Les frondeurs promettent de fracassantes révélations sur Abdelaziz Belkhadem

Au FLN, la crise ne s’estompe pas. Les frondeurs du comité central n’abandonnent pas leur bataille engagée contre le secrétaire général du parti. Le temps d’arrêt marqué durant la campagne électorale n’entame guère leur détermination à avoir la tête de Abdelaziz Belkhadem. Au contraire. Réunis jeudi à Alger, sous la présidence du coordinateur général, Ahmed Boumahdi, les contestataires promettent de fracassantes révélations sur les dépassements du secrétaire général de l’ex-parti unique. Dans une déclaration rendue publique aujourd’hui et dont «algeriepatriotique.com» détient une copie, le coordinateur général a affirmé qu’une équipe est en train de préparer un rapport «salé» sur Belkhadem, dans lequel elle va énumérer dans le détail tous «ses dépassements politiques, organiques et matériels», ainsi que ceux de son bureau politique. Ce rapport sera présenté lors de la session extraordinaire du comité central qui devra être convoquée juste après le scrutin du 10 mai. Les frondeurs s’engagent, dans le même sillage, à rendre publique la liste des membres du comité central signataires de la pétition pour l’éviction du secrétaire général comme réponse à la déclaration de Belkhadem, selon laquelle ils n’auraient pas pu réunir le quorum (230) pour la tenue d’une session extraordinaire du comité central. Pour eux, le sort de Belkhadem est définitivement scellé. Il sera formalisé après les législatives. «Nous réaffirmons notre attachement au contenu de la déclaration des membres du comité central rendue publique lors de leur réunion du 14 avril dernier au siège du parti dans laquelle ils ont annoncé leur retrait de confiance au secrétaire général du FLN et du bureau politique», est-il souligné dans un communiqué datant d’aujourd’hui. Les contestataires, qui exigent aussi une enquête minutieuse sur la gestion du parti depuis le 8e congrès bis, veulent «enterrer» définitivement Belkhadem et son équipe qu’ils tiennent pour responsables de la situation critique que traverse actuellement le FLN. Une situation qui risque de lui coûter sa majorité au Parlement.
Sofiane B.
 

Comment (4)

    KELAM
    24 avril 2012 - 12 h 00 min

    il faut élever le niveau
    il faut élever le niveau politique, par une prise en charge effective du FLN et soyons a la hauteur du 1er novembre 54 par mettre le grand FLN dans le musée pour ne plus abusé de lui et créer un parti digne de notre histoire.




    0



    0
    Anonyme
    23 avril 2012 - 10 h 04 min

    AL MADJD WAL KHOULOUD LI
    AL MADJD WAL KHOULOUD LI CHOUHADAINA AL ABRAR…!!!.

    UN DE NOS MARTYRS AVAIT DIT : SI ON VENAIS A MOURIR DEFENDEZ

    NOTRE MEMOIRE ….ALORS FRERE ALGERIEN SOYEZ DES DESCENDANTS

    HUMBLE…DE NOS VALEUREUX MARTYRS NE VENDEZ PAS L ALGERIE COM

    LES HARKIS D’HIER ET D’AUJOURDHUI …HISSABOUHOUM ..AINDA

    ALLAH.




    0



    0
    kafiz nadir
    23 avril 2012 - 4 h 43 min

    Depuis1962 à ce jour , la
    Depuis1962 à ce jour , la plupart profitent de la situation, les hauts cadres ne font pas la différence entre leurs poches et les caisses de l’état, jusqu’au simple serveur qui ne rate pas la moindre occasion pour mettre une cuillère dans sa poche ! La dictature est la devise du simple responsable jusqu’au plus haut placé. Les pourfendeurs de l’état qui hier étaient acteurs dans les ruines du pays essaient aujourd’hui de se blanchir, en cherchant un bouc émissaire pour que tout le monde tire sur notre président de la république et portant nous sommes tous complices de la situation actuel, qui se dégrade chaque jour ,que dieu fait ce qui d’un avenir incertaine,nombres important de la population est livre a la dégradation et l’imputation des valeur, Les hommes,femmes intègres ,nationaliste ,sont mis a l’écart ,quant ils se manifestent ,ils sont indiques du doigt ,humiliées , menaces ,dénigres et donc pousses a ne pas s’impliquer dans la vie de la société, tous cela a cause de notre culture de la jalousie , le régionalisme,la haine surtout notre éducation (hypocrisie ,fainéantise, égoïsme). La confiance a disparu même au niveau des foyers, l’amitié est devenue des intérêts personnels tous se vend et tout s’achète.
    Pour cela le vrai problème de notre cher pays l’Algérie ne réside pas au niveau de notre président de la république monsieur bouteflika , au contraire il nous a sauve d’une guerre civil inévitable, je reste convaincu que quelle que soit la personne qui occupera ce poste, elle ne réussira pas à changer la situation, les choses empireraient davantage. Nous sommes des algérien on se connait entre nous !
    Les dépassements, les abus de pouvoir et la hogra se situent au niveau de la base, Le plus fort s’attaque au plus faible, comme une échelle et chaque individu est considère comme une virgule par son responsable direct.




    0



    0
    Anonym
    22 avril 2012 - 19 h 48 min

    Soit belkhadem où autres ils
    Soit belkhadem où autres ils vont tous tombé l’un après l’autre pour des faits grave commis par la mal gouvernance dant la corruption détournement de fond et que l’enquête dévoile cette vérité extraordinaire contre ce régime qui pioche dans la caisse de l’état depuis l’indépendance et le moment est venu qu’on débarrasse de ce régime qu’on a assez et merci de votre compréhension




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.