Ould Kablia : «Observer n’est ni contrôler ni investiguer»

Dahou Ould Kablia affirme qu’aucune copie intégrale du fichier électoral national ne sera remise aux observateurs européens qui ne cessent de la demander depuis leur arrivée. S’exprimant à la Télévision nationale, le ministre de l’Intérieur s’est montré catégorique sur cette question reposée hier par le chef de la mission d’observation de l’UE, José Ignacio Salafranca. «Observer veut nullement dire contrôler, encore moins investiguer», a-t-il précisé, rappelant de ce fait la nature de la mission des nombreux observateurs arrivés en Algérie. M. Ould Kablia a estimé que le ministère a pleinement répondu à la requête des observateurs de l’UE. «Pour les besoins de la mission d'observation, que nous souhaitons la plus large possible, les observateurs présents dans les wilayas ont été autorisés à consulter sur place, s'ils le souhaitent, le fichier électoral de wilaya.» «La question de la remise de la copie intégrale du fichier électoral national ayant été posée par le chef des observateurs de l’Union européenne, il nous est apparu nécessaire de lui rappeler que la loi organique relative au régime électoral (article 18) n’impose la remise d’une copie de la liste électorale communale qu’aux seuls partis politiques et candidats indépendants participant aux élections», a indiqué le ministre, évoquant le communiqué rendu public dans ce sens par son département. Le ministère de l’Intérieur avait mis en avant le caractère confidentiel du fichier électoral national. Ce dernier contient en effet des données de base d'identification et de localisation de plus de 21 millions de personnes. «Il ne peut ainsi faire l'objet de communication, compte tenu du caractère de réserve et de confidentialité universellement admis», a souligné le ministre. Le chef de la mission de l’UE a souhaité «un accès» à l’intégralité du fichier. Sa demande est motivée par l’augmentation considérable du fichier électoral, passant de 18 à 21 millions en l’espace d’une année.
Sofiane B.
 

Commentaires

    salam alaikoum.
    8 mai 2012 - 22 h 25 min

    la demande formulée par les
    la demande formulée par les observateurs et un signe flagrant de violation des attributions d’une observation saine et sereine. par une demande similaire ils montrent qu’ils se rapprochent de la thèse que le RCD -le parti qui a boycotté, mais qui ne respecte pas que les autres ne puissent boycotter- sur un gonflage des listes. ce qui est faux dans cette histoire est que ce le fichier électoral n’a pas augmenté de 3 millions en une année, mais en trois ans, si on prend en considération le vote des présidentielles de 2009, qui était de l’ordre de 18 milliosn et demi d’electeurs.
    la différence est de taille entre une année et trois ans, c’est le tiers de ce qui est annoncé.
    la question de laisser des étrnagers accéder au fichier électoral n’est pas seulement de la responsabilité de l’etat, il appartient aussi à la société civile et aux partis politiques de s’exprimer sur cette question.
    personnellement ne n’admettrais pas qu’un étranger et même un algérien non autorisé par la loi de mon pays, je précise bien de mon pays ( même si elles est mal faite), n’accède à mes données personnelles et privées. il s’agit d’un acte responsable de l’etat de refuser, en France une telle demande aurait crée un tollé général, mais dans ce pays, il dispose de la CNIL qui garanti que ce type de demandes fallaciuese de la part pourtant d’un européen, ne puisse trouver de réponse favorable.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.