Pourquoi le RCD participe aux élections locales

Le Rassemblement pour la culture et de démocratie explique, dans une lettre adressée aujourd’hui aux citoyens, les raisons qui l’ont poussé à participer aux prochaines élections locales du 29 novembre. Le RCD estime que l’enjeu des élections locales est totalement différent. «Envoyer un voleur à la tête d’une Assemblée populaire communale ou d’une APW peut être source de drames quotidiens pour les citoyens», explique cette formation dans sa lettre. Ce parti veut ainsi «barrer» la route aux prédateurs. «Le RCD a apporté la preuve, dans le passé, que malgré les limites imposées aux élus locaux, ils ont pu protéger des abus du pouvoir leurs administrés, dès lors qu’ils ont assumé et honoré le programme de leur parti», souligne-t-il. Prendre le contrôle d’une APC, c’est «rendre des comptes annuellement aux comités de villages ou de quartiers, se tenir à la disposition de la population dans les moments de détresse comme ce fut le cas pendant les tempêtes de neige de 2012 où à l’occasion des incendies récurrents de la période estivale, ce qui a concrètement soulagé les souffrances des citoyens dans les communes à majorité RCD». Le RCD considère qu’une municipalité assistée, suivie et contrôlée par un parti politique soucieux de transparence et de justice, donne des résultats attestant que la corruption généralisée, organisée et encouragée par le pouvoir, n’est pas une fatalité. Il en veut pour exemple quelques APC qu’il a eu à gérer par le passé dont celle de Mekla (Tizi-Ouzou), d’El-Kseur (Béjaïa) ou d’Imcheddalen (Bouira), soutenus par le parti, «qui ont résisté aux pressions des parrains du régime, en procédant à la distribution des logements sociaux en concertation avec les comités de villages "sans la moindre contestation"». Il évoque également le bilan de l’APW de Tizi Ouzou qu’il juge «très satisfaisant». Pour ce parti, malgré les contraintes et le peu de prérogatives dont disposent les élus locaux, des choses se font grâce à la volonté et le dévouement de ceux-ci aux citoyens. «Des militants délaissant leur famille et leur travail se battent chaque jour contre l’arbitraire pour concrétiser dans leur localité leurs convictions démocratiques. C’est faire honneur aux sacrifices du peuple algérien que de les porter aux responsabilités où ils peuvent aider à protéger les plus vulnérables», relève-t-il encore. Pour le RCD, les élus locaux peuvent, même avec un nouveau code communal qui les prive encore plus de leurs prérogatives, accomplir de belles choses.
Sonia B.

Comment (3)

    Ezzine
    4 octobre 2012 - 16 h 59 min

    c’est une question de blé!
    c’est une question de blé!




    0



    0
    feriel
    4 octobre 2012 - 11 h 03 min

    Oui, c’est censé ce que vous
    Oui, c’est censé ce que vous dites Maysar. L’aspiration principale des Algériens est bien de vouloir leurs élus incorruptibles et préoccupés par les soucis de leurs électeurs. C’est le principe même de la démocratie. Quand vous avez des élus responsables combatifs et surtout convaincus de leurs actions auprès des citoyens, vous pouvez accomplir des merveilles. Chez nous, l’Algérien ne cesse d’être déçu par la qualité de ses élus. Pas tous bien entendu. Il y a quelques têtes qui sortent du lot mais la grande majorité ne pense qu’à leurs intérêts étroits. C’est dommage. Cela constitue la principale source de la méfiance et défiance citoyenne.




    0



    0
    Maysar
    3 octobre 2012 - 22 h 37 min

    L’immense majorité des
    L’immense majorité des Algériens n’aspirent qu’à des institutions dont les élus ont comme unique souci le service des citoyens qui les élisent et le respect de l’intérêt général .Ce n’est que comme cela que l’état de droit se concrétise progréssivement,et les citoyens retrouvent la motivation à s’intéresser aux affaires de leurs cités !




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.