Mohamed Seddiki menace de claquer la porte de la Cnisel

La Commission nationale de surveillance des élections locales (Cnisel) ira-t-elle jusqu'au bout de sa mission ? Par la voix de son président, Mohamed Seddiki, elle agite de nouveau le spectre du gel de ses activités si le ministère de l’Intérieur n’accède pas à ses revendications d’ordre matériel et organisationnel. Composée de représentants de l’ensemble des partis en compétition pour les locales du 29 novembre courant, la Cnisel exige des moyens matériels «conséquents» pour assumer pleinement sa mission qui consiste à veiller au bon déroulement de ce scrutin. Elle réclame des moyens de transport et des primes conséquentes pour les membres de cette commission et ceux des commissions de wilaya. Elle exige également la facilitation du travail de ses membres à travers l’ensemble du territoire national. «Les responsables de l’administration au niveau local refusent de coopérer avec les membres de la commission et disent ne pas la reconnaître. Il s’agit là d’une entrave à son travail et à sa mission que le ministère de l’Intérieur et le Premier ministère doivent régler rapidement», dénonce un des membres de la commission. Les secrétaires généraux des APC sont les premiers mis en cause par cette commission qui menace de cesser ses activités, refusant d’être «à la merci de commis de l’Etat». Son président, Mohamed Seddiki, a fixé, aujourd’hui, un ultimatum de 48 heures au ministre de l’Intérieur et au Premier ministre pour régler ces problèmes qui entravent l’activité de la commission. Celle-ci a, dès son installation, éprouvé des difficultés à accomplir sa mission. Mohamed Seddiki avait déjà recouru au gel de ses activités pour protester contre la non-prise en charge de ses doléances, adressées au ministre de l’Intérieur et contenues dans la plate-forme du 10 mai dernier. «La commission composée de magistrats est favorisée par rapport à la nôtre, composée de partis politiques. Aucune relation n’existe entre les deux. Celle des magistrats est dotée d’un budget colossal dont on ignore le montant exact et la manière avec laquelle l'argent est dépensé. C’est l'opacité totale. La commission que je préside n’ai rien vu venir. Je dois avoir un droit de regard sur les dépenses et donner mon accord si celles-ci s'avéraient justifiées. Il faut donc une transparence totale si l'Etat veut réellement organiser des élections honnêtes et transparentes et éviter la catastrophe du 10 mai», a déclaré M. Seddiki à la presse. Les élections locales auront lieu dans dix jours et la Cnisel tente de rattraper le temps perdu. Le ministre de l’Intérieur, qui a déjà refusé de financer cette commission, va-t-il revenir sur sa décision et accorder le financement demandé ? On le saura dans les tout prochains jours.
Sonia B.

Commentaires

    kada
    18 novembre 2012 - 21 h 54 min

    mr seddiki que ce que tu
    mr seddiki que ce que tu attend le 10 mai les elections n’était pas propre pourquoi vous etes revenu maintenant prend ta part du gateau et fout le con ne nous bluf pas avec ton depart de toute façon c’est des elections salle que tu va couvrire on faisant croire que vous contre la fraude c’est exactement le role pour qui tu es payer.ne nous prend pas pour des cons.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.