Des experts reprochent au gouvernement de ne pas avoir tiré la leçon du séisme de Boumerdès

Un groupe d’experts en urbanisme et des chimistes spécialisés dans le domaine du bâtiment ont affirmé que les autorités n’ont pas à ce jour tiré tous les enseignements de la catastrophe qui a frappé les wilayas de Boumerdès et d’Alger, le 21 mai 2003. Intervenant en marge du Salon international du bâtiment, des matériaux de construction et des travaux publics, qui vient de s’achever à Alger, ces experts ont indiqué que «l’anarchie règne toujours dans le domaine de la construction», s’interrogeant sur l’absence de contrôle technique «qui continue à caractériser une bonne partie des projets de construction en Algérie». Ils ont exprimé leurs doutes sur «la volonté des pouvoirs publics à réguler, organiser et contrôler le marché de la construction et à appliquer les normes internationales en la matière». Par ailleurs, les représentants des société française Lafarge et italienne Astaldi, et le Groupe Sider ont estimé, lors d’un colloque ayant pour thème : «La réalité du marché du bâtiment et les plans de sécurité pour faire face aux catastrophes naturelles, telles que les séismes, les inondations et les éboulements», que le gouvernement «aurait dû s’inspirer des conséquences du séisme de 2003 et réviser la législation, durcir le contrôle, notamment des entreprises privées, et mettre fin à la transgression quotidienne des normes de construction par des entreprises dont le seul souci, affirment-ils, est de livrer les projets, en guettant de nouvelles offres». Pendant ce temps, la grève nationale des travailleurs du bâtiment et de l’urbanisme, lancée sous la bannière du Snapap, se poursuit. Le taux de suivi de cette grève, qui en est à sa troisième journée, aurait atteint 100%, d’après Hakim Kendriche, le président de la Fédération nationale du secteur du bâtiment et de l’urbanisme. Ce dernier a affirmé n’avoir reçu aucune invitation de la part de la tutelle pour discuter des revendications des grévistes, dont principalement la révision du statut des travailleurs du secteur de l’habitat, la révision du régime indemnitaire et la mise en application des primes de rendement et du Sud.
Nabil B. 

Commentaires

    Brahim Haddou
    8 mai 2013 - 20 h 02 min

    je pense que les
    je pense que les enseignements des catastrophes naturelles. commencent à être tirés. comme en témoigne par exemple, les lancements en 2012 d’une batterie d’études sur les zones inondables.s’agissant des séismes, tout le monde à sa part de responsabilité. on sait que beaucoup de citoyens construisent des habitats sans permis de construire et sans en avoir la compétence. la cause des séismes d’il y’a 10 ans, étaient principalement dus aux non respect des normes sismiques, bcp de maisons, bâtiments, centres etc furent construits n’importe comment et dans des sinistres zones inadéquates. heureusement que le président de l république a récemment décidé d’ordonner qu’on en finisse avec la constructions des sinistres cités dortoirs qui sont génératrices de frustrations et sont très sismiques. des loirs régissant les productions de logements stipulent qu’elles doivent être conformes à des normes antisismiques.




    0



    0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.