Nouveau mécanisme pour accroître les relations économiques entre Alger et Londres

Le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci, a indiqué, mercredi à Londres, que l'un des objectifs assignés à sa visite au Royaume-Uni est de mettre en place un nouveau mécanisme pour favoriser le partenariat entre les deux pays. «L'objectif de cette démarche est de mettre davantage en contact les entreprises britanniques avec le marché algérien. Aujourd'hui, le but essentiel de l'Algérie est de promouvoir le secteur hors hydrocarbures et nous sommes intéressés par le transfert de technologie et l'apport des compagnies britanniques dans différents domaines», a souligné M. Medelci. «Nous avons fait une évaluation des relations entre les deux pays. On estime qu'elles sont bonnes pour deux raisons essentielles : l'évolution des relations au niveau qualitatif notamment depuis la visite du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, au Royaume-Uni en 2006, et l'essor des échanges enregistrés entre les deux pays dans le domaine économique», a-t-il indiqué.
M. Medelci a noté que la coopération sort du secteur traditionnel des hydrocarbures et s'élargit à d’autres domaines comme la production de médicaments et l'amélioration de la production agricole. «Aujourd'hui, il existe des compagnies britanniques travaillant dans ces secteur en Algérie», a-t-il ajouté. «Toutefois, on remarque que la présence des entreprises britanniques et leur participation au plan de développement quinquennal 2010-2015 reste faible, ce qui est dû, à notre sens, à l'absence de données et d'informations. C'est pourquoi il faut mettre en place un nouveau mécanisme qui permettra de prendre contact avec les entreprises britanniques pour favoriser le partenariat entre les deux pays», a estimé M. Medelci.
En matière de lutte contre le terrorisme, M. Medelci a souligné les convergences de vues entre les deux pays, affirmant que dans ce domaine, la relation entre l'Algérie et la Grande-Bretagne est «forte», car, a-t-il expliqué, «les deux pays ont une approche harmonieuse».
Concernant la crise malienne, le chef de la diplomatie algérienne a déclaré qu'il s'agit d'appréhender la question non pas seulement sous l'angle d'une intervention militaire étrangère au Mali  –solution à laquelle l'Algérie s'oppose –, mais également sous l'angle de l'unité des Maliens qui donne un sens à l'unité territoriale du Mali. «Cette option est la nôtre et nous l'adopterons à l'avenir», a-t-il insisté. «Il faut remarquer que durant ces trois ou quatre derniers mois, on parlait surtout d'une intervention étrangère au Mali mais aujourd'hui on évoque de plus en plus les négociations et on privilégie l'option politique. C'est un trait commun entre l'Algérie et le Royaume-Uni», a encore souligné M. Medelci.
Concernant la situation qui prévaut à Ghaza, il a indiqué que la solution existe, en l'occurrence la création d'un Etat palestinien indépendant sur la base des frontières de 1967 avec El-Qods comme capitale. Il a rappelé que cette solution est contenue dans l'Initiative arabe de paix (sommet de Beyrouth-2002), ajoutant que c'est l'absence de volonté d'appliquer cette solution qui pose problème. «Nous souhaitons que ces évènements soient le point de départ pour une nouvelle vision et une solution réelle de la question», a-t-il encore ajouté. A une question sur l'aide humanitaire à la Palestine, M. Medelci a rappelé que l'Algérie a toujours été présente lorsque les circonstances l'ont exigé.
«Dernièrement, nous avons envoyé un avion chargé de médicalements vers Ghaza et dans les prochains jours, un autre avion acheminera également de l'aide aux Palestiniens», a-t-il dit. «Tous les pays doivent se mobiliser pour venir en aide à la Palestine qui a des besoins énormes et dont la population souffre depuis 60 ans», a ajouté le ministre, formant l'espoir de voir les sacrifices consentis par le peuple palestinien aboutir un jour à la paix.
R. I.
 

Comment (4)

    Foralgerian
    23 novembre 2012 - 11 h 03 min

    Babar .. le même vieux disque
    Babar .. le même vieux disque que vous jouez depuis les années 70’s ..
    Tu devrais trouver un travail digne au lieu de continuer à toucher le RMI est vous plaindre de votre triste sort.




    0



    0
    Mansour
    22 novembre 2012 - 19 h 04 min

    Le Grand Winston Churchill
    Le Grand Winston Churchill disait:L’Angleterre n’a pas d’amis,n’a pas d’ennemis,elle n’a que des intérêts.Vous serez de grands dirigeants si vous ne voyez que les intérêts de l’Algérie et rien que ses intérêts.




    0



    0
    babar
    22 novembre 2012 - 14 h 52 min

    La Republique des
    La Republique des Medeci/Bouteflikha n’a rien a offrir aux Britaniques…les USA, UK, Allemands et autrs Korean/Japanese s’investissent sans compter en Chine, Inde et Bresil, car le nombre des Universitaires depasse les kilo d’OR!
    Pour un Pays Occidental (Japon compris), le commerce, l’echange se faity d’egal a egal, et l’on s’associe qu’avec un semblable/meme niveau education/connaissance, mais jamais avec son soumis/esclave, ou le vol est regle si commode!
    Avec la bande de nains du Jardin d’Oujadh, voire depouiller le Peuple Algerien, les soulevent de l’estime dumaitre de Sion!




    0



    0
    Dr. Cherif Ghalizani
    21 novembre 2012 - 22 h 19 min

    Nouveau mécanisme pour
    Nouveau mécanisme pour accroître les relations économiques entre Alger et Londres…encore de la rethorique administrative…! Cooperation…mecanismes…strategies…?
    Réunions sur réunions internationales avec presque tous les pays de la planète depuis 10 ans…On parle beaucoup…Ou sont les investissements étrangers et les usines…???????? Ces réunions c est juste pour vendre plus a l’Algérie des produits finis…? Pas besoin de réunions pour ça…juste facilite les visas d’entrée en Algerie a des vendeurs et représentants de compagnies étrangères ….et continuer a acheter monsieur Medelci…cela vous facilitera la tache et moins de fatigue a cause de tous ces voyages a l’étranger




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.