Majed Nehmé explique la guerre en Syrie pour «algeriepatriotique» (2)

Majed Nehmé : «la wahhabisation de la Syrie prélude à sa soumission à la stratégie US». D. R.

Quels sont les enjeux inavoués dans ce conflit ?

Majed Nehmé : Ils sont essentiellement régionaux : casser l’alliance avec l’Iran, amener la Syrie à signer une paix au rabais avec Israël, détruire les fondements de l’Etat-nation pour livrer la Syrie aux forces wahhabites et islamistes radicales, ce qui signifie l’éclatement de la Syrie en plusieurs entités en guerre entre elles. Ce qui enracinerait la présence occidentale au Moyen-Orient pour les décennies à venir.
Un autre enjeu capital : les monarchies du Golfe, fragilisées elles aussi par le vent de contestation qui souffle sur le monde arabe, et par la transformation inattendue de l’Irak, débarrassé du régime de Saddam Hussein, en un protectorat iranien, cherchent, à travers la chute du régime syrien anti-wahhabite et pro-russe, à transformer la Syrie en base arrière pour reconquérir l’Irak et déstabiliser l’Iran. Elles cherchent surtout à liquider le Hezbollah libanais. Ces objectifs non avoués n’ont pas été jusqu’ici atteints et ne le seront pas tant que le soutien sino-russe ne faiblit pas et tant que l’axe syro-iranien, qui comprend le Hezbollah et l’Irak de Maliki ne se rompt pas.

Des affrontements armés se déroulent au Liban, est-ce un début d’embrasement dans la région ?

Personne n’a intérêt, pour le moment, et tant que le régime syrien et ses alliés libanais (Hezbollah et une majorité des chrétiens) estiment qu’ils ne sont pas menacés à rallumer la guerre civile. Et cela malgré l’utilisation de certaines forces libanaises pro-saoudiennes et pro-qataries sur le territoire libanais pour déstabiliser le régime de Damas. La Syrie a au contraire besoin de maintenir la stabilité du Liban pour s’en servir comme base arrière logistique et financière afin de contourner les sanctions occidentales qui la frappent. Par contre, l’Arabie Saoudite et le Qatar peuvent être tentés de jeter de l’huile sur le feu au Liban pour maintenir la pression sur la Syrie et se servir de ce pays comme voie d’acheminement des hommes, des armes et de l’argent en direction de la rébellion. C’est un risque non négligeable mais à double tranchant : si la Syrie et ses alliés l’emportent, c’est toute l’influence occidentale et saoudienne qui sera éradiquée. Et le Liban basculerait définitivement dans l’axe syro-irako-iranien. Le risque d’un tel scénario (le chaos ou la victoire de l’axe pro-iranien) est dévastateur pour Israël, et c’est la raison pour laquelle les Etats-Unis seront contraints d’amener ses supplétifs libanais, du Golfe et la Turquie à ne pas trop entraîner le pays du Cèdre dans cette direction incontrôlable. Le meilleur scénario pour l’Occident est de jeter de l’huile sur le feu sans permettre à l’un des camps de l’emporter, ce qui équivaut à un affaiblissement durable de l’Etat syrien.

La Russie et la Chine empêchent l’Otan d’intervenir en Syrie. Peut-on parler d’une nouvelle confrontation Est-Ouest ?

On assiste en effet à un changement majeur dans les relations est-ouest et nord-sud. La crise syrienne, après le camouflet libyen, et auparavant la guerre des Balkans, sonne définitivement la fin de l’unilatéralisme occidental dans les relations internationales et annonce l’avènement d’un monde multipolaire. L’avènement des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) participe à ce changement substantiel dans les relations internationales. La crise financière et économique sans précédent en Occident ne favorise pas non plus une nouvelle guerre autrement plus coûteuse que la guerre contre la Libye ou l’Afghanistan. La destruction d’un avion militaire turc dans l’espace aérien syrien donne aux va-t-en-guerre de l’Otan à réfléchir. La Turquie ne le demande d’ailleurs pas, malgré certaines gesticulations, car elle sait à quel point elle s’expose à des représailles de la part de la Syrie (qui pourrait de nouveau jouer la carte des indépendantistes kurdes du PKK qui sont très nombreux en Syrie mais interdits d’agir à partir du territoire syrien). Par ailleurs, l’Iran, l’Irak ou la Russie limitrophe ne permettraient pas une telle intervention. Il n’y aura pas donc une confrontation Est-Ouest, mais un nouveau bras de fer autour du bouclier anti-missile de l’Otan, autour de la Syrie et de l’Iran et, enfin, autour des courants islamistes wahhabites que Moscou, Pékin et New Delhi considèrent comme le cheval de Troie de l’Occident pour déstabiliser la fédération russe. A travers la Syrie, la Russie cherche aussi à éviter la réédition de la guerre de Tchétchénie.
Idem pour la Chine qui ne voudrait pas que l’islam radical ou politique soutenu par l’Occident à travers ses obligés du Golfe et surtout à travers la Turquie atteigne la province chinoise du Xinjiang, aussi appelée Turkestan oriental, peuplée majoritairement par les Ouïgours, turcophones musulmans sunnites, travaillés par des courants séparatistes.

Comment expliquer le rôle dominant du Qatar et de l’Arabie Saoudite dans la crise syrienne ?

Il est illusoire de penser que ces deux monarchies pétrolières agissent d’une manière autonome. Elles dépendent en grande partie des Etats-Unis qui leur assurent la survie en contrepartie d’une totale soumission ou alignement sur leur agenda géopolitique et énergétique. C’est le cas en ce qui concerne l’actuel bras de fer avec l’Iran. Ces deux monarchies, comme d’ailleurs les quatre autres qui font partie du Conseil de coopération du Golfe (Emirats arabes unis, Koweït, Bahreïn et Oman) ont désigné le régime iranien comme l’ennemi à abattre. En cela, ils suivent l’agenda américain et israélien. Ce suivisme arrange surtout Washington : la prétendue menace iranienne rend la présence militaire américaine dans le Golfe et dans la région indispensable et durable. Ainsi que la multiplication de bases militaires. On ne peut pas comprendre le retournement spectaculaire du Qatar contre l’«ami syrien», sans ce paramètre, à savoir son alliance avec l’Iran. Dans le passé, ces émirats abritaient des bases étrangères en contrepartie de royalties. Aujourd’hui ce sont ces émirats qui couvrent les frais de ces bases ! En fait, ces pays comptoirs sont structurellement fragiles. Pour assurer leur survie, ils doivent, pensent-ils, fragiliser leurs puissants voisins. C’est ainsi qu’ils ont participé à la destruction de l’Irak, à l’affaiblissement de l’Egypte et aujourd’hui œuvrent inlassablement pour casser l’Iran et ses alliés. Non seulement à travers leur soumission à la stratégie militaire occidentale et israélienne, mais aussi à la stratégie énergétique. Comment ? Les monarchies pétrolières appliquent, en matière de prix pétroliers et gaziers, les consignes américaines. La guerre des prix déclenchée vers le milieu des années quatre-vingts du siècle dernier a été coordonnée avec la politique de l’Agence internationale de l’énergie dont l’objectif premier avait été de casser l’Opep et les pays pétroliers récalcitrants et souverainistes comme l’Algérie, l’Irak, l’Iran, le Nigeria ou le Venezuela et la Russie. Et quand le roi Fayçal a voulu utiliser l’arme du pétrole après 1973, il a été assassiné ! Depuis, elles ont bien rempli cette mission au vu des ravages que cette guerre des prix avait provoqué contre ces pays. Le Qatar, par sa politique gazière offensive, reproduit le même schéma. Avec une infrastructure gazière ultra-compétitive et une flotte ultra-moderne, cet émirat gazier cherche à nuire à la Russie et à l’Algérie sur le marché européen et à l’Iran sur le marché asiatique. Il était aussi question, selon ce plan, de construire un gazoduc via la Syrie. Le refus de Damas, alliée de Moscou, d’accepter ce tracé, explique en partie le retournement du Qatar contre la Syrie.
Reste enfin une autre motivation, capitale celle-ci, qui anime ces deux monarchies wahhabites : la wahhabisation de la Syrie, donc son affaiblissement, prélude à sa soumission à la stratégie américaine qui a toujours favorisé l’islam dit politique dans le monde contre les courants nationalistes arabes.

Interview réalisée par Ramdane Ouahdi

Lire aussi : Majed Nehmé explique la guerre en Syrie pour Algeriepatriotique (1)

                  Majed Nehmé explique la guere en Syrie pour Algeriepatriotique (3)

Commentaires

    fissou
    10 octobre 2017 - 22 h 59 min

    MERCI ALGERIE PATRIOTIQUE .




    1



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.