Manuel Valls à Alger demain pour préparer la visite de Hollande

Le ministre de l’Intérieur français, Manuel Valls, sera à Alger demain, dans le cadre d’une visite qui durera deux jours, à l’invitation des autorités algériennes. Cette visite s’inscrit dans le cadre de la préparation de la visite du président français François Hollande, nous apprend un communiqué de l’ambassade de France à Alger. Durant son déplacement en Algérie, Manuel Valls rencontrera le Premier ministre Abdelmalek Sellal, le ministre de l’Intérieur Dahou Ould Kablia, le ministre des Affaires étrangères Mourad Medelci et le ministre des Affaires religieuses et des Waqfs Bouabdallah Ghlamallah. Manuel Valls animera une conférence de presse dimanche. Depuis son arrivée à la place Beauvau, Manuel Valls, qui a remplacé Claude Guéant à la tête du ministère de l’Intérieur, s’est toujours dit favorable à des quotas migratoires établis selon les capacités d'accueil de la France et organisés «prioritairement» avec les pays qui sont des partenaires historiques et économiques comme ceux du Maghreb. Il propose un titre de séjour de dix ans à ceux qui souhaitent devenir français, un autre de cinq ans à ceux qui viennent travailler sans l'intention de s'installer et un titre spécial aux étudiants venus dans le cadre universitaire. Valls, qui a appelé les musulmans de France à «construire un islam indépendant de toute tutelle étrangère ou chapelle politique» et à cesser les divisions qui les minent, aura des discussions avec le ministre des Affaires religieuses dans un contexte marqué par des tensions au sein de la communauté musulmane de France fortement représentée par les ressortissants algériens considérés comme la première composante émigrée dans l’Hexagone. L’affaire Mohamed Merah, les querelles intestines entre les différentes organisations musulmanes et l’exacerbation du péril extrémiste seront au centre des discussions entre les deux ministres. Outre les aspects protocolaires liés à la visite de François Hollande, Valls et ses hôtes algériens devront mettre sur la table un certain nombre de questions relatives à la relance des investissements en Algérie, notamment la construction de l’usine Renault à Oued Tlelat, aux contentieux historiques entre les deux pays, à l’intégration méditerranéenne et, surtout, à la crise malienne sur laquelle les deux pays divergent diamétralement.
Sarah L.
 

Comment (4)

    Mansour
    12 octobre 2012 - 15 h 06 min

    Quoi qu’on dise quoi qu’on
    Quoi qu’on dise quoi qu’on pense les Etats aujourd’hui cherchent leurs intérêts réciproques car pour sortir du sous développement multiformes le petit a besoin du grand et réciproquement.La guerre d’Algérie a pris fin le 19 Mars 1962 et l’Algérie est indépendante depuis le 3 Juillet 1962.Certains pour des intérêts égoïstes qui n’ont rien de commun avec ceux de l’Algérie veulent que cette guerre ne se termine jamais pour perpétuer la rente.A l’abri des conflits et du besoin ils nous créent des ennemis pour nous éloigner des véritables préoccupations que sont la misère et le sous développement mais eux sont à l’abri de tout ça.Quand je vois l’état désastreux dans lequel se trouve l’Algérie il y’a de quoi pleurer du sang.Voyez le bâti dans les villes,l’état des voies ferrées,les constructions anarchiques etc…Pays riche ce pays est sinistré avec une population majoritairement dans la précarité.Je ne parle pas de la corruption,de la drogue,des bidonvilles qui poussent comme des champignons et dont les baraques sont vendues à 40 millions de centimes par des mafieux sans foi ni loi.Parallèlement il y’a des milliardaires vereux qui poussent comme des champignons et vogue la galère Algérie.




    0



    0
    Indigène
    12 octobre 2012 - 12 h 17 min

    On n a quoi faire de cette
    On n a quoi faire de cette visite. Les algériens patriotes attendent d’abord le pardon sur les 132 années de de barbarie colonialiste et aussi le crime contre l’humanité. La France doit s’excuser d’abord sinon NIET et elle n’est pas la bienvenue en Algérie.




    0



    0
    TARIK bab el oued
    12 octobre 2012 - 11 h 28 min

    SALAM !
    LA FRANCE VEUT

    SALAM !
    LA FRANCE VEUT INVESTIR OK ! NO PROBLÈMES .SAUF QUE L’ALGÉRIE EST UN PAYS TRÈS VASTE ,ALORS POUR QUOI PAS CONSTRUIRE DES USINES DANS L’EXTRÊME SUD ALGÉRIEN ,PAR EXEMPLE :LAIT,MÉDICAMENT,TRANSFORMATION DE TOMATES,PANNEAUX PHOTOVOLTAÏQUE,VIGNOBLE,PATTES,AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE ……………………ETC.
    MONTREZ NOUS VOTRE BONNE FOI.
    TARIK,




    0



    0
    slimane abid
    12 octobre 2012 - 10 h 09 min

    La France cherche à utiliser
    La France cherche à utiliser l’Algérie comme plateforme de relance de son industrie en difficulté, elle est en quête de nouveaux marchés pour engranger plus d’argent et réduire son déficit budgétaire abyssal. Ce bal diplomatique à Alger de ministres français nous rappelle l’époque de Jacques Chirac qui a su profiter de l’Algérie au max en relançant plusieurs entreprises françaises en faillite grâce à des marchés obtenus en Algérie, c’est le cas de l’Alstom, de SUEZ OU ENCORE DE LA mARSEILLAISE DES EAUX




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.