Frontières : le Maroc pousse l’UMA à faire pression sur l’Algérie

Le gouvernement marocain s’adonne depuis quelques semaines à un travail sournois contre l’Algérie au sein des structures de l’Union du Maghreb arabe (UMA). Selon une source diplomatique proche de cette organisation maghrébine, le gouvernement dirigé par l’islamiste du PJD, Abdelillah Benkirane, multiplie les tractations auprès de ses homologues tunisien et libyen afin de les convaincre d’inscrire à l’ordre du jour du prochain sommet de l’UMA un projet de résolution sur l’obligation des Etats membres d’assurer la libre circulation des personnes par toutes les voies (terre, air et mer). Il est clair comme l’eau de roche que ce projet de résolution vise directement le gouvernement algérien qui refuse, depuis plusieurs années, d’accéder à la demande maintes fois exprimée par les dirigeants marocains de rouvrir la frontière terrestre avec notre voisin de l’ouest. Hormis la frontière terrestre entre l’Algérie et le Maroc, aucune autre bande frontalière entre les Etats membres de l’UMA n’est fermée. N’arrivant visiblement plus à donner des gages de confiance pour que cette bande frontalière soit rouverte, le gouvernement marocain sollicite, selon toute vraisemblance, l’aide de ses «nouveaux alliés» d’Ennahda tunisien et du gouvernement libyen. «Le Maroc agit de cette manière en désespoir de cause», estime notre source. En butte à des difficultés économiques graves, le gouvernement marocain cherche une réouverture rapide des frontières avec l’Algérie dans le but de relancer le commerce de tous bords. Les discussions bilatérales engagées entre les deux Etats sur le sujet risquent de prendre du temps, ce qui n’arrangerait pas le Maroc. Mais selon notre source, cette démarche a très peu de chance d’aboutir. Car «l’Algérie refuse qu’une question bilatérale soit traitée dans un cadre multilatéral». C’est aussi une question de souveraineté. Dans une déclaration récente, le Premier ministre marocain, Abdelillah Benkirane, mettait comme préalable à la construction de l’UMA la réouverture de la frontière avec l’Algérie. Il estimait ainsi que le sommet de l'UMA, prévu avant la fin de l’année en cours en Tunisie, «sera de pure forme» sans le règlement de cette question frontalière avec l’Algérie. Le roi Mohammed VI n’avait nullement évoqué cette question des frontières lors de son discours du trône, lui qui en fait son cheval de bataille depuis 2005. Du côté algérien, une source diplomatique, dans une déclaration à une agence étrangère, sous le sceau de l’anonymat, a remis les pendules à l’heure en réaffirmant le caractère «exclusivement bilatéral» de cette question des frontières.
Sonia B.

Comment (6)

    Anonyme
    12 août 2012 - 22 h 49 min

    99% d’Algeriens(souche)sont
    99% d’Algeriens(souche)sont contre l’ouverture de nos frontieres avec « criquets »marocain..on est bien comme ça’,l’Algerie n’a pas besoin de cette uma de profiteurs,nos voisoins tous..marocains,tunisiens,lybiens,maliens,sont ds la « m.. » en plein dedans et la meilleur..ils sont jaloux..haineux..hypocrites avec nos(l’Algerie),qu’ils créves la bouche ouverte.ils doivent comprendre que l’Algerie c’est pour les Algeriens et rien d’autres.




    0



    0
    slimane likeur
    11 août 2012 - 23 h 30 min

    quand les Marocains
    quand les Marocains accepteront d’indemniser les Algériens qui ont été dépossédés de leurs biens par la folie d’un roi en fin de règne (Hassan II, le père de Mohamed VI), je pense qu’il n’y a aucune raison pour maintenir la frontière terrestre fermée; mais les Algériens n’accepteront jamais une réouverture de ces frontières sans une véritable contrepartie de la part de ce royaume qui n’a cessé de dénigrer l’Algérie. Les deux peuples méritent nettement mieux. Et les dirigeants marocains doivent assumer leurs erreurs et réparer les injustices commises s’il faut ouvrir une nouvelle page dans leurs relations avec l’Algérie




    0



    0
    imane
    11 août 2012 - 23 h 20 min

    Les dirigeants marocains sont
    Les dirigeants marocains sont hypocrites, quand l’Algérie était en difficulté, ils n’ont pas hésité à nous imposer unilatéralement le visa et à chasser comme des malfrats et des terroristes nos ressortissants tout en les spoliant de leurs biens et de leurs investissements puisqu’il y avaient parmi eux des entrepreneurs




    0



    0
    chark
    11 août 2012 - 22 h 05 min

    Cela ne fait aucun doute ,
    Cela ne fait aucun doute , n’oublions pas aussi que L’UPM fait pression indirectement sur le maroc , donc paris également tire les ficelles en coulisses , ceci dit il y à un préalable avant toute negociation à ce sujet , à savoir que tous les dossiers doivent être mis sur la table , le sahara occidental , le canabis , et les politiques étrangéres de tous les pays de maghreb diametralement opposés , beaucoup de divergences en perspectives ! bon courage à nos ministres et restons trés ferme sur chaque dossier sus cités !!




    0



    0
    Ezzine
    11 août 2012 - 18 h 35 min

    Si le gouvernement marocain
    Si le gouvernement marocain est en difficulté économique d’abord c’est par sa faute. En tant que royaume il doit penser un peu plus à ses citoyens au lieu de continuer de vivre comme un roi en ces temps difficiles.
    Ou bien encore sa majesté le roi peut se rapprocher en tant que « commandeur des croyants » auprès des ses homologues rois et émirs du golfe qui le manipulent grossièrement dans la crise syrienne pour leur quémander un tout petit peu de leurs trésors. Ne lui ont-ils pas aussi récemment proposé à dessein un siège au sein du conseil des états du golfe.
    La manne de pétrodollars est actuellement utilisée pour renflouer les caisses des Usa et de l’Europe en achetant à tort et à travers des armes et payer des mercenaires, des terroristes, et des djihadistes wahhabites fraichement sortis des laboratoires de la CIA pour aller semer la mort en Syrie pour le compte d’Israël et contre un régime arabe qui résiste et lutte toujours pour la libération de la mosquée Al Aqsa.
    Les rois et émirs du golfe ne vont pas certainement le décevoir sous condition qu’’il accepte de continuer à taire en tant que « commandeur des croyants » le vrai djihad qui consiste à libérer la Mosquée Al Aqsa des mains des sionistes.
    S’il veut aussi gagner leur bénédiction il doit poursuivre les recherches « de petites bêtes » à son voisin l’Algérie avant qu’ils s’en occupent sérieusement avec leurs alliés. Et s’Ils achèveront bien sûr avec succès leur sale besogne en Syrie ils viendront alors l’entourer de toute leur affection et il n’aura plus de problème avec son peuple.




    0



    0
    Anonyme
    11 août 2012 - 17 h 11 min

    Le jour ou les États Unis
    Le jour ou les États Unis ouvriront leur frontière avec le Meique, supprimeront le visa et les contrôles pour laisser entrer les prostituées de Tijuana et la drogue de Juarez, alors ils pourront faire pression pour en discuter




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.