150 personnes ont été interpellées en une nuit à Oran

Cent cinquante personnes ont été interpellées pour examen de situation, lundi soir, par les éléments de la sûreté de wilaya, lors d’une opération coup-de-poing menée au niveau de certaines cités d’habitation d’Oran et de Bir El-Djir. Parmi les 150 interpellés, trois individus ont été surpris en flagrant délit de détention de stupéfiants ainsi qu’un autre pour port d’arme blanche. Les mis en cause ont été conduits vers les sûretés urbaines compétentes pour l’élaboration des procédures juridiques, a souligné mardi, lors d’un point de presse, le responsable de la communication et des relations publiques de la sûreté de wilaya. Cette opération visait à neutraliser les bandes criminelles, à garantir la sécurité et à instaurer un climat de quiétude au niveau des cités urbaines à l’approche de la fin de l’année, a expliqué le même officier. Lundi, jusqu’à une heure avancée de la nuit, les journalistes de la presse nationale et locale ont assisté à ces interventions menées par les éléments de la sûreté de wilaya, de la police judicaire, des unités républicaines de sécurité, des brigades de recherche et d’investigation (BRI) et de la brigade mobile de la police judiciaire (BMPJ), appuyés par des entités dépendantes de la sûreté de l’USTO, haï El-Yasmine, de haï Essabah, ainsi que la 24e sûreté urbaine de Bir El-Djir. Cette opération a ciblé plusieurs cités d’habitation de la zone est d’Oran, notamment haï Nour, 1 500 logements, 300 logements, 672 logements, relevant de la commune de Bir El-Djir ainsi que le centre-ville d’Oran, a-t-on constaté sur place. Afin de permettre aux Oranais et aux visiteurs de cette ville accueillante de passer une fin d’année dans la sécurité et la quiétude, un déploiement de 1 000 policiers est prévu à partir de samedi prochain, a annoncé le chef de la sûreté de wilaya, M. Nouasri. Dans le cadre de la lutte contre la criminalité et du rapprochement de la police du citoyen, ce même responsable a annoncé à l’APS l’inauguration dans quelques semaines de deux unités de BMPJ à Aïn-Beïda (Es-Sénia) et à haï Fillaoucène (ex-El-Barki) à Oran.
R. N.

Commentaires

    TARIK -BAB EL OUED-
    25 décembre 2012 - 18 h 50 min

    JE ME DEMANDE TOUJOURS A QUOI
    JE ME DEMANDE TOUJOURS A QUOI SERT LA POLICE DANS NOTRE PAYS.DERNIER CHIFFRE PARLE DE 172 000 POLICIERS ?????.
    QUELLE NOUVELLE AVEC UNE MOYENNE SALARIALE DE 63 0000 DA PAR MOIS CE QUI NOUS DONNENT UNE SOMME FARAMINEUSE DÉPENSÉE DES POCHES DES CONTRIBUABLES SANS COMPTER  » CANTINE,TRANSPORT,VÉHICULES DE SERVICE,PAPIERS,STYLOS,CARBURANT,HABILLEMENT,HÔPITAL GRATIS,LES AVANTAGES CACHÉS DU « CODE DE LA ROUTE ».
    TOUT CA POUR UNE INSÉCURITÉ TOTALE DANS NOTRE PAYS.
    VIVE LA RÉPUBLIQUE.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.