Chronique d’une famine mondiale annoncée

pénurie famine
L'après-guerre Ukraine s'annonce des plus terribles. D. R.

Une contribution de Khaled Boulaziz – La guerre par procuration en Ukraine s’avère-t-elle n’être qu’un prélude à quelque chose de plus terrifiant, impliquant une famine mondiale et une crise des changes pour les pays à déficit alimentaire et pétrolier ? Beaucoup plus de personnes risquent de mourir de faim et des dérèglements économiques que sur les champs de bataille ukrainiens. Il convient donc de se demander si ce qui semble être une guerre par procuration en Ukraine fait partie d’une stratégie plus large visant à verrouiller le contrôle américain total sur le commerce et les paiements internationaux.

Nous assistons à une prise de pouvoir financièrement armée par la zone du dollar américain sur le Sud ainsi que sur l’Europe occidentale. Sans crédit en dollars des Etats-Unis et de sa filiale du FMI, comment les pays peuvent-ils rester à flot ? La stratégie américaine de guerre froide n’est pas la seule à même de tirer profit de la provocation d’une famine, d’une crise du pétrole et de la balance des paiements.

Le Forum économique mondial de Klaus Schwab s’inquiète que le monde soit surpeuplé – du moins avec le «mauvais type» de personnes. Comme l’a expliqué Bill Gates, philanthrope de Microsoft (l’euphémisme habituel pour monopoliste rentier) : «La croissance démographique en Afrique est un défi. L’Afrique devrait représenter plus de la moitié de la croissance démographique mondiale entre 2015 et 2050. Sa population devrait doubler d’ici 2050 dont 40% constitueront les habitants les plus pauvres du monde.»

Gates préconise de réduire de 30% cette augmentation prévue de la population, en améliorant l’accès au contrôle des naissances et en élargissant l’éducation pour «permettre à plus de filles et de femmes de rester à l’école plus longtemps et d’avoir des enfants plus tard». Mais comment cela peut-il être financé avec une crise alimentaire et pétrolière imminente, cet hiver frappant de plein fouet les budgets gouvernementaux ?

Les Sud-américains et certains pays asiatiques sont soumis au même bond des prix à l’importation résultant des demandes de l’OTAN d’isoler la Russie. Soulignant à cet effet que la pandémie de Covid a été plafonnée par l’inflation alors que la guerre en Ukraine a aggravé les choses bien pire, et menace d’aggraver encore les inégalités.

Les conséquences économiques de la guerre se sont propagées rapidement et globalement, frappant durement les personnes les plus vulnérables du monde. Des centaines de millions de familles étaient déjà aux prises avec des revenus plus faibles et des prix de l’énergie et des denrées alimentaires plus élevés.

L’administration Biden accuse la Russie «d’agression non provoquée». Mais c’est la pression de son administration sur l’OTAN et d’autres satellites de la zone dollar qui a bloqué les exportations russes de céréales, de pétrole et de gaz. De ce fait, nombreux pays à déficit pétrolier et alimentaire se considèrent comme les principales victimes des «dommages collatéraux» causés par la politique belliqueuse des Etats-Unis et de l’OTAN.

Récemment, l’administration américaine a sommé les pays africains à réduire leurs achats de la Russie tous produits confondus.

Le test décisif est de savoir s’ils sont prêts à forcer leurs populations à mourir de faim et à fermer leurs économies par manque de nourriture et de pétrole, en arrêtant le commerce avec le noyau eurasien du monde composé de la Chine, de la Russie, de l’Inde, de l’Iran et de leurs voisins.

Les grands médias occidentaux décrivent la logique derrière ces sanctions comme promouvant un changement de régime en Russie. L’espoir était que l’empêcher de vendre son pétrole et son gaz, sa nourriture ou d’autres exportations ferait baisser le taux de change du rouble et «ferait hurler la Russie» (Les Etats-Unis ont appliqué le même plan au Chili d’Allende pour préparer le coup d’Etat militaire).

L’exclusion du système de compensation bancaire SWIFT était censée perturber le système de paiement et les ventes de la Russie, tandis que la saisie des 300 milliards de dollars de réserves de devises étrangères russes détenues en Occident devait faire s’effondrer le rouble, empêchant les consommateurs russes d’acheter les biens occidentaux auxquels ils avaient pris l’habitude. L’idée (et cela semble si idiot rétrospectivement) était que la population russe se soulèverait en rébellion pour protester contre le coût plus élevé des importations de luxe occidentales. Mais le rouble s’est envolé plutôt qu’il ne s’est effondré, et la Russie a rapidement remplacé SWIFT par son propre système lié à celui de la Chine. Et la population russe a commencé à se détourner de l’inimitié agressive de l’Occident.

De toute évidence, certaines dimensions majeures manquent aux modèles des groupes de réflexion américains sur la sécurité nationale. Mais en ce qui concerne la famine mondiale, y avait-il une stratégie plus secrète à l’œuvre ?

Il semble maintenant que l’objectif principal de la guerre américaine en Ukraine n’ait toujours été que de servir de catalyseur, d’excuse pour imposer des sanctions qui perturberaient le commerce alimentaire et énergétique mondial, et de gérer cette crise d’une manière à permettre aux diplomates américains à confronter les pays du Sud au choix «Votre loyauté et votre dépendance néolibérale ou votre vie – et, ce faisant, de «diminuer» les populations non blanches du monde qui inquiètent tant M. Klaus Schwab et sa cabbale.

Il est inconcevable que les conséquences de cette situation sur les pays en dehors de l’Europe et des Etats-Unis n’aient pas été prises en compte, car l’économie mondiale est un système interconnecté. La plupart des perturbations se situent entre 2 et 5%, mais les sanctions actuelles des Etats-Unis et de l’OTAN sont si éloignées de la trajectoire historique que les hausses de prix vont considérablement dépasser la fourchette historique. Rien de tel ne s’est produit ces derniers temps.

Cela suggère que ce qui apparaissait en février comme une guerre entre les Ukrainiens et la Russie est en réalité un déclencheur destiné à restructurer l’économie mondiale – et de le faire de manière à verrouiller le contrôle américain sur le Sud global. Géopolitiquement, la guerre par procuration en Ukraine a été une excuse pratique pour les Etats-Unis pour contrer l’initiative chinoise : la Route de la soie.

Le choix auquel sont confrontés les pays du Sud : s’affamer en payant leurs obligataires et banquiers étrangers ou annoncer, comme principe fondamental du droit international : «En tant que pays souverains, nous plaçons notre survie au-dessus de l’objectif d’enrichir les créanciers étrangers qui ont consenti des prêts qui ont mal tourné en raison de leur choix de mener une nouvelle guerre froide. Quant aux conseils néolibéraux destructeurs que le FMI et la Banque mondiale nous ont donnés, leurs plans d’austérité ont été destructeurs au lieu d’être utiles. Par conséquent, leurs prêts ont mal tourné. En tant que tels, ils sont devenus odieux.

La politique de l’OTAN n’a donné aux pays du Sud d’autre choix que de rejeter sa tentative d’établir une mainmise alimentaire américaine sur le monde en bloquant toute concurrence de la Russie, monopolisant ainsi le commerce mondial des céréales et de l’énergie. Le principal exportateur de céréales était le secteur agricole américain fortement subventionné, suivi par la politique agricole commune (PAC) fortement subventionnée de l’Europe. C’étaient les principaux exportateurs de céréales avant que la Russie n’entre en scène. La demande des Etats-Unis et de l’OTAN est de revenir en arrière pour rétablir la dépendance vis-à-vis de la zone dollar et de ses satellites de la zone euro.

Ce qu’il faut pour que la population mondiale non membre des Etats-Unis et de l’OTAN survive, c’est un nouveau système commercial et financier mondial. L’alternative est une famine pour une grande partie du monde. Plus de personnes mourront des sanctions qu’il n’y aura sur le champ de bataille ukrainien. Les sanctions financières et commerciales sont aussi destructrices qu’une attaque militaire. Ainsi, le Sud est moralement déchargé de placer ses intérêts souverains au-dessus de ceux des détenteurs d’armes financières et commerciales internationales.

Les pays du Sud ne peuvent en aucun cas payer le pétrole, les engrais et la nourriture de ces pays et payer les dettes en dollars qui sont l’héritage de la politique commerciale néolibérale parrainée par les Etats-Unis et soumise au protectionnisme des Etats-Unis et de la zone euro. Par conséquent, l’exigence primaire est de déclarer un moratoire sur la dette – en fait, une répudiation – des dettes qui représentent des prêts toxiques. Cet acte serait analogue à la suspension de 1931 des réparations allemandes et des dettes interalliées dues aux Etats-Unis. Tout simplement, les dettes actuelles des pays du Sud ne peuvent être payées sans soumettre les pays débiteurs à la famine et à l’austérité.

Le corollaire qui découle de ces impératifs économiques est de remplacer la Banque mondiale et ses politiques pro-américaines de dépendance commerciale et de sous-développement par une véritable Banque d’accélération économique. Parallèlement à cette institution, il y a un autre corollaire : un remplacement du FMI sans austérité, économie de pacotille et subvention des oligarchies clientes américaines, couplé à des raids monétaires sur les pays résistant à la privatisation et aux prises de contrôle par la financiarisation des Etats-Unis.

La dernière exigence est que les pays doivent se protéger en rejoignant une alliance militaire comme alternative à l’OTAN pour éviter d’être transformés en un autre Afghanistan, une autre Libye, un autre Irak une Syrie ou l’Ukraine.

Le principal obstacle à cette stratégie n’est pas la puissance américaine, car elle s’est révélée être un tigre en papier. Le problème est celui de la conscience et de la volonté économiques.

Dans ce combat, les damnés de la terre n’ont que leurs chaînes à perdre.

K. B.

Comment (5)

    Emigre de France
    7 septembre 2022 - 5 h 23 min

    D’où l’importance vitale de développer notre agriculture et de viser l’autarcie alimentaire le plus vite possible ! Il nous faut une agriculture intensive fondée sur un coopérativisme imposé, car nos tribus ont du mal à se faire confiance ! La France nous a bien divisés pendant 130 ans et il est temps de fonder une NATION !

    Fodil
    6 septembre 2022 - 16 h 27 min

    Salam alaykoum, bonjour,

    Une contribution de Khaled Boulaziz très intéressante.
    Concernant la problématique liée à la surpopulation mondiale, nous serons symboliquement 8 milliards d’individus sur Terre à la mi-novembre.

    Aussi, j’aimerais parler d’une étude réalisée par James Pomeroy, économiste de la H.S.B.C, qui est parue le 22 août 2022.
    D’après lui, 4 milliards d’individus pourraient peupler la Terre à la fin du siècle, au lieu de 10 milliards estimés par les Nations Unies.
    Une baisse conséquente des naissances ces prochaines décennies (et bien plus tôt que ce qui était estimé) pourrait en effet entraîner un déclin de la population mondiale. On peut ajouter à cela le vieillissement de la population.

    « La probabilité que la taille de la population mondiale commence à se réduire dans les 20 prochaines années est bien plus élevée que ce que nous avions prévu initialement », à déclaré l’économiste qui pense que le pic prévu vers 2080 par les Nations Unies ne serait pas réel.
    Lui, le situe plutôt aux alentours de 2043. Dès lors, la décroissance commencerait plus tôt que prévu.

    J’aurais aimé que M. Khaled Boulaziz, qui a abordé dans son article ce thème, nous dise ce qu’il pense de cette étude.

    Merci.

    Raïna
    6 septembre 2022 - 15 h 51 min

    C’est une analyse très objective qui mérite d’être saluée.
    Ceci-dit quel constat devrions nous faire et quelle leçon devrions nous tirer?
    C’est désolant de voir qu’un pays comme le nôtre ne peut assurer sa propre sécurité alimentaire,
    nous sommes toujours dépendant des importations donc des autres pays sans parler de certains fléaux et facteurs aggravants qui fragilisent et risquent de mettre en péril notre intégrité et notre souveraineté à savoir la mauvaise gouvernance et la corruption…
    Nos dirigeants doivent prendre conscience et réaliser ce qui se passe.

    La balle et dans le camp des 193 pays du monde.
    6 septembre 2022 - 13 h 57 min

    Un mon humble avis, il faut d’abord commencer à parler avec un langage que tout le monde comprend.
    Pourquoi 193 pays dans le monde ont peur des américains ?
    Sans réaction de leurs parts, ils risquent tout simplement de disparaître.
    Ilsleurs faut réagir sans tarder !
    Il faut que tous les pays au monde rejoignent le bloc RUSSIE/CHINE.
    Et ils refusent de se soumettre à un pays totalitaire, oppresseurs, dictatorial, se prenant pour DIEU et le centre du monde.
    Les américains veulent faires un hold-up en volant la terre 🌎 entiere et tout ce qu’elle renferme dans son sous-sol et ça surface.
    Ils proclameront un jour ! de la façon ou nous voyons évoluer les choses par les événements il est fort probable, que les américainsdécideront qui aura le droit de la foulée la planète terre et de jouir des merveilles innombrables qu’elle recèlent et renferme généreusement en abondance pour le bienfaits des humains dans leurs totalité.
    Soit nous nous laissons euthanasiées sans réagir et nous nous dirigeons vers l’abattoir.
    Soit nous rejoignons le BRICS et sous la tutelle des pays émergent du BRICS un nouveau monde bis en parallèle à celui-ci en état de décomposition avancé.
    Tous les pays du Bloc du BRICS, sera un nouveau espace fermé, où tous lrs pays membres y évolueront par des échanges économiques, dans un marché commerciaux ou tous leurs membres qui auront choisit d’y adhérer volontairement et entièrement vivrons à la manière que nous vivions autrefois dans l’ancien monde.
    Chacun aura sa monnaie reconnue dans tous l’espace de la communauté du BRICS.
    Chaque pays sera libre d’échanger entre membres sans contraintes.
    Une répartition des productions seront définis par rapport à la géographie, les richesses naturelles, les expériences scientifiques de chacun, les points forts et points faibles de chacun, afin d’éviter les doublons et les excédant inutilisables dans les productions qu’auront lieu dans l’espace du BRICS.
    Tout devra être réguler, encadrés, gérer de façon à ne pas sauto-saturer dans les productions et les échanges commerciaux.
    Garder des équilibre dans toutes les productions pour éviter les asphyxie dans les productions de tous les produits de biens manufacturerau sein de l’espace du BRICS.
    Soit les pays réagissent en se concernant ou nous serons tous vouées à disparaître par l’arrogance et le mépris des dirigeants américains.

    M
    6 septembre 2022 - 13 h 39 min

    Vôtre article mériterai une thèse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.