances géopolitiques importantes. On ne laissera pas les peuples arabes choisir librement comment doit être leur vie, leur chemin historique. L’Occident qui prétend être la force unique globale, aujourd’hui, va vouloir toujours manipuler la situation. Il y a également les désaccords dans le monde arabe. Il y a des forces totalement contradictoires et opposées. Par exemple, dans le contexte de l’Egypte, nous pouvons dire qu’il y a deux branches de musulmans radicaux ; le parti des Frères musulmans de Morsi, orienté vers le Qatar, et les salafistes qui sont en contact avec l’Arabie Saoudite. Proches idéologiquement, mais différents politiquement.

En même temps, le Qatar et l’Arabie Saoudite sont manipulés géopolitiquement pas les Etats-Unis. L’armée égyptienne, maintenant au pouvoir, était bien liée à Washington et à l’Etat d’Israël. La tendance démocrate en Egypte est occidentaliste, alors que certains mouvements nationalistes sont beaucoup plus à l’écoute des besoins du peuple égyptien. Il se trouve aussi qu’ils sont manipulés par l’extérieur et, dans ce cas, la situation devient tout à fait compliquée. Morsi, quand il était au pouvoir, menait une politique en faveur des Etats-Unis d’Amérique et Israël. Il a commencé par détruire les bases des Palestiniens et déclaré son hostilité à Bachar Al-Assad. Il a été destitué, mais cela ne veut pas dire que la situation est meilleure. La révolution arabe ou le «printemps arabe» sont manipulés et dénaturés par les forces étrangères. Je crois que nous avons besoin de rêver de l’islam authentique. Nous avons besoin du sentiment identitaire du monde arabe.

Les Arabes doivent décider de leur avenir et construire leurs sociétés sur les bases de leur culture. Seulement, ce n’est pas le cas. Il faut mener jusqu’au bout la lutte anticolonialiste et après cela, on peut songer au futur et à la possibilité de révoltes réelles et non pas manipulées. Je crois que l’éviction de Morsi est une bonne chose, car nous avons vu que la société égyptienne refusait sa politique pro-américaine, anti-syrienne, et celle des Frères musulmans en général, parce que l’islam radical et extrémiste n’a rien à voir avec l’islam traditionnel à ce que je sache. Les forces radicales dans l’islam servent toujours les intérêts des Américains, partout. C’est l’analyse objective et sans parti pris. Je crois, donc, que deux forces importantes doivent prendre les décisions dans le monde arabe, au vu des événements qui se déroulent : le peuple arabe lui-même, parce qu’il doit être souverain, libre et indépendant dans ses décisions, et la religion authentique et profondément enracinée dans ce peuple, l’islam traditionnel. Je crois que maintenant il y a beaucoup de personnages qui se proposent d’être les chefs spirituels et religieux alors qu’ils travaillent pour des puissances qui n’ont rien à voir avec le monde arabe, telles que les Etats-Unis, le pays le plus satanique et antireligieux du monde.

Le libéralisme occidental est agressif, séculaire, maçonnique et complètement antitraditionnel et je ne comprends pas comment on peut collaborer avec les Etats-Unis en défendant les valeurs islamiques. Je crois que c’est tout à fait contradictoire et, dans ce cas, je suis tout à fait d’accord avec Cheikh Imran Hosein, que je tiens en très grande estime, pour dire que le peuple arabe et le monde musulman ont besoin de retour aux vraies traditions islamiques, ce qui exclut toute collaboration avec les forces de l’Occident qui sont celles du Dajjal.

D’aucuns estiment que le modèle algérien dans la lutte antiterroriste et ensuite dans la politique de réconciliation pourrait répondre aux besoins de ces nations qui sombrent dans le chaos. Quel est votre avis là-dessus ?

Je ne suis pas, suffisamment, au courant de la vie politique en Algérie. A mon avis, la situation en Algérie, actuellement, est critique parce qu’il y a tant de contradictions qui ne sont pas résolues. Il y a tant de tensions entre différents groupes, notamment ethniques, tels les Berbères qui possèdent leur propre identité ethnique nationale et culturelle. Il y a aussi la présence évidente de la France, de l’Europe en Algérie jusqu’à ce jour. Il y a, également, des forces ultra-radicales avec l’appui du Qatar et de l’Arabie Saoudite. Et il y a, aussi, certaines demandes légitimes de la population pour qui le pays devra répondre aux besoins de son peuple et non pas à ceux de tel ou tel clan politique ou économique. Cela étant, si la situation reste telle quelle, on arrivera à une crise tôt ou tard. Ce compromis postcolonial qui est en place en Algérie ne peut durer éternellement, donc, il faut proposer des solutions, lesquelles ne doivent pas être uniquement pour l’Algérie, mais pour tout le monde arabe ; il faut suggérer des stratégies pour le monde arabe pour ne pas être divisés, manipulés et pour ne pas détruire les Etats et les sociétés, dans des guerres civiles, comme c’est le cas de la Libye, de l’Irak et maintenant de la Syrie. Il y aura beaucoup de morts, mais aucune justice, ni liberté ni identité. Les Arabes doivent penser à leur identité, à leur géopolitique. J’ai écrit un livre, traduit en arabe, intitulé Les Fondements de la géopolitique.

En Turquie, mon livre a suscité beaucoup d’intérêt, voire des conséquences politiques. Les Turcs ont adapté la vision eurasiste géopolitique, où dans le centre se trouvent l’Eurasie et la Russie, et non pas les Etats-Unis et l’Occident, et ils ont construit sur cette base la vision géopolitique turque. Nous avons besoin d’une chose pareille pour le monde arabe et, dans ce cas, il faut baser certaines idées géopolitiques sur l’islam. Ce qui est important, c’est de créer la vision géopolitique du monde arabe dans la situation actuelle, ayant pour centre, non pas les Etats-Unis, l’Europe ou l’Occident, mais plutôt le monde arabe lui-même. Nous avons besoin d’une géopolitique indépendante pour résoudre la situation générale. Mon livre n’a pas été pris comme modèle par le gouvernement actuel, c’est plutôt l’opposition en Turquie qui a tiré toutes les conclusions, parce le régime d’Erdogan suit les ordres de Washington. J’ai voulu dire dans mon livre qu’il faut développer la réflexion géopolitique pour proposer certains projets communs au monde arabe et comment sortir de la tutelle étrangère.

Pensez-vous que la position de l’Algérie vis-à-vis des événements qui ont secoué la région arabe lui vaudra d’être la prochaine cible des sionistes ?

Oui, je suis presque certain que l’Algérie sera la prochaine cible. Parce que l’Algérie possède tous les facteurs pour être déstabilisée. Il y a tant de tensions entre le gouvernement, le peuple et les différents partis politiques, ethniques et culturels, qu’ils ne laisseront pas les Algériens tranquilles. Dans les printemps arabes, les forces extérieures ont joué un rôle très important, car dans le monde actuel, nous ne pouvons pas être souverains s’il manque le facteur stratégique. Les pays souverains sont les Etats-Unis, l’Europe unie, la Chine, en partie la Russie et peut-être l’Inde. Les autres pays ne sont plus souverains. Ils ne peuvent pas, dans ce cas, décider de leur futur. Et je crois que l’Algérie ne pourra jamais s’en sortir si elle maintient le statu quo, et si elle n’œuvre pas pour trouver une solution globale pour les problèmes du monde arabe.

On ne peut pas isoler un Etat arabe du monde arabe. La structure du monde arabe telle que je la connais est la même pour tous les pays : la même religion, la même langue, plus ou moins la même culture et la même situation socioéconomique. Je pense qu’il faut être activement engagé. Ce qui se produit en Syrie concerne chaque Algérien. Tout ce qui se passe en Irak concerne chaque Algérien. Nous ne pouvons pas être libres et indépendants de tout ce qui se produit dans le monde arabe. Ni le Maroc, ni la Tunisie, ni l’Algérie ne possède l’immunité contre ces événements. Et pour participer et agir, il faut avoir un programme, ce qui est le cas chez les Occidentaux. Les autorités algériennes sont dans une situation assez difficile : ou elles suivent les ordres de l’Occident ou elles connaîtront tôt ou tard une situation «révolutionnaire».

L’Occident veut installer le pouvoir mondial unipolaire. C’est en quelque sorte le pouvoir de la Bête apocalyptique Dajjal, et il ne laissera jamais tranquilles les autres peuples. On nous ne donne pas la possibilité de nous gouverner par nous-mêmes, on est toujours sous contrôle. Nous, en Russie, qui possédons l’arme nucléaire et beaucoup plus de possibilités et de facilités pour nous gérer de manière autonome, nous sommes sous une grande pression occidentale. Ils veulent nous manipuler comme ils manipulent les autres pays. Nous avons besoin de plan général et commun pour notre lutte afin de créer un monde plus juste, multipolaire en respectant les religions et les peuples.

L’objectif du salafisme transnational est dévoilé au grand jour dans les pays touchés par ce fléau. Qu’est-ce qui empêche une union de ces Etats pour éradiquer à jamais ce mal ?

Le salafisme est un courant de l’islam qui, à partir des années 1980, se retrouve manipulé par les Américains. Partout dans le monde, les Américains utilisent, de telle ou telle manière, le salafisme pour leurs intérêts géopolitiques. Le salafisme était absent de l’islam russe. Aucun des musulmans russes n’était partisan du salafisme et cette manière d’expliquer le Coran et les hadiths du Prophète Mohamed était tout à fait étrangère aux Russes musulmans. Pour certains, cette tradition du salafisme est naturelle. Ce sont des gens qui ont une foi islamique simple et qui sont inconsciemment manipulés par les Américains. Il faut faire une distinction entre le salafisme politique manipulé par les Etats-Unis et Israël, et les croyants qui suivent cette manière littéraire de l’interprétation du Coran et du hadith.

A mon avis et après cette distinction, il faut se poser la question suivante : en étant musulman, peut-on être collaborateur des Américains et les considérer comme un allié dans la lutte contre des ennemis tels les salafistes ou ceux qui ne sont pas contre l’islam ? Je connais des salafistes algériens, en France, qui sont tout à fait bons, anti-américains et antimondialistes. C’est leur opinion religieuse. Ils sont enracinés dans l’islam et croient qu’il faut organiser la vie sur la base de l’islam authentique. Je ne vois rien de négatif en cela. Mais lorsqu’on commence à manipuler les tendances religieuses dans un but géopolitique, cela est une autre chose. Je ne crois pas que nous devons lutter contre le salafisme. Nous devons lutter contre la manipulation des tendances religieuses pour les intérêts géopolitiques et colonialistes des Etats-Unis et des pays de l’OTAN.

Le soutien de la Russie à la Syrie obéit-il à des considérations idéologiques ou stratégiques ?

Il y a plusieurs raisons à l’appui de Moscou à Bachar Al-Assad. On appuie la Syrie parce qu’elle se trouve dans une zone considérée comme stratégique par la Russie. Après l’arrivée au pouvoir des forces extrémistes en Libye, appuyés par les Occidentaux, l’attitude des Libyens envers la Russie était tout à fait négative. Nous en avons tiré une leçon. Si nous ne soutenons pas le gouvernement syrien actuel, les relations avec la Syrie seront détruites. En même temps, nous avons une base militaire là-bas, donc, il y a aussi une raison pragmatique. Par ailleurs, Poutine comprend très bien que la guerre contre Al-Assad n’est pas une affaire intérieure à la Syrie, mais plutôt une campagne de l’OTAN et l’Occident pour faire tomber le gouvernement national, instaurer le chaos, et gouverner avec des marionnettes manipulées par Washington. On peut très bien placer au pouvoir les extrémistes pour avoir le prétexte d’entrer en guerre en Syrie. Moscou ne veut pas laisser les mains libres aux Etats-Unis dans leur politique impérialiste.

Si les Etats-Unis et l’OTAN peuvent procéder à la manipulation, sans contestation, des autres pays, ce sera la fin de toutes les libertés et de tous les choix possibles. Moscou comprend également qu’après la chute possible du gouvernement de Bachar Al-Assad, la deuxième cible sera l’Iran et la troisième nous-mêmes. C’est une opération en trois phases. Détruire Al-Assad, attaquer l’Iran et déstabiliser la Russie à partir du Caucase du Nord où la situation n’est pas très bonne. On y retrouve les mêmes forces qui luttent en Syrie et en Libye, des salafistes manipulés par l’Arabie Saoudite, le Qatar et les Américains. Ils veulent nous faire subir le même sort. Tout ceci est pragmatique, idéologique et stratégique ; il s’agit aussi du refus de la vision du monde unipolaire.

Interview réalisée par Kahina Bencheikh El-Hocine

(Suivra)

Comment (10)

    Anonyme
    24 août 2022 - 18 h 49 min

    Un acte que les médias français comme France 24 ne qualifient pas d’attentas mais d’une explosion ayant tué…

    Anonyme
    24 août 2022 - 15 h 08 min

    voila ce que je retiens essentiellement de son dernier livre:
     » Le mythe fondateur de l Etat moderne est une ville fortifiee protegee par des dirigeants puissants ,parfois despotiques,parfois bienveillants,mais disposants toujours d une force suffisante pour premunir leur peuple contre un ennemi exterieur « ..

    Ayweel
    24 août 2022 - 14 h 37 min

    Mes sincères condoléances à Monsieur Alexandre Douguine. La lâcheté peut vaincre une fois mais jamais deux fois. Que votre fille repose en paix auprès des 23 millions de patriotes qui, de 1940 -45 , se sont sacrifiés pour la liberté des peuples de L »URSS.

    ALI LA POINTE
    24 août 2022 - 14 h 08 min

    Je constate que c’est le même modus operandi que celui qui a été perpétré par le mossad contre mon frère Mohamed BOUDIA à Paris : bombe placée sous le siège du CHAHID Algérien feu Mohamed BOUDIA….. Allah ye Rahmou bi Rahmati ALLAH !!!

    Le rapprochement et la conclusion sur les auteurs de cet ASSASSINAT INQUALIFIABLE parlent d’eux-mêmes…!?

    CET ARTICLE CONFIRME QUE L'ASSASSINAT EST L'OEUVRE DU MOSSAD, NI UKRAINIEN NI RUSSES!
    24 août 2022 - 14 h 07 min

    Dès que j’ai vu le mode opératoire de l’assassinat de la jeune fille, j’ai compris que c’est un coup du mossad. déjà, que les israéliens dont BHL ne cessaient de l’accuser de tous les maux et d’antisémitisme. pourtant il n’a jamais été antisémite mais juste contre le sionisme mondiale qui mène le monde vers la destruction totale. beaucoup de juifs (surtout les séfarades) sont contre les pratiques racistes d’israel et du sionsime, qui nuit à leur image dans le monde.
    quand vous lisez bien les réponses de ce monsieur, vous verrez qu’au début il parle du salafisme manipulé par les américains, mais sentant que les gens ne puissent llre entre les lignes, il dit plus loin dans l’article américains et ISRAÉLIENS. C’EST LE SEUL INTELLECTUEL OCCIDENTAL QUI ACCUSE OUVERTEMENT ISRAEL D’ÊTRE DERRIÈRE LE TERRORISME MONDIAL ET L’INSÉCURITÉ QUI RÈGNE DANS CE MONDE.
    il dit vrai que la turquie de erdogan recoit les ordres des USA. les gens qui pensent que erdogan agit en son âme et conscience, en grand leader, et pour les intérêts exclusifs de la turquie se trompent. la turquie est la main droite des USA au moyen orient. la turquie ne fait rein sans l’accord des USA et ce sont les américains qui protègent la turquie contre les attaques de la france, de la grèce qui a échoué de constituer une coalition européenne conte la turquie, contre la syrie et les russes en syrie. d’ailleurs la facilité avec laquelle des f16 turcs ont abattu les deux su24 russes cache en réalitié l’aide satellitaire américaine. les turcs vont recevoir bientôt des f16 de dernière génération le plus évolués du monde.

    DZ
    24 août 2022 - 11 h 59 min

    mes sinceres condoleances mr douguine quel crime odieux nous compatissants a votre chagrin nous les algeriens nous aimons la grande russie et votre peuple bon courage les assassins le payeront

    Elephant Man
    24 août 2022 - 11 h 17 min

    PS 2 : je rappelle que l’Algérie est le premier pays à avoir combattu vaillamment avec son ANP et son peuple la guerre terroriste sioniste par procuration décennie noire.
    D’ailleurs le Président Syrien Bachar Al Assad lors de la venue de notre MAE Mr Abdelkader Messahel à Damas en avril 2016 a comparé la guerre qu’il mène à celle menée par l’Algérie durant la décennie noire.

    Elephant Man
    24 août 2022 - 10 h 39 min

    C’est Qassem Souleimani Allah Yarhmou du CGRI (Corps des Gardiens de la Révolution Islamique) Iran qui s’est entretenu avec le Président Poutine pour l’intervention de la Russie en Syrie.

    Elephant Man
    24 août 2022 - 9 h 16 min

    Avant même lecture de l’article, aucune condamnation internationale contre cet assassinat ABJECT ciblé acte terroriste et elles sont passées où toutes ces féministes BIDONS et leurs condamnations outrancières ……ZAÂMA.
    Que Daria Douguina repose en paix.

      Elephant Man
      24 août 2022 - 10 h 57 min

      PS : on notera que ce n’est pas la fille du philousophe BHL qui a été assassinée attention je ne suis pas en train de lancer une fatwa french N’EST-CE PAS …moi la menace de mort 😉😉 mais un simple constat des faits en toute objectivité et impartialité.
      Daria Douguina, paix à ton âme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.