Les BRICS veulent renforcer leurs échanges, antidote à la crise en Europe

Les ministres du Commerce du groupe des BRICS ont insisté hier à New Delhi sur la nécessité de renforcer leurs échanges au sein de ce bloc de cinq pays émergents, y voyant un antidote aux problèmes économiques en Europe.

Les ministres du Commerce du groupe des BRICS ont insisté hier à New Delhi sur la nécessité de renforcer leurs échanges au sein de ce bloc de cinq pays émergents, y voyant un antidote aux problèmes économiques en Europe.
Les ministres se sont réunis à la veille de l’ouverture aujourd’hui jeudi du quatrième sommet des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud). Même si leurs échanges commerciaux sont en pleine expansion, le ministre indien du Commerce, Anand Sharma, a estimé qu’ils étaient encore loin de ce que l’on pouvait espérer d’un groupe réunissant 40 % de la population mondiale. «Il y a un large potentiel de croissance inexploité pour le commerce entre pays des BRICS et pour l’investissement (…) qui faciliterait la croissance économique à un moment où l’économie mondiale est frappée d’incertitude», a-t-il déclaré, ajoutant qu’il y a «eu un recul de la demande sur les marchés européens. Malgré cela, nous avons continué à enregistrer un fort niveau de croissance».
Le groupe des BRICS, qui a tenu son premier sommet en 2009, réunissait initialement le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine. Il a été élargi à l’Afrique du Sud l’an dernier. Lors de leur sommet dans la capitale fédérale indienne, les dirigeants devraient débattre de la création de leurs premières institutions pour tenter de cimenter leurs relations. Un secrétariat commun reste encore une idée improbable mais les dirigeants devraient discuter de la création d’une banque d’investissement pour financer des projets d’infrastructure et de développement, une idée déjà débattue sous le nom de «South-South Bank» ou «BRICS Bank». «Ce serait un outil financier très puissant pour améliorer les opportunités commerciales et peut-être une étape majeure pour soutenir l’Union européenne dans ses efforts à surmonter la crise financière», a considéré le ministre brésilien du Commerce, Fernando Pimentel.
Le sommet réunira la Brésilienne Dilma Rousseff, le Russe Dmitri Medvedev, le Chinois Hu Jintao et le Sud-Africain Jacob Zuma, ainsi que le Premier ministre indien, Manmohan Singh.

A. A./Agence


 

Commentaires

    Senan
    19 juin 2012 - 4 h 29 min

    Unfortunately, like all
    Unfortunately, like all anglo-judeo ‘analysts’, Rebecca does not understand Brasil.Brasil has in the last 5 years sucesscfully come out of a hi-inflation era. Hi-inflation did not encourage personal savings. It will take a few more years (3 – 5) for a savings culture to become ingrained in the population.Also, given Brasil’s political & economic stability, it’s high return on Capital & it’s broadly diversified economy & trade flows, investment in Capital stock is being fed/drawn from many other non-traditional sources of Capital. This may come as a surprise to most Brasil ‘x-purts’, but when taking the country’s hi bank reserve ratios & foreign exchange reserves into account, she is actually a Capital surplus country.Unlike India or China, Brasil is an auto sufficient country in all aspects – food, water, energy, natural resources, human capital & industry. The economy is not dependent on exports, so confusing higher domestic levels of consumption vs a vs China/India can leads 1 to the wrong conclusions.The Brasilian Govt., BNDES, Central Bank, etc. are fully aware that investments in productive stock has to be increased (follow recent speeches by Mr. Coutinho/BNDES, etc.)I’m curious to know how you Rebecca classify the ongoing massive investments in Dams, Energy extraction/refinement (Petrobras capex budget for next 5 years – $172 billion), Agribusiness, Infrastructure, etc. presently occurring in Brasil.Remember, China has a massive overcapacity overhang & India has very poor infrastructure, grinding poverty plus intractable social & economic problems.How many times have you Rebecca been to Brasil & how much time have you spent outside a hotel/office conference room when there? Brasil’s legal & econonic framework is based on a gaulist/germanic model. It DOES WORK well, once anglo-judeo types ike you invest the time to study & analyse the Brasilian System & the reasons behind it’s various laws. You will then realize that the anglo-judeo neo-liberal economic model has absolutely no room within the Brasilian economic/political space & reality.Finally, this is very superficial 3rd rate analysis, gleaned from various data points & extrapolated senselessly. In other words, alot of misinformation.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.