Sarkozy veut réduire de moitié le nombre d’immigrés algériens

En perte dans les sondages, le président français Nicolas Sarkozy cherche à rebondir par tous les moyens en tenant un discours semblable sur bien des questions à celui du Front national. Après la carte sécuritaire qui s’est avérée peu payante, le président sortant, toujours donné perdant au second tour face à son rival socialiste François Hollande, tente le coup de l’immigration, son autre sujet de prédilection en allant plus loin que d’habitude. Sur le plateau de la chaîne d’informations I-Télé, où il était l’invité de Christophe Barbier, le président-candidat  a affirmé qu’il changera les «règles» migratoires dans le but de stopper «le flux» venant des pays «amis et voisins». Autrement dit, des pays maghrébins. Essentiellement de l’Algérie. «Il faudra (…) sans doute renégocier un certain nombre d'accords avec des pays amis ou voisins, je pense notamment à l'Algérie», a-t-il précisé. Cette renégociation, Sarkozy la veut pour «diviser par deux le nombre d'étrangers autorisés à entrer chaque année en France». Le président sortant s’engage, dès maintenant, à réaliser son objectif dès la première année et d'une façon très simple. Laquelle ? «Nous imposerons à tous ceux qui veulent venir au titre du regroupement familial ou du mariage avec un Français l'obligation d'avoir un logement, d'avoir un revenu, d'apprendre le français et les valeurs de la  République avant d'entrer sur le territoire national», a-t-il précisé. Autrement dit, créer toute sorte d’embûches aux candidats à l’immigration pour dissuader les moins déterminés et réduire les persévérants. Menant une campagne difficile à cause notamment de son quinquennat peu reluisant qui plaide en sa défaveur, Sarkozy se lance, enragé, dans une chasse à l’électorat de l’extrême droite en enfilant l’habit d’un véritable «le pêne» de la France. Et comme le Front national ne cache pas son aversion envers l’Algérie et les Algériens de France, le président-candidat  en fait de même : «Cinquante ans après la décolonisation, il est temps de mettre les choses à plat et de voir comment on peut mieux travailler ensemble et renégocier des accords.» Le but est de séduire cet électorat très précieux pour un candidat qui n’a plus rien dans sa «pochette magique». Sarkozy a déjà tenté, durant son premier quinquennat, de réviser ces accords de 1968 liant la France à l’Algérie sur notamment la question de la circulation des personnes. En vain. En janvier 2011, l'Algérie avait fustigé la France pour des mesures «discriminatoires» en matière d'attribution de visas. Le mois dernier, le ministère des Affaires étrangères a encore dénoncé de récentes mesures françaises en matière de délivrance des visas notamment celle exigeant des Algériens d'apporter la preuve de leur retour dans leur pays après un séjour en France.

Sofiane B.

Comment (5)

    becirAnonyme
    15 avril 2012 - 17 h 21 min

    je vous tire le chapeau
    je vous tire le chapeau monsieur erradjel wallah votre article en réponse à sarkosiere devrait etre dit par nos dirigents en catimini biensur à ce juif.bravo




    0



    0
    Erradjel
    14 avril 2012 - 22 h 32 min

    Un jour, un grand Homme
    Un jour, un grand Homme d’État du bloc Est, répondait à une question qui lui a été posée sur l’ex Chancelier de l’Allemagne Fédérale de l’Époque, alors il répondait :
     » Vous savez que si on enlève le pantalon à ce Chancelier et qu’on le garde par derrière, on verra que c’est un Pays partagé en deux et que si on le regarde par avant, on verra que c’est un Pays qui ne relèvera pas la tête s’il reste sous le joug des Juifs  »
    – Alors, sans que ce malade mental de Sarkousine, n’enlève son pantalon, les Algériens, connaissent déjà la configuration de son postérieur et la traçabilité de la devanture de son ex épouse l’ayant quitté pour ça !
    Merci




    0



    0
    Anonyme
    13 avril 2012 - 23 h 02 min

    JE NE VOIS PAS DE PROBLÈME IL
    JE NE VOIS PAS DE PROBLÈME IL Y A LA RÈGLE DE RÉCIPROCITÉ POUR CEUX QUI ONT UNE ONCE DE DIGNITÉ




    0



    0
    becirAnonyme
    13 avril 2012 - 17 h 54 min

    je dirai à sarkofege que les
    je dirai à sarkofege que les algériens sont en france avant que son pere n y mette ses pattes et avant que sa mere ne le dégage de son ventre.lui meme est etrangé juif sa haine pour l algérie est connue par tout le monde.les algériens viendront en france quand ils le voudront et s il est un homme qu il les en empeche.l argent sale qu il a eu de feu kadhafi dont il est l assassin son fils qui a voulu le placer dans les hautes spheres de l état français lui qui n a meme pas le bac et dire qu ils veulent nous apprendre la democracie et la liberté.n oublions pas qu il est juif ça se comprend.




    0



    0
    krimo2012
    13 avril 2012 - 17 h 45 min

    Une telle mesure renseigne
    Une telle mesure renseigne sur la mauvaise posture dans laquelle se trouve ce président candidat qui a tendance à oublier ses origines hongroises.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.