Benbada : «La grève des boulangers est un acte irresponsable»

Pour le ministre du Commerce, Mustapha Benbada, le débrayage décidé par les boulangers aujourd’hui est un acte «irresponsable», assurant que rien ne justifie leur «recours à la grève». Car, d’après lui, le ministère a mis en place une commission pour trouver une solution à la question du prix de la baguette de pain. S’exprimant en marge d'une séance plénière de l'Assemblée populaire nationale (APN), consacrée à la présentation du projet de loi sur les conditions d'exercice des activités commerciales, le ministre du Commerce est allé jusqu’à qualifier cette action de protestation de décision «irréfléchie» et «contreproductive». Benbada estime que cette grève pénalise le citoyen et n’aura aucune incidence sur le travail qu’effectue actuellement son département. «Cette grève n'est pas justifiée d'autant plus que nous n'avons pas fermé les portes du dialogue. Au contraire, le gouvernement a même déclaré que certaines de leurs revendications étaient raisonnables», a-t-il déclaré, appelant les grévistes à «assumer leur responsabilité vis-à-vis de la population». Le ministre n’a pas caché sa colère, surtout que, d’après lui, tout a été fait pour satisfaire les revendications des boulangers. Il assure que la commission mixte installée en mars dernier au siège du ministère du Commerce pour évaluer le coût réel de la baguette de pain, «communiquera ses conclusions mercredi». La commission, composée de représentants des ministères du Commerce, des Finances, de l'Union nationale des boulangers (UNB), de l'Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC) et du groupe industriel Eriad (entreprise des industries alimentaires, céréalières et dérivés), effectue des visites aux boulangeries des wilayas du nord, de l'est, du sud et de l'ouest du pays pour évaluer le coût réel de la baguette de pain, un denrée essentielle pour les Algériens.
S. Baker
 

Comment (6)

    patriote
    25 mai 2013 - 16 h 56 min

    Il y a pas que le pain dans
    Il y a pas que le pain dans la vie ! les algériens on qu’à manger des fruits !




    0



    0
    MEBARKI RAFIK
    5 mai 2013 - 20 h 33 min

    monsieur le ministre a raison
    monsieur le ministre a raison




    0



    0
    MEBARKI RAFIK
    5 mai 2013 - 19 h 58 min

    mes chers amis cela fait plus
    mes chers amis cela fait plus de 9 ans qu’on a tiré la sonnette d’alarme. des atenttes c’ est notre specialite puisqu’on est la seule corporation qui na pas fait de gréve depuis 1996 .nous ne demandons pas la charite ,nous ne sommes pas des lincheurs ;nous sommes des professionels une profession noble et un metier dure et je defie n’importe qui d’envoyer son fils dans ce metier et en plus qu’on sait a quoi se tenir question salaire ; enfin si vous etes interesse par la vente d’une boulangerie je peux vous vendre la mienne comme ca vous pourez ramasser de l’argent à la pelle et àgogo.on vera qui est l’opportuniste ; vous allez etre servi mon gugus,je suis liscencier en science economoique je suis de quoi je parle .comme on l’avait appris à l’ecole pour le calcul du: prix de vente=prix d’achat+benifice 7.50=11.75+0 vous voyez comment ils sont les opportunistes




    0



    0
    inspektor Tahar
    26 avril 2013 - 11 h 04 min

    Benbada : «La grève des
    Benbada : «La grève des boulangers est un acte irresponsable»…rien d etonnant actuellement puisqu en Algerie la course au fric est plus importante que celle pour Dieu. Khalifa. Chakib Khelil et les autres le prouvent chaque jour dans notre pays




    0



    0
    syriano
    23 avril 2013 - 22 h 38 min

    Benbada a raison.
    Les

    Benbada a raison.
    Les boulangers veulent profiter de la situation,encore des opportunistes qui font des actes irrésponsables et inconscient.
    Heureusement que la majorité des boulangers ne suivent pas cette greve de non sens et dangeureuse




    0



    0
    Ezzine
    23 avril 2013 - 18 h 30 min

    N’est-il pas utile de prendre
    N’est-il pas utile de prendre sans tergiverser des décisions appropriées pour enrayer la situation socio-économique que traverse le pays, et parer aux risques extérieurs qui guettent le pays.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.