Situation économique algérienne : la croissance devrait s’accélérer et l’inflation rester modérée, selon la BAD

«La croissance algérienne, estimée à 2,8 % (4,8 % hors hydrocarbures) en 2011, devrait s’accélérer en 2012 et 2013 alors que l’inflation devrait rester modérée. La production du secteur hydrocarbures diminue progressivement, de 43,2 millions de tonnes métriques en 2007 à environ 32 millions de tonnes en 2011, mais génère néanmoins 98% du volume des exportations et 70% des recettes budgétaires», indique le dernier rapport de la Banque africaine de développement. «En 2011, les secteurs agricole et des services ont enregistré une croissance respective de 10% et de 5,3%. L’année 2012 sera certainement marquée par l’approfondissement des réformes politiques et économiques en réponse aux pressions sociales. L’état d’urgence en vigueur depuis 1992 a été levé ; de nouvelles lois ont été adoptées, notamment relatives à la vie politique et à l’information», ajoute le rapport. «De nouvelles mesures ont été prises pour améliorer le climat des affaires des petites et moyennes entreprises (nouveaux modes de paiement des importations ; bonification des crédits d’investissements et le traitement des dettes bancaires). La révision du code des marchés publics a permis un accroissement du taux de préférence nationale dans la commande publique à 25%. La politique budgétaire restera expansionniste, maintenant un rythme soutenu d’investissements publics en conformité avec le plan quinquennal 2010-2014 d’un montant de 286 milliards de dollars. Le déficit budgétaire est ainsi en rapide augmentation, mais reste modéré», souligne encore le rapport de l’institution financière africaine, qui précise que «les principaux défis de l’Algérie à court et à moyen termes sont la diversification de l’économie, le renforcement des réformes politiques et économiques, l’amélioration du climat des affaires, la réduction des inégalités régionales et la création d’emplois. Le chômage des jeunes reste une préoccupation, estimé à 21,5 % pour les 15-24 ans contre 10% au niveau total. Les programmes d’emploi existants ont été renforcés, notamment le dispositif d’aide à l’insertion professionnelle (DIAP) et les conditions d’accès au crédit des jeunes promoteurs ont été simplifiées».
Lina S.
 

Commentaires

    Lemajd
    16 août 2012 - 19 h 43 min

    Tiens un rapport de la BAD
    Tiens un rapport de la BAD qui nous apprend ce qu’on sait deja diversification de l’economie,reduction des inegalites ,creation des emplois,acceleration des reformes etc,etc….Mais c’est quoi ce copier coller et pour faire plaisir à nos decideurs acceleration de la croissance et inflation moderee,il n y a pas des elections prochaines dans l’air à la BAD ,ou bien une augmentation de notre contribution.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.