«Ce que le jour doit à la nuit» projeté à la presse algéroise

Le film Ce que le jour doit à la nuit, une adaptation éponyme du roman de l'écrivain Yasmina Khadra, réalisée par le cinéaste français Alexandre Arcady, a été projeté, vendredi à Alger, à la presse avant l'avant-première mondiale, prévue ce soir à la salle El-Mouggar (Alger). D'une durée de 2h39mn, ce film, dont le scénario et les dialogues ont été adaptés par les Français Daniel Saint-Amont et Blandine Stintzy, relate la vie de Younes Mahieddine, incarné par le mannequin et acteur français Fouad Aït Aattou, à partir son enfance dans l'Algérie des années 1930. Confié à son oncle, pharmacien à Oran, après que sa famille a perdu ses terres, Younes grandit parmi les jeunes du village colonial de Rio Salado (El-Mallah dans l'Oranie), où son oncle trouve refuge après son incarcération. Timide et introverti, le petit garçon, «enlevé» à son milieu rural pour être installé en ville où il intègre l'école française, ne pouvait trouver ses repères entre le peuple colonisé dont il est issu et l'environnement colonial dans lequel il évolue. En prenant de l'âge, Younes, rebaptisé Jonas, assiste impuissant à l'oppression d'Algériens, venus de villages voisins pour se retrouver domestiques chez ses amis d'enfance à Rio Saldo, en même temps qu'il retrouve son amour d'enfance, Emilie, joué par Nora Arnezeder. Le déclenchement de la guerre de Libération ravive le conflit intérieur que vit Younès (Jonas) depuis toujours et contribue davantage à rendre impossible l'amour d'Emilie et de ce dernier. La bande de jeunes inséparables (à laquelle appartient Jonas-Younès) de Rio Salado, prise dans le tourbillon de la guerre et des déchirements amoureux, finit par se disloquer dans le sang et la douleur. Au lendemain de l'indépendance, Younes se retrouve seul dans son village qu'il n'a pas quitté, sans pouvoir oublier son amour de jeunesse, Emilie qui a quitté le pays et qu'il continue à chercher… Parmi le casting, quelques figures connues du cinéma algérien ont été distribués, à l'exemple de Mohamed Fellag dans le rôle de l'oncle ou Hassan Benzerari dans celui du caïd. Tourné en Tunisie, Ce que le jour doit à la nuit est resté fidèle au décor ainsi qu'à certaines scènes, décrites avec minutie dans le roman, une œuvre qui semble avoir été conçue pour le cinéma. Après quelques projections, en France, à l'attention de la presse, le film d'Alexandre Arcady, lui même natif d'Algérie qu'il avait quittée à l'adolescence après 1962, a été projeté à la presse algéroise en l'absence du co-producteur algérien, Bachir Derraiss, qui devait représenter l'équipe du film à cette projection.
R. C.
 

Comment (2)

    thalith
    12 novembre 2013 - 19 h 27 min

    je remercie énormément
    je remercie énormément yasmina khadra pour ce roman vraiment c’est un chef-d’œuvre, c’est un nouveau style de roman algérien, toute une histoire d’amour de culture de vie sociale de révolution algérienne sans oublié après la révolution jusqu’à nos jours. BONNE CONTINUATION THANAMIRTH.




    0



    0
    Anonyme
    20 octobre 2013 - 15 h 26 min

    Je sens que Arcady
    Je sens que Arcady nostalgique jusqu’à l’os un détail significatif me permet de l’affirmer :numéro 0232 29/08/1953 de Paris march




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.