Attentat de Tiguentourine : les terroristes sont de six nationalités

Les terroristes qui ont attaqué le site gazier de Tiguentourine (1 300 km au sud-est d'Alger) sont issus de six nationalités et originaires de pays arabes, africains et non africains, a indiqué, aujourd’hui dimanche, le ministre de la Communication, Mohamed Saïd. «Les terroristes qui ont pris part à cette entreprise criminelle sont

Les terroristes qui ont attaqué le site gazier de Tiguentourine (1 300 km au sud-est d'Alger) sont issus de six nationalités et originaires de pays arabes, africains et non africains, a indiqué, aujourd’hui dimanche, le ministre de la Communication, Mohamed Saïd. «Les terroristes qui ont pris part à cette entreprise criminelle sont
de six nationalités. Je peux dire d'ores et déjà qu'ils sont originaires de pays arabes et africains et de pays non africains», a déclaré Mohamed Saïd sur les ondes de la Chaîne III de la Radio nationale. Pour le ministre, l'attentat du site de Tiguentourine est «une agression terroriste contre le peuple et le territoire algériens et contre la souveraineté nationale», et l'arsenal sophistiqué récupéré à l'issue de cette opération «dénote
une volonté affichée de faire le maximum de mal dans cette opération terroriste et criminelle». A propos de l'assaut décidé par les autorités algériennes, le ministre a indiqué que «devant le refus de ces groupes terroristes d'obtempérer et devant leur intention affichée de fuir en emmenant les otages, il n'y avait pas d'autres moyens que de passer à l'action». «Les terroristes étaient décidés soit à réussir leur opération comme ils l'avaient planifiée, soit à faire exploser tout le complexe gazier et exécuter tous les otages», a-t-il ajouté. Réagissant aux attitudes critiques de certains pays par rapport à l'assaut, il a indiqué d'abord que c'était «une question de souveraineté nationale» en relation avec «des intérêts suprêmes de l'Etat algérien» et une décision qui nécessitait, dans cette situation, «le secret absolu». «Cette action qui était mal saisie par certaines capitales occidentales a fini par être comprise vers la fin», au regard de certaines déclarations officielles qui ont reconnu que l'Algérie «n'avait pas d'autre moyen que d'agir pour mettre fin à ce cauchemar». Il a également souligné que «certaines réactions émanaient de pays en campagne électorale», et que c'était «peut être un discours qui est destiné à la consommation interne», avant de relever que «maintenant tout le monde a compris et s'est rangé à la thèse algérienne». La position de ne pas négocier avec les terroristes est une position «sage qui a démontré son bien-fondé». Elle est d'ailleurs «adoptée par certains pays», a-t-il encore relevé. Mohamed Saïd a également rappelé que l'Algérie avait dès le départ fermé la porte aux chantages pour avoir été à l'avant-garde du refus de payement de rançons qui, a-t-il dit, servirait à l'achat d'armes et à l'augmentation des capacités de nuisance des groupes terroristes. Le ministre a indiqué aussi que les forces spéciales de l'Armée nationale populaire continuent toujours de sécuriser le site de Tiguentourine à la recherche d'éventuelles autres victimes. Le bilan donné jusque-là par le ministère de l'Intérieur est «provisoire» et risque d'être «revu à la hausse», a-t-il regretté. 
R. N.
 

Comment (3)

    Anonyme
    20 janvier 2013 - 15 h 15 min

    Je comprend pas?,pourquoi
    Je comprend pas?,pourquoi certains personnes critique le ministre et le gouvernement.moi je trouve que nôtres armée à fait un travail foooorrrrmiiidaaaable,mais il faut pas oublier,que mr le président bouteflika,et son gouvernement ,nos experts ,stratéges.mériteraient le grand respect et sans oublier nos médias (gériens) en général .vive nôtres Algérie souveraine et progressiste




    0



    0
    taha
    20 janvier 2013 - 14 h 22 min

    L’Algérie doit avoir un droit
    L’Algérie doit avoir un droit de poursuite comme le dit si bien R.N dans son article. Ce droit doit s’exercer par des hommes qui ont des c…. Discrètement certes mais appliqué. La Libye doit être en première position pour ce droit de suite. Quant on entend les dirigeants libyens « insulter » presque ouvertement l’Algérie, je me dits, c’est le monde à l’envers. Que font nos valeureux moudjahiddines qui sont au pouvoir actuellement ?
    Il faut être extrêmement ferme avec ces bandits qui ont pris le pouvoir grâce à l’aide des pays occidentaux. Ils ont ruiné, saccagé, détruit leurs pays, juste pour le pouvoir. Certes, La Libye est une leçon à méditer, mais pas à ce point de désolation. Et maintenant ils nous menacent !!
    Les dirigeants algériens doivent comprendre aussi que l’argent du pétrole est la propriété du peuple algérien. Ils doivent fermer les frontières, renforcer considérément les services de sécurités pour protéger notre pays et pour anéantir les trafiquants de tous genres et de toutes nationalités y compris algériens car j’estime qu’un algérien qui vole ou détourne l’argent de l’état, trafique, et complote n’est pas digne d’appartenir à ce pays. C’est un pire ennemi.
    Les denrées alimentaires subventionnées par l’Algérie, donc l’argent du peuple, dont les algériens ont besoins ne doivent pas quitter le territoire algérien et distribuées au Mali, en Mauritanie et au Maroc pour avoir ce soi disant « calme » a nos frontières.
    Les dirigeants algériens doivent plutôt se consacrés au bien être du peuple et au développement du bled.




    0



    0
    Chacha
    20 janvier 2013 - 12 h 10 min

    ce Monsieur de vendu doit
    ce Monsieur de vendu doit rentrer chez soi. On amarre d´entendre parler ces nuls. On aimerait bien entendre notre ANP et surtout ces jeunes officiers, qui ont fait un excellent travail. Bravo jeune soldats vous pouvez etre fier d´etre les vrai heritiers de ´l`ALN. J´espere qu´il viendrait un jour (tres proche) de liberer l pays de cette peste, qui gouverne le pays. Bravo encore une fois.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.