Bouteflika vante ses réalisations au journal français «Le Monde»

A l’occasion du cinquantenaire de l’Indépendance, le président Abdelaziz Bouteflika s’est exprimé dans un entretien à paraître dans l’édition du journal Le Monde du 4 juillet. Tout au long de cet entretien, le chef de l’Etat n’a cessé de flatter les relations algéro-françaises, sorties, d’après lui, des fortes turbulences enregistrées ces dernières années. Evitant soigneusement les sujets qui fâchent comme la repentance ou la reconnaissance des crimes coloniaux, le président Bouteflika assure d’emblée qu’il n’y a plus de brouille entre les deux capitales, à la veille de la célébration du cinquantième anniversaire de l’Indépendance. «Au moment où nous nous apprêtons à célébrer le 50e anniversaire de l’Indépendance, l’Algérie pourrait se féliciter du niveau atteint par les relations multiples qu’elle entretient avec la France, et ce, dans de nombreux domaines. De fait, l’Algérie se réjouit de voir, malgré certaines vicissitudes et turbulences enregistrées, parfois de manière récurrente, dans la conduite des rapports algéro-français, qu'une nouvelle dynamique marque aujourd’hui les relations bilatérales », soutient le chef de l’Etat qui voit d’un œil «très optimiste» l’avenir des relations bilatérales avec l’ancienne puissance coloniale. Selon lui, la nouvelle dynamique amorcée récemment «permettra aux relations franco-algériennes d’enregistrer un saut qualitatif qui les mettra à la hauteur du potentiel et des ambitions partagées par les deux pays». Il admet dans ce sillage que les échanges entre les deux pays peuvent être nettement améliorés et que le partenariat doit être renforcé. Le président Bouteflika a beaucoup insisté sur les liens historiques et complexes qui rapprochent les deux pays et sur la solidité des relations «qui ont résisté à toutes les péripéties du temps et aux turbulences de l’Histoire». Pour le chef de l’Etat, les relations algéro-françaises doivent passer à une étape supérieure de sorte à inscrire leur développement «dans une perspective historique et non seulement conjoncturelle». Le président Bouteflika, qui est à la moitié de son troisième mandat, n’a pas manqué de vanter ses réalisations et ses exploits depuis son arrivée au pouvoir en avril 1999. La principale réalisation sur laquelle il insiste est celle relative à la paix et la réconciliation nationale. Il met en avant le fait qu’à son arrivée, l’Algérie était à feu et à sang et qu’aujourd’hui elle est «stable et prospère». Cet entretien est publié dans le supplément du quotidien Le Monde, Stratégies internationales, consacré cette fois-ci à l’Algérie. On y trouve aussi des entretiens avec des ministres dont Mourad Medelci (voir article par ailleurs) qui est revenu sur le fameux projet de l’Union pour la Méditerranée. Un éditorial, publié en première page sous l’intitulé «L’Algérie en marche», dresse le bilan d’un pays «en plein développement». Bref, un dossier qui brosse dans le sens du poil.
Sonia B.

Comment (3)

    BEN BRIK
    5 juillet 2012 - 9 h 33 min

    Monsieur le Président de la
    Monsieur le Président de la République

    Pour entamer le prochain demi siècle d’indépendance, il est de notre devoir de barrer la route aux intégrismes les plus divers, aux opportunistes les plus audacieux et aux mains-mises les plus profondes. L’avenir de notre pays et celui de nos enfants nous interpelle maintenant pour qu’un jour l’héritage laissé à notre progéniture ne soit pas un cadeau empoisonné ! Car, maintenant plus que jamais, l’Algérie a besoin de toutes ses énergies pour faire face à un monde de plus en plus intraitable. Et pour sortir du tunnel, il nous faut pour une fois, d’honnêtes représentants ou des responsables et ministres ayant en commun l’amour de la patrie.




    0



    0
    Anonymous
    4 juillet 2012 - 20 h 27 min

    Il aurait fallut répondre aux
    Il aurait fallut répondre aux vraies questions des journalistes de ce prestigieux quotidien français qu’est le Monde ,début avril au lieu d’acheter des pages pour faire de la pub!!!




    0



    0
    Anonyme
    4 juillet 2012 - 11 h 22 min

    C’est une agence de
    C’est une agence de communication qui l’a élaboré, comendé et pays par l’état algérien.

    Pour faire simple, ce n’est pas une info mais c’est une publicité.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.