Comment Bouguerra Soltani a essayé de «noyer» Amar Ghoul

Le MSP n’est pas près de pardonner à Amar Ghoul d’avoir vidé le parti de ses cadres. Le ministre des Travaux publics a construit une notoriété grâce à l’autoroute Est-Ouest, tandis que l’inamovible successeur de Nahnah s’était longtemps vautré dans le très confortable poste de ministre d’Etat sans réelle fonction. Aussi, Ghoul n’avait-il d’autre choix que de se retirer du parti qui l’a propulsé au-devant de la scène, à partir du moment où Bouguerra Soltani devenait un obstacle devant tous les ténors du MSP qui voudraient jouer un rôle plus important aussi bien en son sein que dans la vie politique nationale. L’obstination de Soltani à demeurer à la tête du MSP avait donné lieu à une première dissidence d’Abdelmadjid Menasra, qui avait créé le Front du changement avec un certain nombre de membres du parti. Mais son initiative était vouée à l’échec, pour deux raisons au moins. La première étant que Menasra était moins visible que son ancien co-partisan Amar Ghoul car ayant occupé un poste de ministre à une période où l’intérêt des citoyens était concentré sur la lutte antiterroriste. La seconde étant que, contrairement à Amar Ghoul, Abdelmadjid Menasra use d’un discours radical, plus proche du FIS-dissous que du MSP dont il est pourtant issu. Si, donc, le retrait de Menasra ne représentait aucun danger pour le MSP, celui de Ghoul a conduit à une véritable saignée. Face à cette menace, Bouguerra Soltani a décidé de passer à l’offensive en actionnant la presse. Le dossier sur le scandale de l’autoroute Est-Ouest paru dans un journal arabophone récemment aurait été «glissé» à un journaliste de ce quotidien par des responsables du MSP, dans le but de déterrer l’affaire à un moment crucial pour le parti, c’est-à-dire à quelques semaines des élections locales, bien que le Taj de Ghoul ait décidé de ne pas y participer. C’est que l’enjeu dépasse de loin la simple échéance du 29 novembre. Ayant appris que le journal en question allait publier le volumineux dossier – il a pris six pages –, Amar Ghoul aurait proposé au journaliste de rejoindre son parti après lui avoir demandé de surseoir à la publication de l’article, indiquent des indiscrétions dans le milieu de la presse. Mais le dossier sera publié et Ghoul encore une fois éclaboussé dans cette affaire qui n’a pas révélé tous ses secrets. La guerre entre Soltani et Ghoul ne fait que commencer et tout indique que les deux belligérants s’étrilleront mutuellement à l’approche de l’élection présidentielle de 2014.
Lina S.
 

Comment (6)

    Anonyme
    19 août 2013 - 14 h 30 min

    vive amar ghouuuuuuuuuuuul
    vive amar ghouuuuuuuuuuuul




    0



    0
    AnonymeKELAM
    11 novembre 2012 - 14 h 11 min

    dieu est grand ;la politique
    dieu est grand ;la politique rend fou:fou de l’argent et le reste bien sur.




    0



    0
    Mansour
    10 novembre 2012 - 13 h 48 min

    C’est le système algérien
    C’est le système algérien dans toute sa splendeur.Sous d’autres cieux un ministre pris en flagrant délit d’excès de vitesse sur la route démissionne et se cache.Mais ici plus on est haut placé plus on est intouchable et seuls des lampistes paient pour eux.L’affaire khalifa est un exemple édifiant.




    0



    0
    salim
    10 novembre 2012 - 0 h 30 min

    Dans toute ces affaires que
    Dans toute ces affaires que nous voyons de temps en temps surgir, que fait la justice. Que font ces messieurs qui sont chargés de protéger les biens de l’Etat le bien public. Dans un cas pareil, c’est au procureur de la république de prendre l’affaire en charge en l’instruisant. Soit sur dénonciation, sur plainte d’un citoyen qui le fait nommément ou sur enquête des services de police.




    0



    0
    Anonyme
    9 novembre 2012 - 15 h 44 min

    Il faut aussi déterrer le
    Il faut aussi déterrer le dossier CNAS et celui du ministère de la pêche etc les troupeaux de moutons à Chréa Tebessa et les gardes communaux que Soltani emploient comme bergers au frais de sa majesté l’Algérie




    0



    0
    Karim
    9 novembre 2012 - 14 h 04 min

    Je pense qu’il n y a pas que
    Je pense qu’il n y a pas que ce secteur des travaux publics qui est gangrené par la corruption en algerie. s’ il y a des preuves qui incriminent Mr Ghoul que la justice se fasse ,sinon qu’on laisse les gens dévoues travailler et cesser de casser du cadre algerien par des confections de dossiers.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.