Tourisme : les investissements privés ont atteint 2,5 milliards d’euros

Le privé algérien ne boude pas le secteur touristique. Selon des données en possession du ministère du Tourisme et de l’Artisanat, l’investissement privé dans le secteur au cours de ces dernières années a atteint 2,5 milliards d’euros. Cet argent a été mis dans des projets de développement d’infrastructures d’accueil (hôtels de petite et moyenne gamme, hôtels de luxe, centres d’accueil, auberges, résidences touristiques). Ces investissements sont de nature à augmenter les capacités d’accueil du pays de près de 45 000 lits. L’activité touristique passe ainsi au domaine presque exclusivement privé. Le secteur public ne détient désormais qu’à peine 10% du marché national. Mais en dépit de ces efforts colossaux du privé, l’offre demeure en deçà de la demande. Et l’attractivité et la compétitivité touristique sont à réinventer. D’ailleurs, dans son classement 2012, le Forum économique mondial a placé l’Algérie à la 132e place sur 140 pays concernés. Ce classement est fait sur la base du niveau d’attractivité et de compétitivité du secteur touristique. En effet, le prix de revient d’une semaine dans un complexe touristique (modeste) en Algérie, est parfois trois ou quatre fois plus cher qu’en Tunisie et au Maroc avec, souvent, une prestation de service nettement meilleure. C’est dire que les responsables du secteur ont encore du pain sur la planche, s’ils veulent réellement recréer la destination Algérie, totalement perdue ces vingt dernières années.
S. Baker

Comment (2)

    Anonyme
    2 janvier 2014 - 21 h 59 min

    A VOTRE AVIS AVEC UN SMIG A
    A VOTRE AVIS AVEC UN SMIG A 18000 DINARS FRANCHEMENT JE NE VOIS pas COMMENT ENCOURAGER UN TOURISME
    POUR QUE LE TOURISME SE DÉVELOPPE ,IL FAUT PLUSIEURS FACTEURS
    IL FAUT CHANGER LA MENTALITÉ DES OPÉRATEURS AFIN QU IL NE VOIENT PAS EN VOUS LA VACHE A TRAIRE
    IL FAUT UNE SALUBRITÉ QUI FRISE LA PARANOÏA
    UNE SÉCURITÉ DANS LES RUE COMPARABLE A CELLE D UNE BANQUE
    IL FAUT QU IL AI UN CLIMAT FESTIF ET ÉDUCATIF
    I FAUT CHANGER LA MENTALITÉ DES GENS AU LIEU DE DIRE NROUH NEZHA .DIRE JE ME PROPOSE JE CHANGE D AIR ……




    0



    0
    00213
    11 mars 2013 - 20 h 41 min

    L’un des premier obstacle
    L’un des premier obstacle (hôtellerie de qualité) semble être résolut à feu doux.
    Il faut commencer à attaquer le deuxième :
    La première chose à laquelle pense un touriste (moi même d’ailleurs), c’est quel type d’activité va t il trouver sur place ?
    Quasiment aucune n’offre n’est disponible sur le marché algérien !
    Pas de karting, de randonnée équestre, de parcours en quad, de location de vélo, de plongée sous marine, de concert régulier, de musée intéressant, de canoé kayak, d’excursion en foret, de deltaplane, de compétition sportive bien organisée, de parc aquatique, d’escalade, de karaoké…
    .
    Bref, venir en Algérie pour ne voir que les algériens n’intéresse pas grand monde (et c’est compréhensible).
    .
    Par contre, il est indéniable que si le gouvernement ( ou des investisseurs privés) veulent appuyer des projets créateurs d’emplois, ce domaine des loisirs est un marché vierge, juteux et à forte croissance (ne serait ce que pour la population locale qui s’ennuie à mourir).




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.