Khalifa : ni Bon Samaritain ni médicastre (V)

On ne peut pas reprocher à Khalifa d’avoir voulu étendre l’activité héritée de son père à d’autres créneaux porteurs. Khalifa, en tout cas, ne croit pas trop à quelque puissance souveraine qui règle d’avance ce qui doit être. Le fatalisme, le défaitisme, ce n’est pas sa tasse de thé. Son courage plaît au point qu’il entraîne avec lui un noyau composé d’amis d’enfance et de gens qu’il a connus dans le milieu professionnel. Mais très peu de membres de sa famille apparaissent à ses côtés, hormis sa tante Djaouida Djazaerli qui fera une incursion médiatique aussi éphémère que tardive (voir plus loin). Mais, d’un autre côté, il est difficile de croire que Khalifa a eu, ne serait-ce qu’un instant, des visées humanistes à travers ses actions sensationnelles. Le choix de fabriquer un médicament générique peut paraître en soi comme un acte «magnanime», même si la finalité première est de faire des bénéfices. Il permet en tout cas à de larges populations d’accéder à un traitement médicamenteux efficace et peu cher. Sanofi-Aventis, le géant mondial de l’industrie pharmaceutique, dresse un constat amer : «1,8 milliard de personnes, dont 98% vivant dans les pays en voie de développement, n’ont pas accès aux traitements dont ils ont besoin. 80% des médicaments sont consommés par 20% de la population mondiale, essentiellement en Amérique du Nord, en Europe et au Japon. Les médicaments sont trop chers, les profits exagérés handicapant lourdement toute politique de santé publique. Les maladies dites "non rentables" sont négligées : seul 1% des 1 393 molécules sorties entre 1975 et 1999 concerne les maladies spécifiques des pays en voie de développement. Des traitements sont devenus tellement anciens que des résistances se sont développées et qu’ils sont devenus inefficaces.»
«Quel accès aux médicaments pour les populations les plus pauvres ? Comment sont fixés les prix de ces médicaments et leur implication dans le financement de la protection sociale ? Comment un gouvernement peut-il élaborer une ambitieuse politique de santé si l’industrie pharmaceutique va à son encontre ? Les questions ne manquent pas.» La création de Sanofi-Aventis est l’occasion de reposer cette question «pour qu’un certain nombre de produits – médicaments et vaccins – et de programmes ne disparaissent pas, mais au contraire se développent». Khalifa ne se posait pas trop cette question. Il ne compte pas marcher sur les plates-bandes de Mère Teresa ou de l’abbé Pierre. Khalifa a profité des tares d'un système. Il faut savoir que la fabrication du médicament générique en Algérie n’était gérée par aucun texte clair et précis. «Il faut ainsi établir un statut du médicament générique et imposer des fourchettes de prix par rapport aux médicaments princeps et déterminer précisément dans quelles proportions le prix du générique sera fixé par rapport aux princeps. En bref, il ne s’agit pas seulement de définir le générique par rapport à ses qualités de bioéquivalence, mais aussi de le définir économiquement», expliquait, alors, le président du Syndicat national algérien des pharmaciens d’officines, Messaoud Belambri, dans les colonnes de La Tribune. «Des opérateurs organisent des ruptures de stock en fonction de leurs intérêts. Près d’une centaine de médicaments essentiels et vitaux sont ainsi soumis à une insupportable spéculation de la part de certains grossistes. Des incohérences et des monopoles qui laminent le secteur de la santé aux dépens du malade», lit-on dans une enquête publiée dans le même journal.
M. Aït Amara
Demain :
Khalifa Bank, l’arrosoir

Comment (9)

    belka
    6 avril 2013 - 23 h 48 min

    moumen khalifa un grand
    moumen khalifa un grand monsieur, l histoire le retiendra en tout cas par rapport a limposteur en chef.




    0



    0
    Mansour
    6 avril 2013 - 20 h 50 min

    D’après ce que je sais le
    D’après ce que je sais le médicament générique est la copie du produit original et il produit exactement les mêmes effets.La seule différence c’est qu’il est beaucoup moins chère et surtout qu’il peut être fabriqué localement sans grand investissement.La facture d’importation de médicaments est déjà assez lourde et les partisans de l’import-import qui sévissent dans ce créneau y sont pour beaucoup.On ne gère pas l’économie de tout un pays comme on gère une épicerie.Malheureusement toutes ces têtes vides aux poches bien pleines qui se prennent pour des supers patriotes ont ruiné ce pays et ont chassé la rationalité et l’intelligence.Ils ne pensent qu’à dilapider les richesses de ce pays et à fuir au vrai »chez eux » à la moindre alerte.C’est l’amer constat que l’on fait chaque jour en voyant l’état de délabrement de notre pays livré à des prédateurs sans foi ni loi.




    0



    0
    Jamila
    6 avril 2013 - 13 h 53 min

    Quand je pense à l’affaire
    Quand je pense à l’affaire Cahuzac pour un compte non declaré et de l’argent que ce chirurgien esthetique a gagné pendant 30années grace à son travail et sa clinique privée dont il à mis des années à faire connaitre. Ce ministre pour n’avoir pas payé un impot sur une partie de ses revenus se voit à terre, dechiqueté par la machine judiciaire et civile avec la perte de tous ses mandats, y compris son autorisation d’exercer son premier metier de medecin. Quand je vois que ce Khalifat, un idiot qui a volé au su et au vu de tous et qui se promene libre à Londres. Je me dis alors que nous n’avons pas d’etat, pas de nation mais juste une mafia qui s’empiffre au detriment d’un peuple qui souffre. Je comprend pourquoi les jeunes gens se radicalisent, pourquoi ils se sont jeté dans les bras de l’islamisme et du premier charlatan qui leur promettait un monde meilleur meme si ce monde n’est que mensonge et arnaque.




    0



    0
    Jamila
    6 avril 2013 - 13 h 45 min

    @axelpanzer
    Oui, vous avez

    @axelpanzer
    Oui, vous avez raison pour le médicament générique. J’ai eu une petite grippe voila un an. D’habitude mon medecin traitant me donne de vrai medicaments et en 2 jours, je suis sur pied. Voila un an apres cette grippe, j’ai été voir un autre medecin en bas de chez moi. Elle m’a donné des génériques. J’ai mis 20jours pour guérrir et si j’ai guéri, c’est grace aux tisane(zaatar+vervene+oignon etc des recettes de grand mere. Si non la grippe aurait duré longtemps. Les génériques sont une vraie arnaque.




    0



    0
    Anonyme
    6 avril 2013 - 13 h 20 min

    je suis d’accord avec vous
    je suis d’accord avec vous axel sur le generique c une grande arnaque sur le dos des pauvres et pour nous faire avaler la pilule ,ils nous ont fait croire que le surplus d’argent par rapport au prix des molécules mères sera injecté pour le remboursement des examens complémentaires(radio ,scan IRM?examns biologques),mais depuis on a rien vu!!




    0



    0
    axelpanzer
    6 avril 2013 - 11 h 25 min

    moi je profite de cet article
    moi je profite de cet article pour parler du medicament générique,c’est la plus grande arnaque du siecle en algerie,
    ces produits snt inefficace et dangereux pour la santé,la mafia du medicament a trouvé là une aubaine pour escroquer sous la bénidiction de la secu et de l’état le citoyen pauvre!
    moi j’aimerai voir ces responsables qui encouragent l’usage de ces produits ,traités eux memes par des antibiotiques chinois fournis par moi!!!!




    0



    0
    Patriotique
    6 avril 2013 - 10 h 04 min

    @Shine, merci pour votre

    @Shine, merci pour votre commentaire. Néanmoins, il n'y a aucun acharnement dans nos articles publiés sous forme de dossier dans lequel est décrite la personnalité d'Abdelmoumène Khalifa mais sans aucune insulte ou accusation. Algeriepatriotique revient sur l'affaire dans son ensemble et la replace dans son contexte. Le reste, c'est le travail de la justice. Continuez de lire les articles jusqu'à la fin et jugez-en vous-même. Cordialement.
    AP 




    0



    0
    SHIHE
    6 avril 2013 - 9 h 19 min

    désolé de vous dire que je ne
    désolé de vous dire que je ne comprends pas cet acharnement sur cette famille a moins que nom suivront ce la m’étonnerai ce n’est de gaiété de coeur que je vous annonce que je ne lirai plus algerie non patriotique pour la seule et unique raison c’est un journal partialqui de mon avis personnel il est du coté des puissants et du pouvoir en place A DIEU




    0



    0
    AnonymeKELAM
    6 avril 2013 - 8 h 41 min

    je crois dans les bureaux de
    je crois dans les bureaux de nos responsables ,il ne devrait pas avoir de chaises;ils sont là pour travailler et non s’asseoir;donc travailler debouts pour que le cerveau soit bien irrigué et prendre les bonnes décisions;
    il faut dire que ce n’est pas la premiére arnaque,il y a aussi dzezzy,ça me fait mal au coeur , et bien d’autre. complicité des responsables qui ne payeront jamais la facture. ce dévellopement revient trop cher a cause de va-nu-pieds qui ont la décisions.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.