17 Octobre 1961 : Dalil Boubakeur salue le «courage» de Hollande

Le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, a salué aujourd’hui vendredi la position «courageuse» du président français François Hollande qui a reconnu la veille la «répression sanglante» dont ont été victimes des Algériens sortis manifester pacifiquement le 17 octobre 1961 pour l’indépendance de l’Algérie. «Il s’agit là d’une prise de position courageuse et historiquement importante car elle va dans le sens de la vocation humaniste, pacifique et respectueuse des droits humains», a affirmé Boubakeur. Cette déclaration de reconnaissance concernant les atrocités qui ont frappé la communauté algérienne le 17 octobre 1961 durant son défilé pacifique à Paris, a «profondément marqué tous les témoins, musulmans ou non, de cette répression sanglante dont une exacte évaluation reste inconnue à ce jour», a-t-il souligné. Le président français François Hollande avait affirmé mercredi que la «République reconnaît avec lucidité» les massacres d’Algériens le 17 octobre 1961, rendant hommage à la mémoire des victimes de la sanglante répression policière. «Le 17 octobre 1961, des Algériens qui manifestaient pour le droit à l’indépendance ont été tués lors d’une sanglante répression. La République reconnaît avec lucidité ces faits», a-t-il déclaré. Pour le recteur de la Grande Mosquée de Paris, cette déclaration qui intervient au 50e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, est «particulièrement bienvenue et apte à apaiser quelque peu la douleur de toutes les familles qui ont profondément souffert de cette répression». «Nous rendons un vibrant hommage au président Hollande d’avoir surmonté toutes les difficultés résiduelles pour que, au nom de la paix et de l’humanité, il jette aujourd’hui un regard responsable d’une très grande hauteur de vue sur ces événements», a-t-il encore affirmé.
Lina S./Agence
 

Comment (2)

    Indigène d'hier
    19 octobre 2012 - 16 h 45 min

    Monsieur Dalil, comme tous
    Monsieur Dalil, comme tous les autres , M. Hollande vous a bien piégé. le 17 octobre n’était qu’une bavure policière de Papon, comme avant elle il avait bien soigné les juifs, Papon condamné pas la France. Nous ce que nous exigeons c’est la reconnaissance des crimes contre l’humanité et crimes de guerre perpétrés par la France en Algérie durant 132 ans.

    LA REPENTANCE DE LA FRANCE C’EST POUR QUAND ?




    0



    0
    Lemajd
    19 octobre 2012 - 13 h 38 min

    Les 2 pouvoirs sont complices
    Les 2 pouvoirs sont complices :
    -le premier a besoin entre 30 et 50 milliards de $ pour combler le deficit et sortir du tunnel en attendant la reprise économique.Il va venir à Alger et avant il va donner du leste.
    -le second va donner l’argent et obtenir du premier une reconnaissance du role nefaste de la colonisation.
    En conclusion,le premier va dire aà sa classe politique ,qu’il a fait mieux que Sarko…et qu’il a fait eviter a la france la faillite de la grece,de l’espagne etc…Le second va dire à la classe politique et les tuteurs du peuple qu’il a obtenu ce vous avez revendique depuis longtemps sur les reconnaissances du premier,des crimes de guerre.Chacun va avoir son jocquet pour les prochaines elections.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.