Plusieurs listes aux élections locales risquent d’être invalidées

La clôture du dépôt des candidatures le 10 octobre aux élections communales et de wilaya du 29 novembre prochain a été particulièrement houleuse dans plusieurs wilayas. Plusieurs formations politiques ont eu des difficultés à constituer leurs listes et à fournir à la DRAG des dossiers complets.

La clôture du dépôt des candidatures le 10 octobre aux élections communales et de wilaya du 29 novembre prochain a été particulièrement houleuse dans plusieurs wilayas. Plusieurs formations politiques ont eu des difficultés à constituer leurs listes et à fournir à la DRAG des dossiers complets.
Le «bricolage», qui a été le maître mot durant toute cette période de confection des listes s’est soldé par des dépôts de candidatures des plus catastrophiques. Des dossiers incomplets et d’autres égarés à quelques heures de la fin du délai de dépôt ont provoqué de fortes tensions au niveau de certains wilayas, comme Alger et Boumerdès. «L’administration, qui a réceptionné sous la pression des dossiers incomplets et déposés à des heures tardives, a émis d’énormes réserves qui risquent de conduire à l’invalidation des listes de candidatures de certaines formations politiques», nous a confié une source proche de la wilaya d’Alger, qui affirme que même les listes des «grands» partis, comme le FLN et le RND ont fait l’objet de réserves. Pas loin d’Alger, dans la wilaya de Boumerdès, c’était une véritable foire d’empoigne. La liste AWP de l’ex-parti unique a failli ne pas être retenue en raison de la perte de dossiers de certains candidats. Conduite par l’ancien sénateur Ziane Khoudja, la liste FLN a été vivement contestée par les militants de cette wilaya. Parmi les difficultés rencontrées par les formations politiques, l’impossibilité de trouver des femmes qui voudraient se porter candidates pour répondre à l’exigence constitutionnelle de réserver 30% des sièges au sein des assemblées élues à la gent féminine. Présent dans toutes les communes que compte la wilaya, le FLN a, lui aussi, peiné à trouver des candidates. La masse de documents exigés par l’administration a compliqué davantage les opérations de confection des listes. A cause de toutes ces contraintes, certaines formations n’ont déposé leurs candidatures que dans le tiers des communes de cette wilaya qui sont au nombre de 32. Si le FLN, le FFS et le RND réussissent à se présenter dans toutes les communes, d’autres formations aussi connues n’ont eu des listes de candidatures que dans quelques communes. C’est le cas du RCD qui est présent uniquement dans 7 communes. En 2007, il avait présenté 12 listes aux communales. Le Parti des travailleurs de Louisa Hanoune n’a pas fait mieux. Il est présent dans 8 communes seulement. A l’est du pays, la situation n’est pas meilleure. Des listes de candidatures «bâclées», des noms inconnus et des candidats sans grand niveau d’instruction. La multiplication de partis politiques semble avoir eu un impact négatif sur la capacité des anciennes formations à présenter des listes de candidatures de haute facture. Face à cette situation de «pénurie» de candidats valables, les partis se sont contentés de présenter des listes sans être vraiment regardants sur la qualité des candidats. Cet état de fait donne un avant-goût de ce que seraient les futures Assemblées communales et de wilaya.
Sonia B.

Comment (2)

    a.kasdi
    12 octobre 2012 - 23 h 59 min

    -article 36 du code cevil
    -article 36 du code cevil oblige !! la double residence dans le dossier de candidature aux assemblees communales est justement une irregularite




    0



    0
    Anonyme
    12 octobre 2012 - 23 h 46 min

    Malheureusement je vote pas
    Malheureusement je vote pas en algerie…mais le 14/10/2012.y’a le vote communale en belgique..je vais votez ptb (partis des travailleurs de belgique)




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.