Partenariat économique : Alger et Paris passent à l’acte

L’Agence française pour le développement international des entreprises (Ubifrance), en partenariat avec plusieurs départements ministériels français et le Forum des chefs d’entreprise algériens (FCE) organise, le 2 avril prochain, en son siège à Paris, un atelier sous le thème «Développer des partenariats avec l’Algérie». La rencontre se déroulera en présence du ministre de l’Industrie, Chérif Rahmani, de la ministre française du Commerce extérieur, Nicole Bricq, du vice-président du Sénat français, ancien Premier ministre et envoyé spécial du Président français pour les relations économiques franco-algériennes, Jean-Pierre Raffarin et de Réda Hamiani, président du FCE. Cet atelier, pensé comme un préambule au Forum de partenariat algéro-français, prévu à Alger les 28 et 29 mai prochain, vise, selon Ubifrance, à faire le point sur les perspectives d’investissement et de partenariat offertes par l’Algérie aux PME et ETI tentées par ce marché où, reconnaît l’organisme français, «la France jouit de positions fortes». Les autorités algériennes présentes seront accompagnées à cet effet, d’une délégation représentant une vingtaine d’entreprises. C’est lors de son déplacement en Algérie en septembre 2012, que Nicole Bricq avait plaidé pour un renforcement des relations économiques entre les deux pays, en annonçant la tenue du Forum de partenariat algéro-français. Selon un communiqué de l’ambassade de France à Alger, les tables rondes qui seront organisées à cette occasion à Paris, permettront aux entreprises de faire le point sur les stratégies d’investissement et d’implantation en Algérie et de partager le retour d’expérience d’entrepreneurs français installés sur place. Entreprises françaises et algériennes auront également la possibilité de nouer des contacts au cours des moments de networking organisés durant la matinée. «Engagée dans un ambitieux programme d’investissements publics de 219 milliards d’euros, l’Algérie présente des besoins importants, notamment dans le domaine de l’agroalimentaire, de l’énergie, du BTP, des équipements et services pour le transport ou encore dans les technologies de l’information et de la communication, pour ne citer que ceux-là», conclut le communiqué.
A. Sadek
 

Comment (4)

    bilal
    27 mars 2013 - 20 h 47 min

    [email protected]
    Les années de braise

    [email protected]

    Les années de braise sont passé par là et 130 ans de saloperie cela ne s’oublient aussi facilement et cela vous devez le comprendre!

    Quant à la coopération économique, je connais trop bien les Français arrogants jusqu’à la moelle .Le bougnoule ne peut être un partenaire régulier et honnête ou alors soumis la doxa




    0



    0
    Amine
    27 mars 2013 - 13 h 30 min

    Laissez-moi vous raconter
    Laissez-moi vous raconter cette anécdote:
    J’étais hier dans un snack fréquenté par les Algériens en France pour regarder Algérie-Bénin.
    Le match France-Espagne se déroulait en même temps.
    A la mi-temps d’Algérie-Bénin, on zappe sur TF1, à ce moment, tous les présents explosent de joie, applaudissent à tue-tête parce…le France perdait contre l’Espagne !!!!!

    Est-ce de la jalousie ? ou de la détestation ?

    Comment pense-t-on qu’on peut travailler ensemble alors ?




    0



    0
    syriano
    26 mars 2013 - 19 h 09 min

    J’aurai préféré qu’il reste
    J’aurai préféré qu’il reste que sur le papier
    Ses salauds auront un bien fou lorsque l’Otan décidera d’intervenir a cause d’une guerre civil qu’ils auront bien préparé ou lorsqu’en 2014 ils mettront leurs pions au pouvoir
    Ou lorsque les USA prendront nos 205 milliards de dollars qu’ils ont chez eux et qu’on se retrouvera a poil




    0



    0
    00213
    26 mars 2013 - 18 h 35 min

    Notre histoire commune, notre
    Notre histoire commune, notre proximité géographique, notre diaspora, nos relations économiques et nos modes de vie semblables font de cet état le MEILLEUR partenaire économique au monde !
    .
    Il faut pardonner mais ne pas oublier les erreurs du passé.
    Et cela implique un effort commun et une volonté de hisser un meilleur avenir pour les jeunes des 2 rives.
    .
    Le seul problème repose sur un petit groupe (très influent) de lobbyistes nostalgiques de l’Algérie-française. Ce même groupe composé de politiciens, de PDG, de peoples, d’hommes de lettre et de propriétaires de médias qui sont plus défenseurs du Grand Israel que de la Marseillaise.
    Les vrais français commencent à arriver à saturation face à eux, par conséquent ce n’est plus qu’une question de temps avant que ces ennemis de la France et de l’Algérie soient « neutralisés »…
    .
    Quand on parle du potentiel de l’axe Alger-Paris :
    Le premier mot qui revient dans la bouche des VRAIS français c’est GÂCHIS




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.