Des médecins chinois pour soigner les Algériens

Alger et Pékin ont décidé «d'accélérer» les démarches relatives à la venue en Algérie des nouvelles équipes médico-chirurgicales chinoises qui doivent assurer la relève des équipes en place, a indiqué dimanche un communiqué du ministère de la Santé.

Alger et Pékin ont décidé «d'accélérer» les démarches relatives à la venue en Algérie des nouvelles équipes médico-chirurgicales chinoises qui doivent assurer la relève des équipes en place, a indiqué dimanche un communiqué du ministère de la Santé.
Cette volonté a été exprimée lors de l'audience accordée par le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdelaziz Ziari, à l'ambassadeur de Chine en Algérie, Liu Yuhe. Les discussions entre M. Ziari et M. Liu Yuhe ont permis d'aborder différents domaines de coopération ainsi que les opportunités de les consolider à la faveur de l'ambitieux programme de développement du secteur de la santé et des défis auxquels fait face le système algérien de santé dans différents secteurs, notamment l'encadrement des futurs centres de traitement du cancer, a précisé la même source. Les entretiens qui se sont déroulés en présence de cadres de l'administration centrale ont permis de passer en revue l'état de la coopération bilatérale dans le domaine de la santé, coopération qui fêtera son cinquantenaire en avril 2013. A cette occasion, le ministre de la Santé a encouragé toute forme de partenariat y compris dans le domaine de l'offre de soins spécialisés de haut niveau y compris en matière d'encadrement des futurs centres de traitement du cancer, lit-on également dans le texte. Dans ce cadre, il a été convenu d'ouvrir le dossier à l'effet d'identifier avec précision les possibilités de coopération en la matière. Par ailleurs, les deux parties ont abordé le point relatif aux modalités de concrétisation des engagements pris pour le développement de la coopération industrielle en matière de médicament, a-t-on encore indiqué. Il a été convenu aussi de bien préparer les festivités du cinquantenaire de la coopération médicale algéro-chinoise, coïncidant également avec le cinquantenaire de la coopération médicale sino-africaine, dont la date anniversaire est le 16 avril 2013, a-t-on conclu.
R. N.

Comment (5)

    Ait Oussaid
    22 octobre 2012 - 19 h 12 min

    Ce qu’on a pas encore compris
    Ce qu’on a pas encore compris c’est que on est toujours sous occupation de cet Etat (…) illégitime,incompétent,corrompu et criminel !Par conséquent comment voulez vous que les médecins fassent leurs travail honnêtement alors que toute la société est gangrénée par la corruption !




    0



    0
    Khaled
    22 octobre 2012 - 16 h 06 min

    On va recevoir des chauffeurs
    On va recevoir des chauffeurs de bus Chinois et aussi des gardes frontière ! Les plantons des mairies seront remplacés par des chinois. n’a t’on pas chanté durant les années soixante dix  » 900 millions de chinois et moi et moi et moi »




    0



    0
    Foralgerian
    22 octobre 2012 - 9 h 58 min

    @ Lemajid:
    La réalité est

    @ Lemajid:

    La réalité est que l’Algérien qu’il soit médecin, ingénieur ou simple fonctionnaire possède la même mentalité!
    à part une minorité honnête et travailleuse, le reste ils veulent seulement s’enrichir.
    Au CHU de Mustapha Pacha, chaque jour et à n’importe qu’elle heure tu vois des médecins et infirmières en train de « chatter » au soleil!
    Ce n’est pas par manque de moyens que les Algériens et ceux qui ont les moyens préfèrent se soigner ailleurs, mais simplement ils savent qu’en Algérie, les médecins sans généralisé ne font pas proprement leur travail et ce n’est pas question.
    Même si l’excuse et la paye, je regrette, mais la santé du malade ne peut être mise en danger ni à gage pour des négociations de Salaire.

    Salutations.




    0



    0
    Ezzine
    22 octobre 2012 - 9 h 56 min

    Il faut reconnaitre que la
    Il faut reconnaitre que la plupart des médecins algériens – pas tous heureusement – manquent d’éducation et d’humanisme envers leurs malades. Ils ont plutôt l’esprit commercial. Le dinar s’est niché dans leur petite tête. Ils ne voient que le fric. S’il est en stage pratique dans un hôpital public son souci majeur non pas d’apprendre pour mieux soigner ses malades mais de s’intéresser aux recettes quotidiennes de ses compères qui travaillent dans des cabinets privés. Les infirmiers et les infirmières – pas tous aussi heureusement – prennent l’exemple sur le médecin avec lequel ils font semblant de bosser.
    Il est quasiment sur que si un audit – neutre – se fait au niveau des hôpitaux publics , et même au niveau des ces cliniques privées totalement incontrôlées qui poussent comme des champignons en quête d’aisance et d’argent et n’ont pas de soin réel, il ne faut pas s’étonner à l’issue de cette vérification de se poser la question pourquoi y-a-t-il tant de décès, ne parlons pas de ceux qui sont devenus aveugles, d’absence d’amélioration dans les soins de beaucoup de malades, et les conditions désastreuses de leur hospitalisation, l’absence d’équipements malgré leurs achats avec de l’argent des contribuables dont les patients, les dispensaires ne portent malheureusement que leur nom, etc.
    La faute incombe-t-elle à l’absence d’une politique nationale de santé. Il n’existe comme partout ailleurs ni contrôle ni sanction. La complaisance et la corruption sont devenues la pierre angulaire dont souffrent quotidiennement les algériens.
    Pire encore certains médecins ont le toupet d’exiger la dépénalisation des décès-crimes qu’ils peuvent commettre dans l’exercice de cette noble fonction. Pourquoi les plus aisés préfèrent aller se soigner à l’étranger parfois même par des médecins algériens. Pourquoi plusieurs algériens empruntent de l’argent et préfèrent aller aussi se soigner en Tunisie disons-le bien que la plupart des médecins tunisiens ont été formés en Algérie. Pourquoi non de Dieu !!!




    0



    0
    Lemajd
    21 octobre 2012 - 22 h 33 min

    W’Allah,je n’y comprends rien
    W’Allah,je n’y comprends rien et ce qu’on a formé pendant 50 ans que sont-ils devenus ?Pourquoi nos decideurs s’acharnent-ils sur nous?Pourquoi nous demoralisent-ils ainsi?Mais nous ne sommes pas des mediocres comme nos decideurs,nous savons être citoyens et savoir guerir nos citoyennes et citoyens.Mais on est devenus matures en 50 ans pardi.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.