Ce n’est pas sain

Les lecteurs d’Algeriepatriotique n’ont sans doute pas raté la vidéo placée sur notre site sur laquelle on voit et on entend Anouar Haddam faire, ce que l’on peut qualifier aujourd’hui, avec le recul, un véritable aveu sur la responsabilité du FIS dans le terrorisme qui a endeuillé l’Algérie durant la décennie passée et qui était, comme l’a également reconnu Anouar Haddam, lui-même, un moyen, sous-entendu, d’arriver au pouvoir. C’était à Sant’Egidio. Ce rappel est opportun face à Echourouk qui parle de la mascarade qui s’y est déroulée, fin 1994-début 1995, pour la présenter comme une histoire de réconciliation avortée par le régime alors qu’il s’agissait d’une rencontre destinée à faire pression, à l’aide d’un chantage au terrorisme, sur le pouvoir pour l’amener à la compromission avec des assassins. Mais le subterfuge était trop gros et ce n’est pas seulement le pouvoir qui s’y était opposé mais également, et avec la même vigueur, des dirigeants politiques comme le défunt Mahfoudh Nahnah que personne ne peut accuser d’être un «laïc» ou un «éradicateur» pour reprendre la littérature du FIS et de l'aile pro-FIS au FFS. L’ancien président du MSP, évidemment islamiste, lui-aussi, mais plutôt éclairé, avait bien compris la manœuvre opérée à Sant’Egidio, dirigée de l’extérieur, et s’était retiré de la rencontre. Le contexte régional actuel renforce les convictions de ceux qui ont fait «avorter» Sant’Egidio, selon la formule de ses nostalgiques partisans. La déstabilisation qui frappe le monde arabe devait commencer par l’Algérie dès les premières années de la décennie 1990, d’où le soutien à peine voilé, en tout cas la complaisance avérée, de certains pays occidentaux. Le temps a passé sur cette période douloureuse vécue par le peuple algérien et les leçons qui en ont été tirées ont instruit y compris ceux qui avaient suivi aveuglément le FIS.
Karim Bouali
 

Comment (3)

    syriano
    17 avril 2013 - 21 h 36 min

    Avec la decennie noir que
    Avec la decennie noir que l’on a connu.
    Je doute qu’il y a encore des personnes qui croit a ses terroristes de FIS.Si c’est le cas,la on est plus aveugle.
    On aurait pu etre aveugle en 1990 mais la,ce n’est plus de l’aveuglement c’est de la trahison volontaire.
    On garde tous a l’image du gia qui egorgeait les musulmans a la sortie des mosquées en criant allah akbar(comme en syrie maintenant avec l’ASL,al nosrah et toutes cette bande de sionistes soumis au dajjal)
    On se souvient également tous des bébés égorgés et qui en se justifiant disait que lorsqu’il grandirait,il allaient commettre le haram donc comme mieux vaut prevenir que guerrir alors on va tuer maintenant ces bébés.
    On se souvient tous de ses preches insipiré directement du dajjal pour mettre a pied notre mère patrie l’algerie et pour,encore plus grave,nous éloignés de notre foi islamique.
    Notre foi islamique qui a été le moteur de notre guerre d’indépendance,qui est la base de notre identité algerienne et qui est l’essence de notre vie
    Qu’Allah(swt)maudissent les partisants du dajjal et du fassad




    0



    0
    h2 so4
    17 avril 2013 - 21 h 17 min

    Qui est derrière l ex FIS
    Qui est derrière l ex FIS ?
    Je vous propose un lien intéressant pour soustraire le maximum
    de ce qui se trame aujourd huit en Syrie en Lybie en comparaison avec l Afganistan mais aussi la décennie noire Algerienne .

    http://laveritablenaturedujudaisme.blogspot.hu/2013/04/de-lafghanistan-la-syrie-droits-des.html




    0



    0
    maleh
    17 avril 2013 - 11 h 47 min

    Nanhnah était à la solde du
    Nanhnah était à la solde du pouvoir sinon pourquoi il auarit changé le nom de son parti? n’est ce pas une compromission?




    0



    0

Les commentaires sont fermés.