Prise d’otages à la base de vie de Sonatrach : ce qui s’est passé à In Amenas

Six jours après l’intervention militaire française au Mali, l’Algérie essuie les premiers coups ou plutôt les premières conséquences tant redoutées. Une base pétrolière de Sonatrach à In Amenas, dans le Sud, plus précisément à Tiguentourine, a été attaquée par des terroristes à bord de voitures de tourisme lourdement armés. Le premier bilan officiel – provisoire bien entendu – fait état du décès de deux personnes dont un ressortissant étranger et de 6 blessés. D’après nos sources, le bilan serait plus lourd en raison de la violence de cette attaque menée par une quarantaine de terroristes qui se trouvent d’ailleurs encerclés par les éléments de l’APN à l’intérieur de la base. Les terroristes visaient selon toute vraisemblance les travailleurs étrangers, puisqu’une fois à l’intérieur, ces terroristes ont fait sortir sans attendre tous les employés algériens. La quantification du nombre d’étrangers pris en otages dans cette base pétrolière est en cours. Ils seraient des dizaines au vu de la taille de la base. Les forces de sécurité œuvrent à l’heure actuelle à la libération des otages. Une mission compliquée d’autant plus que les terroristes menacent de mettre le feu à la base. «Ils veulent qu’on les laisse repartir avec des otages», a précisé notre source. Une demande que l’ANP ne peut satisfaire. Les terroristes ont attaqué la base dans le but de prendre des otages étrangers. Mais l’ANP qui a rappliqué rapidement a, quelque part, faussé leur plan initial. Une tentative d’enlèvement s’est ainsi transformée en une prise d’otages. Et parallèlement à la gestion de cette attaque, les éléments combinés de l’ANP mènent une vaste opération de ratissage dans la vaste wilaya d’Illizi. Au-delà de l’urgence de faire face à une telle attaque, des questions s’imposent : comment cette attaque a-t-elle pu se produire au moment où l’Algérie parle de sécurisation de ses frontières ? Comment un tel nombre de terroristes a-t-il pu atteindre cette base pétrolière très sécurisée sans qu’ils soient repérés ? Que s’est-il réellement passé ? Qui sont-ils, ces terroristes ? D’où sont-ils venus ? Quand et comment ont-ils pu franchir la frontière, actuellement fermée ? Autant de questions auxquelles nos responsables politiques et militaires doivent trouver des réponses dans l’immédiat afin que de tels attentats ne se reproduisent plus. Les Algériens ont le droit de savoir si leur pays est réellement sécurisé face aux répercussions probables de l’intervention étrangère au Mali.
Sonia B.

Comment (8)

    syriano
    17 janvier 2013 - 12 h 04 min

    Noublions pas que aqmi
    Noublions pas que aqmi travaille pour la cia,en effet d’apres les service secret russe du fsb,ben ladan a toujours etait jusqu’a sa mort un agent de la cia.Tout cela a été organisé par l’empire americano sioniste afin que l’algerie perd son independance et deveinne un membre de l’otan
    le frere « anonymous » du 16janvier 2013 a 20:44 a tres bien decrit la situation,tres bonne analyse frere




    0



    0
    axelpanzer
    16 janvier 2013 - 20 h 44 min

    Tel est pris qui croyait
    Tel est pris qui croyait prendre!certes ;une attaque professionelle ,surtout une incursion audacieuse en convoi svp!
    seulement il fallait compter avec notre anp à laquelle j’adresse mes salutations chaleureuses !maintenant ils sont faits comme des rats;esperons qu’il n y aura pas beaucoup de tués après l’attaque des forces spéciales!bonne chance!!!




    0



    0
    Anonyme
    16 janvier 2013 - 19 h 44 min

    salam
    arretons svp de faire

    salam
    arretons svp de faire le jeu des etrangers… ils ont crée cette histoire, et vont l’utiliser pour faire croire au monde que notre armée ne maitrise pas son territoire ! le but ultime inavoué, c’est d’imposer à notre pays, un controle de l’ONU ou OTAN sur notre SUD et son petrole, sous pretexte de securiser leur approvisionnement « strategique » !!! les sionistes et les americains sont trés forts pour ce genre de scenarios, il faut que les gens soient conscients et arretent de critiquer à tort ou à raison notre gouvernement , et notre armée dans cette période critique…
    il ne faut pas justement douter ni les laisser douter sur notre armée, et se defendre tous ensemble, coute que coute.. nous sommes tous unis pour l’Algerie… aprés on reglera nos problèmes internes…
    wa allah a3llam




    0



    0
    DMX23
    16 janvier 2013 - 17 h 02 min

    vous etes sur qu’on a une
    vous etes sur qu’on a une armée et des gardes frontieres? parce que tout ce que je vois dans ce bled c’est des policiers et des gendarmes ou leur travaille consiste a harceler les jeunes couples




    0



    0
    Ezzine
    16 janvier 2013 - 13 h 40 min

    Et ce n’est que le début des
    Et ce n’est que le début des conséquences de l’implication précipitée dans le conflit malien. Toutes les questions posées à la fin de cet article sont légitimes.
    Toutes éventuelles réponses à ces questions n’arriveront cependant pas à colmater la brèche ouverte maladroitement dans la situation sécuritaire du pays ni même arrêter le rouleau compresseur qui vient d’être déclenché pour déstabiliser le pays et s’emparer de ses richesses.
    C’est le moment idéal pour que l’Algérie sans tarder réagisse comme un seul homme et prendre des décisions urgentes sur son avenir avant que les autres ne le fassent à sa place




    0



    0
    raselkhit
    16 janvier 2013 - 13 h 00 min

    Opération trop bien monté par
    Opération trop bien monté par de vrais professionnels habitués aux opération commando en Afrique on dirait du « Bob Denard » du bon vieux temps de la franceafrique .




    0



    0
    Antar
    16 janvier 2013 - 12 h 55 min

    La seule solution possible et
    La seule solution possible et sécuritaire est de revenir sur le système de la decennie noire. Patriotes, GLD et gardes communaux, les doter d’armes et moyens de communications, qui demeurent en contact permanent avec les forces spéciales près à intervenir et qui seront aéroportés.
    Au fait l’expert militaire qui a parlé , n’a rien dit sur d’éventuelles incursions terroristes au Sud.




    0



    0
    Anonyme
    16 janvier 2013 - 12 h 51 min

    tres bonnes question sonia
    tres bonnes question sonia !!
    c vraiment nquietant,à croire que notre pays est visé de pres rabi yaster na ouabladna,s’ils ne sont pas capables de securiser le pays qu’ils laissent le peuple le faire!!




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.