Incidents de Saïda : graves accusations contre un commissaire

Graves sont les accusations portées contre le commissaire de police chargé d’assurer la sécurité lors de la rencontre MC Saïda – USM Alger, samedi dernier. C’est ce que nous avons appris, lundi, lors de la conférence de presse animée par les responsables de l’USM Alger au stade Omar-Hammadi de Bologhine. Tour à tour, Rebouhd, Ighil et Cherchar ont dénoncé la passivité de l’officier. Selon l’entraîneur Ighil, le commissaire de police en question «avait refusé de donner l’ordre à ses agents d'accomplir leur mission et assurer la sécurité lorsque que la violence a commencé». Cherchar, le dirigeant de l’USMA qui a été blessé à la tête, va plus loin en affirmant que «l’officier est allé voir les arbitres, par la suite, on nous a demandé de présenter les licences alors qu’on avait souhaité le report de la rencontre». Pour ce dirigeant, le représentant de l’ordre, qui a constaté la violence dans le stade, n’a pas levé le doigt pour mettre à l’abri la délégation usmiste. Le soigneur du club algérois, qui était poursuivi par un groupe de supporters, a demandé de l’aide à cet officier en lui tendant la main, en vain. Aucune réaction de la part du représentant de l’ordre. Les dirigeants de l’USMA ont déposé plainte et saisi la direction générale de la Sûreté nationale pour l’ouverture d’une enquête. Dans la soirée, et selon notre source, l’officier en question devrait être suspendu de ses fonctions et convoqué pour enquête.
Aussi, les animateurs de la conférence de presse n’ont pas manqué de relever l’attitude du wali de Saïda qui est arrivé trois heures après la fin du match en compagnie du président du MCS et qui a déclaré : «Nous étions dépassés par les événements. Cela fait partie de la vie !»
Triste aveu d’un commis de l’Etat censé être le premier responsable de sa wilaya.
Réda B.
 

Commentaires

    Anonyme
    17 avril 2012 - 9 h 16 min

    je me porte temoin d’une
    je me porte temoin d’une epoque ou l’arriere gauche du CRB amar a ecopé d’une radiation de deux ans pour geste obsenne envers le public.
    En 2001 le CRB qui jouait pour le titre egalise a bejaia,meme scenario de saida avec envahissement de terrain, badji a recu un coup de couteau a deux centimetre de la rate. sanction de la faf : 4 matchs a huis clos
    cette fois ci c’est 8 matchs, c’est scandaleux.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.