Que va faire Abdelmalek Sellal au Qatar ?

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, entamera, demain lundi, une visite officielle au Qatar à l'invitation du président du Conseil des ministres, Cheïkh Hamad Ben Djassem Ben Djabr Al-Thani. Selon un communiqué, cette visite est destinée à l’évaluation globale de la coopération bilatérale dans de multiples domaines. Le Premier ministre sera accompagné par une importante délégation ministérielle. D’importants contrats devraient être signés entre les opérateurs économiques des deux pays. Ce déplacement intervient plus de deux mois après la visite de l’émir du Qatar en Algérie. Au-delà des contrats et des intérêts économiques, de nombreux Algériens n’arrivent pas à comprendre quel genre de relations entretiennent les deux Etats tant les divergences sur divers dossiers de politique régionale et internationale sont apparentes. Le soutien du Qatar aux mouvements islamistes les plus extrémistes est désormais un secret de Polichinelle (voir par ailleurs). De nombreuses enquêtes médiatiques ont démontré que le Qatar est derrière les groupes extrémistes qui déstabilisent le monde arabe. A titre d’exemple, l’hebdomadaire français Le Canard Enchaîné a révélé, l’année dernière, l'implication du Qatar dans l’occupation du Nord-Mali par les groupes terroristes, déstabilisant le Mali et constituant une menace sur les frontières de notre pays. En février dernier, l’ancien ambassadeur tunisien à l’Unesco, Mezri Haddad, dans une lettre adressée à la journaliste vedette d’Al Jazeera, l’Algérienne Khadidja Benguena, avait jeté un véritable pavé dans la mare en affirmant que ce minuscule Etat, sous-traitant de l’Occident, «concentre ses efforts de déstabilisation actuellement sur l’Algérie». Des chercheurs ont également démontré l’implication du Qatar dans le financement du salafisme partout en Afrique. Pour de nombreux Algériens qui regardent les violentes campagnes lancées par la chaîne Al Jazeera contre notre pays, le Qatar est loin d’être un allié de l’Algérie. L’incompréhension vient justement de ces multiples «relations protocolaires» que les deux pays entretiennent toujours, avec un échange de visites rapprochées et denses.
S.Baker

Comment (29)

    abdelkader wahrani
    26 mars 2013 - 11 h 15 min

    vous regretter Bouteflika?
    vous regretter Bouteflika? vous préférez peut-être qu´un hizb-franca ou le GPK fontôme s´occupe de vous avec la bénédiction des néocolonialistes francais (vos ancêtres les Gaulois???. en verra a ce moment.




    0



    0
    axelpanzer
    25 mars 2013 - 21 h 26 min

    @raselkhit:vous nous mettez
    @raselkhit:vous nous mettez sur le meme pied d’égalité que le 1er ministre,cela est typiquement algerien,c’est l’exemple du conducteur de la grosse cylindrée qui veut montrer au conducteur de la petite marutti qu’il va plus vite que lui et en est tres fier!!
    Mais on n’est que des amateurs qui vont de leurs simples avis,partant de rien ou peut etre de quelques indices glanés de ci de la,mais sans pretention,car nos interventions « ignorantes definissent le journaliste dans sa vraie fonction!!
    votre reproche est digne de votre sens de la démocratie,tres émoussé!




    0



    0
    H'mida
    25 mars 2013 - 15 h 04 min

    Qui est derrière le
    Qui est derrière le terrorisme?!!
    En tout cas, nous en Algérie on le connait bien. Il est en poste depuis plus de 22 ans. Indéboulonnable. Ben Talha, Rais, Beni Messous,,,,
    On a pas oublié.




    0



    0
    chaoui60
    25 mars 2013 - 12 h 29 min

    pour ma part je pense que l
    pour ma part je pense que l Algérie est bien consciente du danger, et que cette visite signifie « l Algérie t emmerde et na pas peur et je suis venu te le dire en face ».
    ils savent très bien qu’en Algérie il y a une grosse unité national et que l on peu vite se transforme en peuple de guerrier.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.