Une professeure d’anglais à la tête d’un lycée de… maths

Annoncée par l’ancien ministre de l’Education, Boubekeur Benbouzid, pour la rentrée scolaire 2012/2013, l’ouverture du nouveau lycée d’enseignement des mathématiques à Kouba a été retardée jusqu’à la semaine prochaine, a-t-on appris d’une source sûre. La direction de l’établissement aurait justifié ce report par l’absence de la quasi-totalité des élèves. «Il y avait une poignée d'élèves élèves présents sur les 150 inscrits, tous de l’intérieur du pays», a précisé notre source, ajoutant que même les professeurs n’étaient pas tous au rendez-vous. Cela commence mal pour ce lycée d’excellence qui veut devenir une référence en Afrique et dans le monde arabe. Premier du genre dans le continent, cet établissement dédié aux génies des maths – l’accès étant conditionné par une très bonne moyenne, plus de 16 sur 20 dans cette matière – peine ainsi à démarrer. Les observateurs avisés craignent ainsi que tous les efforts et l’argent mis dans ce projet soient «perdus», ou que le lycée soit détourné de sa vocation initiale. Ces craintes, ils les justifient d’abord par le choix des gestionnaires qui suscite des interrogations. La proviseure de ce lycée est une professeure d’anglais, ancienne proviseure du lycée Cheikh-Bouamama, ex-Descartes, dont la gestion n’était pas reluisante, nous confie notre source. De plus, confier un lycée spécialisé dans les mathématiques à une professeure d’anglais semble tout de même décalé, d’autant plus que l’Algérie ne manque pas de génies en la matière. La censeure, numéro deux dans la hiérarchie du lycée, est également issu des sciences humaines, puisqu’elle enseignait la langue arabe. Ce choix de responsables qui n’ont rien à voir avec la science enseignée soulève des interrogations dans le milieu scolaire et au sein des syndicats des enseignants de l’éducation nationale. Comme, d’ailleurs, la non-utilisation de toutes ses capacités. Comptant 1 000 places pédagogiques avec, bien sûr, un internat, ce lycée n’accueillera que 150 élèves au moment où les autres lycées à travers presque l’ensemble du territoire national sont pleins à craquer.
Sonia B.

Comment (9)

    ikram
    9 mai 2013 - 18 h 57 min

    HHH BELLE PARAGHRAPHE MERCI
    HHH BELLE PARAGHRAPHE MERCI




    0



    0
    madjid
    20 septembre 2012 - 17 h 09 min

    ma fille ayant obtenu le BEM
    ma fille ayant obtenu le BEM avec 18.42 et 20/20 en maths et Physique à Tizi ouzou n’a pas été retenue mais d’autres élèves d’autres wilayas ont été retenus avec 16/20 comment voulez vous avoir des résultats si on travaille avec des quotas 3 par wilaya ?




    0



    0
    Anonyme
    13 septembre 2012 - 3 h 20 min

    Et pour quelle raison ce
    Et pour quelle raison ce sujet merite un article patriotique? Depuis quand on s interesse qui dirigent quoi en Algerie? Quand on aura un gouvernement qui gouverne le pays et pas des (…) apres on va voir les problemes de lycée de… maths ? (…)




    0



    0
    micipsa
    12 septembre 2012 - 20 h 45 min

    C’est comme si on confiait la
    C’est comme si on confiait la NASA à un ancien directeur de l’ETUSA ou à Takhout.




    0



    0
    raselkhit
    12 septembre 2012 - 13 h 55 min

    Toujours à chercher des poux
    Toujours à chercher des poux dans la tête des gens qui essaient de faire avancer l’Algérie .
    Qui dit gestion ne veut pas dire obligatoirement mathématique.
    Quand aux élèves je suppose que comme d’habitude il n’y a pas eu suffisament de communication envers tous ces élèves à travers toutes les Wilaya du pays et trouver les méritants.Est-ce que la presse a diffusé cette information?
    Alors comment les parents auraient pu avoir l’information .
    Si le ministère a sa part de responsabilité la presse aussi Alors faison, la part des choses et chacun doit assumer ses responsabilités.




    0



    0
    feriel
    12 septembre 2012 - 10 h 06 min

    le problème est dans le
    le problème est dans le profil. Gérer un lycée spécialisé c’est aussi répondre aux besoins techniques des enseignants et des élèves. Nous avons vu le résultat de la gestion des hôpitaux confiés aux énarques qui se trouvent souvent en conflit avec les professeurs chefs de services qui doivent expliquer longuement dans des rapports infinis leurs commandes en équipement médical




    0



    0
    Bjaoui
    12 septembre 2012 - 8 h 28 min

    Il est incompréhensible que
    Il est incompréhensible que ce lycée n’aie pas de site internet…




    0



    0
    Mansour
    11 septembre 2012 - 20 h 06 min

    Où est le problème Mme Sonia
    Où est le problème Mme Sonia B.Une directrice de lycée n’a pas pour vocation d’enseigner mais de diriger un lycée.Certes elle a un rôle pédagogique et un rôle administratif qui sont complémentaires mais ce n’est pas un drame si son corps d’origine est Prof d’anglais ou de toute autre matière enseignée.Et puis dans ce lycée on n’enseigne pas que les maths mais toutes les matières y compris la musique,l’éducation physique et les langues sinon on formera des robots sans culture générale ce qui serait dommage pour de futurs génies.D’autre part on ne peut pas remplir ce lycée dés la première année car le cursus scolaire comprend certainement plusieurs années d’études.Où allez-vous mettre les élèves qui viendront les années suivantes?




    0



    0
    Ilyes
    11 septembre 2012 - 18 h 57 min

    confier nos enfants à des
    confier nos enfants à des gens pareils! faites une pétition, collectez des signatures, passez à l’action, ne dormez pas sur vos *********, et vous voyez le résultat par la suite!
    Il faut réclamer le changement de la madame X par un type du domaine si vous voulez former une génération élite.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.