Scandale au FLN : des journalistes cernés par des voyous à Hydra

Une rencontre médiatique pour le moins inédite a eu lieu hier soir au siège de l’ancien parti unique dans le quartier cossu de Hydra. En vue des préparatifs des élections locales, le leader de ce parti, Abdelaziz Belkhadem, a voulu initier une opération de séduction envers les jeunes des quartiers de la capitale. Ces derniers ont répondu nombreux à son appel, si bien que le siège était noir de monde. Jusque-là, rien d’anormal. Sauf que la grande majorité des jeunes qui étaient présents ce vendredi soir n’avaient rien d’étudiants, comme cela avait été indiqué dans le communiqué du parti artificiellement majoritaire au Parlement. Beaucoup de ces énergumènes ne dépassaient pas la vingtaine ; un tout-venant de jeunes de quartiers divers, au niveau d’instruction très limité – une nouvelle doctrine au FLN ? –, lesquels ignoraient complètement pourquoi ils se trouvaient là. Leur a-t-on promis une récompense ? Les organisateurs de cette sortie ratée du parti de l’inamovible Belkhadem ont eu tout le mal du monde à maîtriser ces invités très spéciaux dont le comportement discourtois voire agressif faisait qu’ils ressemblaient, par moments, à des gangs en furie. Le «très sage» chef du FLN est-il derrière cette mascarade ou s’est-il encore une fois fait piéger par une aile du parti qui veut à tout prix le discréditer ? Le FLN qui se targue de compter dans ses rangs des gens de qualité serait-il en situation de pénurie de cadres et de militants honorables qui pourraient remplir – dans les limites permises par le niveau général de la classe politique algérienne – la délicate mission des préparatifs pour les prochaines échéances locales ? Voulait-il faire peur à ses adversaires en rameutant une cohorte de galapiats sortis tout droit d’un film d’épouvante ? Mission réussie en partie, en tout cas, puisque les journalistes – femmes surtout – en sont sorties traumatisées.
Mohamed El-Ghazi
 

Comment (6)

    dax
    2 septembre 2013 - 20 h 42 min

    slt ki hamou , ki tamou . Ki
    slt ki hamou , ki tamou . Ki algérien , ki français . Mazala la france gouverne ce pays




    0



    0
    paco
    11 août 2012 - 14 h 49 min

    Pourriture de FLN , de toute
    Pourriture de FLN , de toute façon cela a toujours été ainsi des pourris aux cartes de moudjahidines




    0



    0
    Maysar
    11 août 2012 - 13 h 17 min

    Les algériens toutes
    Les algériens toutes tendances et toutes générations confondues doivent unir leurs éfforts dégager ses usurpateurs des espaces publics qu’ils polluent et restituer le sigle FLN patrimoine historique de tous les Algeriens à la mémoire collective !C’est un impératif de salut public et la condition siné quanon pour que l’Algérie retrouve la serénité !




    0



    0
    espoirdz
    11 août 2012 - 12 h 36 min

    Déception, désolation je
    Déception, désolation je dirais plutôt manipulation…Manipuler une jeunesse déjà désorientée sans avenir à savoir désespérer relève du machiavélisme tout court…




    0



    0
    Lemajd
    11 août 2012 - 10 h 28 min

    Un Parti est censé
    Un Parti est censé rassembler,éduquer par un militantisme maitrisé des genérations ,où chacun a un rôle à jouer et je vois selon l’article que certains se joue de toute une generation qui se trouve hors jeu par la faute d’une école hors champ (ministre et strategie saturés) par des promesses non tenues,par une distribution de la rente (ansej) sans contrepartie,et j’en passe.C’est désolant de lire des articles pareils.




    0



    0
    KELAM
    11 août 2012 - 8 h 10 min

    le militantisme est une école
    le militantisme est une école et n’importe qui ne peut faire ce qui veut; dommage de gouverné a l’aveuglette.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.