Le Quai d’Orsay : «L’Algérie contrainte d’utiliser la force»

La France a été «régulièrement» informée par Alger dans l’affaire de la prise d’otages mercredi dans le complexe gazier d’In Amenas, wilaya d'Illizi (Sud-Est), et les autorités algériennes ont estimé qu’elles n’avaient pas d’autre choix que de donner l’assaut, a indiqué vendredi le Quai d’Orsay. «Les autorités algériennes ont estimé qu'elles n'avaient pas d'autre choix que de donner l'assaut (…). Paris a été régulièrement informé par Alger», a déclaré le porte-parole du ministère français des affaires étrangères, Philippe Lalliot, lors d’un point de presse. Commentant la décision d’Alger de donner l’assaut, qui a permis pour l’heure de libérer plus de 650 otages dont près d'une centaine d’étrangers, le représentant du Quai d’Orsay a évoqué une situation «particulièrement complexe compte tenu de l'ampleur de la prise d'otages». «On n'a pas aujourd'hui de bilan officiel sur ce qui s'est passé», a rappelé le porte-parole, qui a indiqué «ne pas avoir de nombre officiel de Français concernés» ni d'informations «sur ce qui a pu leur arriver». Cette prise d'otages confirme que «la présence de groupes terroristes» au Sahel est un «enjeu pour la communauté internationale tout entière», a-t-il estimé.
R. I.
 

Commentaires

    Anonyme O.K
    18 janvier 2013 - 19 h 13 min

    « Ils » savent qu’ils n’ont
    « Ils » savent qu’ils n’ont aucune leçon à donner sur ce point. Ils feraient mieux de se taire et de prier,comme nous le faisos, pour qu’il y ait le moins de victimes innocentes possibles.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.