Migration : l’Algérie et le Maroc accablés par le Réseau Euro-Med

Dans son dernier rapport publié à l’occasion de la Journée internationale des migrants, le Réseau euro-méditerranéen des droits de l’Homme (Remdh) a vivement critiqué l’Algérie et le Maroc quant au traitement réservé aux migrants et réfugiés de plus en plus nombreux dans ces deux pays en raison notamment de l’instabilité régionale. Le Réseau Euro-Med exprime ainsi ses inquiétudes quant aux populations bloquées aux frontières de ces deux pays, qui se trouvent également dans des conditions lamentables. «Le manque d’hygiène, la malnutrition et les conditions d’hébergement insalubres portent gravement atteinte à l’intégrité physique de cette population bloquée à la frontière», relève-t-on dans ce rapport. Cette ONG fait état de l’inexistence d’accès aux soins de santé et des abus dont sont victimes les migrants «notamment de la part des forces de police». Des abus qui «sont rarement dénoncés par les migrants et les réfugiés, qui craignent d’être arrêtés et expulsés». Le Réseau Euro-Med a également constaté «avec inquiétude» que les femmes et les mineurs non accompagnés sont les plus vulnérables, dans la mesure où ils ne bénéficient d’aucune protection contre les violences domestiques. «Le suivi médical des femmes enceintes et l’accès des enfants à l’éducation font aussi gravement défaut», fait-on remarquer, appelant ces pays et la communauté internationale à plus de solidarité avec cette catégorie de personnes qui fuient des zones de conflits ou encore la pauvreté. Le Réseau Euro-Med dénonce également le renvoi «systématique» de migrants clandestins vers les zones frontalières «par les autorités marocaines, dans des conditions particulièrement déplorables». Ces migrants en situation irrégulière n’ont aucune possibilité de faire appel d’une décision, subissant «détention arbitraire dans les postes de police», avant l’expulsion qui n’épargne même pas «les mineurs non accompagnés et les femmes enceintes qui souffrent de violences physiques et psychologiques et de déshydratation». Le Réseau Euro-Med affirme cependant que la situation des migrants à la frontière maroco-algérienne «n’est qu’un exemple parmi d’autres de la façon dont les droits des migrants et de réfugiés sont violés au quotidien dans la région euro-méditerranéenne». Cette ONG appelle les autorités à la fois locales, nationales et européennes à agir pour mettre fin à ces violations en «respectant résolument leurs obligations internationales de protéger et de promouvoir les droits humains des migrants, réfugiés et demandeurs d’asiles».
Sonia B.

 

Commentaires

    Algrien
    27 décembre 2012 - 16 h 38 min

    Maintenant l’Algérie est
    Maintenant l’Algérie est responsable des mauvaises conditions de vie des populations qui vivent en dehors de son territoire !




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.