Le FCE se penche sur la problématique de la dépendance alimentaire

Conscient du poids que représentent sur l’économie nationale les importations de certains produits alimentaires de base, comme les céréales et le lait, le Forum des chefs d’entreprise (FCE) organise, le 8 avril prochain à Alger, un important colloque dédié à la problématique de la sécurité alimentaire dans notre pays. «Sécurité alimentaire : quels programmes pour réduire la dépendance alimentaire en céréales et lait ?», est le thème choisi pour cette rencontre qui sera marquée par la présence d’un panel varié de personnalités, entre industriels, experts, consultants et représentants des institutions et d’organismes publics directement concernés par la thématique. On peut citer, à titre d’exemple, Boualem Djebbar, PDG de la Banque algérienne de développement rural (BADR), Lounis Hamitouche, représentant de la laiterie Soummam, Abdelhamid Soukehal, président du groupe public Giplait, Abdelkader Tayeb-Ezzraïmi, PDG du groupe privé SIM, et Mohamed Balabdi, directeur général de l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC). Le colloque verra également la participation du président de la FNSEA, la puissante Fédération française des syndicats d'exploitants agricoles, Xavier Beulin, invité d’honneur du FCE, d’Abdelatif Abada, directeur exécutif chez Morgan Stanley Commodities, du Pr Omar Bessaoud et de Jean-Yves Broussy, de Danone. Pour le FCE, il s’agira, entre autres, à travers cette rencontre, de dresser un point de situation précis pour ce qui est des deux principaux produits de base de l’alimentation de la population, les céréales et le lait, en termes de consommation, de production, de soutiens publics et d’organisation. Les participants tenteront, ensuite, de définir des axes de politique économique de nature à permettre à notre économie de parvenir à une production en adéquation avec les besoins dans les produits considérés.
Importations de produits alimentaires : la facture a triplé en dix ans
Pour mettre en exergue l’importance de la thématique qui sera abordée lors du colloque du 8 avril prochain, le Forum des chefs d’entreprises n’a pas manqué de rappeler la progression jugée excessive de la facture destinée à l’importation des céréales et du lait, deux produits de base dans le système alimentaire algérien. En effet, la facture globale des importations de produits alimentaires a plus que triplé entre 2002 et 2012 passant de 2,7 milliards de dollars à 8,9 milliards de dollars, et représente annuellement une proportion de l’ordre de 15 à 20% du montant total des importations de l’Algérie. Le montant des importations de céréales, l’un des produits qui constituent une part importante dans le modèle de consommation algérien, a enregistré entre 2002 et 2012 une hausse de plus de 150% (avec un pic de plus de 4 milliards de dollars enregistré en 2008). Si la consommation évolue au rythme démographique, la production, quant à elle, fluctue au gré des aléas climatiques. Les besoins restent dans tous les cas couverts à 35/40% par le recours à l’importation. En 2012, le volume d’importation s’est situé à 5,5 millions de tonnes de blé dur et tendre pour compenser la faiblesse de la production, qui n’a pas dépassé les 4,5 millions de tonnes. En ce qui concerne le lait, la facture des importations enregistre une évolution de 156% entre 2002 et 2012, passant de 492 millions de dollars à 1,2 milliard de dollars. La consommation de lait et de produits laitiers par habitant a plus que doublé entre 1969 (54 litres/habitant) et 2011 (120 litres/habitant). Il y’a donc urgence à mettre en place une véritable stratégie tendant à doter le pays d’une agriculture et d’une industrie agroalimentaire capable d’assurer demain au pays sa sécurité alimentaire.
Amine Sadek
 

Comment (2)

    00213
    26 mars 2013 - 18 h 48 min

    Allez sur le site du
    Allez sur le site du ministère de l’agriculture ou allez faire un tour dans une coopérative ET VOUS COMPRENDREZ TOUT !
    .
    Comme d’habitude des incompétents aux manettes et les bons vendent des cigarettes dehors…




    0



    0
    Anonyme
    26 mars 2013 - 18 h 27 min

    L’auto suffisance
    L’auto suffisance alimentaire.
    Comment parler d’industrie agro alimentaire lorsque le lait, les fromages, les yaourts…sont fabriqués a base de lait en poudre ?

    Peut t-on parler d’aviculture lorsque les volailles, les viandes blanches, les oeufs doivent le jour au maÏs, et autre aliments importés.

    Idem pour l’huile de tournesols et les intrants pour produire de l’huile sont importés. Même chose pour le sucre dont la mélasse nécessaire pour sa fabrication est importée….
    On ne nourrit pas une nation avec du blabla, des voyous politiques, des imams fénéants déshumanisés racistes et mercantiles, une administration pléthorique, des producteurs importateurs….




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.