Les redresseurs du RND préparent l’estocade contre Ahmed Ouyahia

Le départ d’Ahmed Ouyahia de la tête du gouvernement a fait des heureux au sein de sa famille politique, le RND. Le mouvement de redressement, dirigé par le P/APC d’Alger-Centre, Tayeb Zitouni, se frotte déjà les mains, espérant en tirer profit rapidement. «C’est une bonne nouvelle qui donnera certainement un nouveau souffle à notre action entamée depuis mai dernier», déclare à Algeriepatriotique un membre actif de ce mouvement qui s’est félicité du départ d’Ahmed Ouyahia du gouvernement, même si son parti est quelque part perdant dans l’affaire. Pour les redresseurs du RND, Ouyahia est désormais au crépuscule de sa carrière politique. «Son éjection de la tête du RND ne saurait tarder», indique la même source qui dit avoir pris attache avec d’autres ténors du parti pour tenir prochainement une réunion et décider rapidement de la marche à suivre. Les redresseurs considèrent le limogeage d’Ouyahia comme une «première victoire» qui en appellera d’autres. «Les nombreux cadres du parti mécontents de sa gestion au sein de celui-ci ne vont pas tarder à rejoindre notre mouvement. Ils n’auront désormais rien à craindre de lui, maintenant qu’il n’est plus Premier ministre», poursuit notre source. Du côté de l’entourage d’Ahmed Ouyahia, on n’affiche pas une mine défaitiste. Au contraire. On considère le départ d’Ouyahia du gouvernement comme un «retrait stratégique qui lui permettra de bien se préparer pour les futures grandes échéances qui attendent le pays». Comprendre la présidentielle de 2014. Ahmed Ouyahia n’a jamais caché son ambition de briguer un mandat présidentiel. Et, aujourd'hui, tout porte à croire qu'il est en pleine phase préparatoire. «Maintenant qu’il n’est plus dans l’exécutif, il se consacrera pleinement à la politique. Il ne tardera pas à organiser des meetings de campagne pour les prochaines élections locales», affirme-t-on dans son entourage. Ahmed Ouyahia ne semble donc pas prêt à se retirer de la vie politique. Les redresseurs sont-ils suffisamment soutenus et outillés pour en découdre avec lui ? Vont-ils aboutir à leur objectif de le démettre de la présidence du parti d’ici le prochain congrès qui devra se tenir en juin 2013 ? Le pari s’annonce difficile.
Sonia B.
 

Comment (2)

    samir
    12 janvier 2013 - 21 h 51 min

    bac +3 vaut mieux qu’un bac
    bac +3 vaut mieux qu’un bac -10 comme celui le cas de ces adversaires




    0



    0
    RND Bis
    7 septembre 2012 - 13 h 41 min

    enfin il est partis, pour
    enfin il est partis, pour 2014 on s’en passera de lui, monsieur bac+3 n’est la seul a avoir fait l’ENA Alger




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.